La Decouverte

  • Un siècle après sa naissance, le cinéma connaît une croissance régulière portée par de nouveaux marchés. Engagé dans une mutation numérique, il combine grande stabilité et profondes transformations. La production, malgré une internationalisation, n'a pas connu de bouleversement majeur. La distribution a composé avec l'arrivée des géants du numérique, les GAFAN, qui a accompagné le développement de nouveaux modèles économiques et de nouveaux modes de consommation (abonnement illimité) qui se superposent aux autres formes de consommation, comme la salle.
    Stratégique sur les plans culturel, commercial et diplomatique (soft power), le cinéma a toujours fait l'objet d'une attention des pouvoirs publics. Sa régulation doit s'adapter à un contexte évolutif et à une concurrence internationale, où l'importance du cinéma américain est confrontée à un monde plus polycentrique.
    L'économie de ce secteur majeur et mondial et ses enjeux contemporains sont ici décryptés.

  • S'appuyant sur une longue expérience de chercheur et d'enseignant, becker propose dans ce livre des façons de penser la réalité sociale pour la saisir et l'étudier.
    Loin d'enfermer le lecteur dans un moule, becker montre à travers des cas précis comment réfléchir aux diverses étapes de la recherche en évaluant les conséquences des choix que nous faisons. quelle représentation d'un phénomène social avons nous empruntée ? comment concilier l'étude d'un cas particulier et la nécessité de généraliser ? oú trouver nos concepts pour organiser nos données ? quelles ressources la logique nous fournit-elle pour mesurer les implications de nos découvertes ? à ces problèmes, becker propose des solutions pratiques exprimées en un style simple et vivant.
    Pour cela, il s'appuie sur différentes disciplines (anthropologie, histoire, ethnomusicologie, sociologie, études urbaines, photographie, littérature, etc. ) et sur une multitude d'exemples de la vie sociale (l'usage des opiacés, la délinquance des cols blancs, le choix des acteurs pour monter une pièce, les collections d'art, la grève d'ouvriers anglais, la perception des malades par des étudiants en médecine, le décor de la maison de paysans blancs du sud des états-unis, les présupposés du racisme.
    ). un livre utile aussi bien pour conduire une recherche que pour mieux lire les ouvrages de sciences sociales.

    Sur commande
  • Le journalisme est confronté à des critiques de plus en plus sévères, dues à des dérives nombreuses et répétées qui minent une partie de sa crédibilité. La profession, en proie à un malaise profond, a besoin de repères.
    Le Manuel de journalisme d'Yves Agnès, édité pour la première fois en 2002, est devenu l'ouvrage de référence qui donne ces repères, avec l'ensemble des règles et pratiques propres à l'exercice de ce métier, dans la presse écrite et sur Internet. Il détaille tout ce qui en fait la richesse : recherche de l'information, écriture, genres journalistiques, illustration et mise en pages. De lecture facile, il expose, exemples à l'appui, un journalisme de méthode, condition de la réussite professionnelle.
    La nouvelle édition, mise à jour et complétée (avec l'aide de l'École supérieure de journalisme de Lille), s'est enrichie notamment d'un nouveau chapitre sur la déontologie. Celui consacré au journalisme sur Internet est entièrement nouveau, compte tenu des changements considérables que ce nouveau média engendre. Le même souci de clarté, de rigueur, de pédagogie, d'exhaustivité a inspiré cette livraison.
    L'ouvrage s'adresse en priorité aux journalistes et futurs journalistes, aux autres professionnels de la presse et de la communication, aux étudiants et enseignants, à tous ceux qui s'intéressent à l'information, à l'écriture et à la pratique journalistique.

  • Nombreux sont les ouvrages qui retracent avec une ambition d'exhaustivité les caractéristiques du monde du travail et proposent une synthèse des acquis de la recherche. La démarche adoptée dans ce livre est différente. A partir de récits d'enquêtes, Christelle Avril, Marie Cartier et Delphine Serre explicitent les outils empiriques et conceptuels à mettre en oeuvre pour mener une étude sociologique du travail. Ce guide d'enquête est aussi un guide d'analyse des situations de travail et des pratiques des travailleurs. Dans cet ouvrage, loin d'être sacralisée ou déniée, la " théorie " est présentée de façon concrète. En effet, les auteurs mobilisent des enquêtes menées sur des métiers variés, depuis les ouvriers et les caissières jusqu'aux médecins, en passant par les violonistes et les boulangers. Les concepts prennent sens à l'épreuve des faits et les enjeux s'affinent au contact d'exemples concrets. Ces enquêtes sont toujours exposées en détail, afin d'offrir un accès privilégié aux coulisses du métier de sociologue, à ses méthodes, mais aussi aux multiples facettes des expériences de travail, passées et présentes. Ce guide s'adresse aux étudiants, aux chercheurs en sociologie ou en sciences sociales, mais aussi aux professionnels qui réfléchissent aux pratiques de travail. Les auteurs, toutes trois sociologues, y transmettent avec passion et pédagogie leur goût pour les enquêtes et les ficelles du métier. Il intéressera tous ceux qui souhaitent armer empiriquement et théoriquement leur réflexion sur le travail et les travailleurs.

    Sur commande
  • Poursuivre des criminels ou accéder aux services d'une administration sont deux exemples d'une identification nécessaire des individus. Cette pratique est-elle le symptôme d'un contrôle total sur la société ? Première synthèse sur un champ de la recherche historique internationale en plein essor, ce livre jette une lumière nouvelle sur les racines historiques de la modernité démocratique.

  • L'observation participante a cent ans : Park, Znaniecki, les élèves de Van Genepp l'ont pratiquée dès 1910. Ce livre retrace son histoire européenne et américaine. Il retrouve ses racines chez des écrivains (Balzac, Zola), des historiens (Bloch, Hobsbawm), des journalistes du judicaire (affaires Grégory ou d'Outreau), des militants et des déportés (Lévi, Tillion).
    Le XXe siècle a été un grand moment d'ouverture et l'occasion d'une forte mobilité sociale qui la rendirent possible. Afin de comprendre pourquoi elle a été négligée par la sociologie française, il faut comparer les modes d'éducation, les formations scolaires et surtout extrascolaires au cours des enfances des protagonistes de cette histoire complexe : Balandier, Bourdieu, Mendras, ainsi que Becker, qui offre ici un texte autobiographique inédit : « Grandir et observer à Chicago ».
    Occasion d'une plus grande curiosité sociale, d'une meilleure « objectivation de soi », possible ouverture sur son propre univers, l'observation participante concerne tout le monde. Plus qu'une technique sociologique, c'est un style de vie pour lequel l'auteur propose une série d'exercices destinés aussi bien aux profanes qu'aux spécialistes, tirés de quarante ans de pratique et d'enseignement.

  • Par quelle alchimie un morceau de toile peinte, une pièce de métal ou un amas hétéroclite valent-ils plusieurs millions d'euros ? Contrairement aux biens usuels, pour lesquels la qualité préexiste aux échanges, la valeur d'une oeuvre d'art contemporain est construite de façon endogène par le jeu d'interactions entre quelques acteurs clefs dont les actions sont perçues comme autant de signaux attestant de l'intérêt de l'oeuvre. Le talent, le hasard et les stratégies se mêlent pour donner naissance à une hiérarchie de valeurs qui débouche, in fine, sur un
    relatif consensus. Cet ouvrage mobilise les outils de l'analyse économique pour éclairer le fonctionnement d'un marché généralement considéré comme le temple de l'irrationalité. Les questions traitées y sont multiples : quels sont les critères qui permettent d'apprécier la valeur des oeuvres d'art contemporain ? Comment émerge-t-on sur la scène internationale ? Est-il rentable d'investir dans l'art contemporain ?

  • Croissance et développement, mondialisation, politiques économiques et sociales, emploi et chômage, diversité des cultures, socialisation, inégalités, mobilité sociale, etc. : voilà cinquante ans que les sciences économiques et sociales (SES) forment les lycéens de la « série ES » du baccalauréat général à mieux appréhender le monde dans lequel ils vivent. Cette discipline scolaire originale contribue à la construction de la citoyenneté et de l'esprit critique, grâce aux apports de différentes sciences sociales, l'économie et la sociologie principalement.
    Cet ouvrage explore les dimensions historique, épistémologique, didactique et pédagogique des SES, considérées comme autant de facettes solidaires du même projet. Le lecteur y trouvera de nombreux éléments sur la genèse de la discipline, ses controverses (quant aux contenus, finalités et méthodes d'enseignement, ou quant à sa place dans le système éducatif), mais aussi une pluralité de réflexions, appuyées sur des travaux d'élèves et des séquences pédagogiques d'enseignants, quant à la manière de conduire les apprentissages et de les évaluer.

empty