Gallimard

  • Un certain 21 juin eut lieu en Angleterre la révolte des animaux. Les cochons dirigent le nouveau régime. Snowball et Napoléon, cochons en chef, affichent un règlement : «Tout ce qui est sur deux jambes est un ennemi. Tout ce qui est sur quatre jambes ou possède des ailes est un ami. Aucun animal ne portera de vêtements. Aucun animal ne dormira dans un lit. Aucun animal ne boira d'alcool. Aucun animal ne tuera un autre animal. Tous les animaux sont égaux.» Le temps passe. La pluie efface les commandements. L'âne, un cynique, arrive encore à déchiffrer : «Tous les animaux sont égaux, mais (il semble que cela ait été rajouté) il y en a qui le sont plus que d'autres.»

    Sur commande
  • La dernière guerre, Marguerite Duras l'a vécue tout à la fois comme femme dont le mari avait été déporté, comme résistante, mais aussi comme écrivain. Lucide, étonnée, désespérée parfois, elle a pendant ces années tenu un journal, écrit des textes que lui inspiraient tout ce qu'elle voyait, ce qu'elle vivait, les gens qu'elle rencontrait ou affrontait. Ce sont des extraits de son journal que Marguerite Duras a réunis dans un recueil de nouvelles, La douleur. La première d'entre elles porte le même titre. Adeline d'Hermy a choisi de la lire.

    Sur commande
  • Dans cet ouvrage, l'auteur a voulu célébrer ses deux mères : l'esseulée et la vaillante, l'étouffée et la valeureuse, la jetée-dans-la-fosse et la toute-donnée.
    La première, celle qui lui a donné le jour, une paysanne qui, à la suite d'un amour malheureux, d'un mariage qui l'a déçue, puis de quatre maternités rapprochées, a sombré dans une profonde dépression. Hospitalisée un mois après la naissance de son dernier enfant, elle est morte huit ans plus tard dans d'atroces conditions. La seconde, mère d'une famille nombreuse, elle aussi paysanne, a recueilli cet enfant et l'a élevé comme s'il avait été son fils.
    Après avoir évoqué ces deux émouvantes figures, l'auteur relate succintement son parcours. Ce faisant, il nous raconte la naissance à soi-même d'un homme qui est parvenu à triompher de la «détresse impensable» dont il était prisonnier. Voilà pourquoi Lambeaux est avant tout un livre d'espoir.

    Didier Sandre a choisi Lambeaux, de Charles Juliet : «Charles Juliet parle du monde rural, des femmes, de la soif d'apprendre et de la difficulté d'être quand on naît dans ce milieu avec des aspirations au savoir. J'avais envie de partager ce monde avec le public de la Comédie-Française.» L'écoute en classe de ce CD est autorisée par l'éditeur.

    Sur commande
  • Il nous faut mener double vie dans nos vies, double sang dans nos coeurs, la joie avec la peine, le rire avec les ombres, deux chevaux dans le même attelage, chacun tirant de son côté, à folle allure. Ainsi allonsnous, cavaliers sur un chemin de neige, cherchant la bonne foulée, cherchant la pensée juste, et la beauté parfois nous brûle, comme une branche basse giflant notre visage, et la beauté parfois nous mord, comme un loup merveilleux sautant à notre gorge.

  • Dans le froideur d'un café turinois, Paolo Corbèra, palermitain exilé en Italie du Nord, rencontre le sénateur Rosario la Ciura. D'une nostalgie commune de la Sicile naît une étrange amitié au détour de laquelle le sénateur raconte son histoire : durant l'été 1887, il vit une passion extraordinaire avec une sirène, fille de Calliope, nommée Lighea. Dans la moiteur d'Augusta, le jeune professeur et l'étrange créature vivent une romance ensorcelante, qui révèle le professeur à lui-même.
    Une écriture propre à Lampedusa, ornée sans être ostentatoire, un italien net et précis, qui retranscrit habilement cet amour antique ancré dans une ambiance sicilienne. Entre fascination et désir bestial, la relation qui lie le professeur et son immortelle amante est une projection dans l'idéal. Par la finesse de sa poésie, Le Professeur et la sirène nous emporte d'un souffle vers le coeur battant de la Sicile.

    Sur commande
  • Ce livre audio propose une sélection de onze poèmes issus des plus grands recueils de Victor Hugo : Les Contemplations, Les Châtiments et La Légende des siècles.
    Dans un rythme entraînant et passionné, Nicolas Lormeau met en voix la langue musicale et théâtrale du poète.

    Nicolas Lormeau a choisi des poèmes de Victor Hugo : «Ce qui me bouleverse chez Hugo, c'est cette aube. Ce commencement. Cette explosion d'avenir.»

    Sur commande
  • Ces trois nouvelles, Mademoiselle Fifi, L'Amoire et L'Odyssée d'une fille , choisies par Anne Kessler, ont paru dans différents recueils, entre 1882 et 1885. Elles dessinent des parcours de femmes aux prises avec la violence sociale d'une époque troublée. Réunis autour du thème central de la prostituion, ces portraits révèlent sans aucune concession l'âpreté des conflits de classes de la société française de l'après-guerre (celle de 1870). Dans Mademoiselle Fifi, il est même directement question de l'occupation prussienne, contexte qui donne à Maupassant l'occasion de mettre en scène un élan patriotique à rebours des clichés : alors que la population rurale se vautre dans une passivité complaisante, c'est une jeune prosituée d'origine juive qui accomplira un acte de résistance héroïque.
    />

    Sur commande
empty