Littérature générale

  • Two households, both alike in dignity, In fair Verona, where we lay our scene, From ancient grudge break to new mutiny, Where civil blood makes civil hands unclean.
    From forth the fatal loins of these two foes A pair of star-crossed lovers take their life ;
    Whose misadventured piteous overthrows Doth with their death bury their parents' strife.
    [...] Deux anciennes Maisons d'égale dignité Dans la belle Vérone où se tient notre scène Font un nouvel éclat de leur antique hargne, Le sang civil salit les mains des citoyens.
    Or dans le sein fatal de ces deux ennemis Deux amants prennent vie sous la mauvaise étoile ;
    Leur malheureux écroulement très pitoyable Enterre en leur tombeau la haine des parents.
    /> Les terribles moments de leur amour mortel Et l'obstination des rages familiales Que rien sinon la mort des deux enfants n'apaisera, Pendant deux heures nous le jouerons sur ce théâtre ;
    Et si vous nous prêtez une patiente oreille, Tout défaut, notre zèle le rachètera.

    Sur commande
  • La comédie met en scène des couples d'amoureux contrariés : Lysandre et Hermia, Démétrius et Héléna ; le roi des fées, Obéron, qui se dispute avec sa femme Titania, au sujet de leurs conquêtes passées : Thésée et Hippolyte. Puck, le lutin, chargé d'intervenir, va introduire, dans la nuit, un peu plus de confusion.

  • Hamlet

    William Shakespeare

    Horatio Look, my lord, it comes.
    Hamlet Angels and ministers of grace defend us !
    Be thou a spirit of health or goblin damned, Bring with theee airs form heaven or blasts from hell, Be thy intents wicked or charitable, Thou com'st in such a questionable shape That I will speak to thee. I'll call thee Hamlet, King, father, royal Dane. O, answer me !
    ...
    Entre le Spectre Horatio Regardez, Monseigneur, il vient.
    Hamlet Anges et ministres de la grâce, défendez-nous !
    Que tu sois esprit de salut ou gobelin damné, Que tu apportes la brise céleste ou les souffles de l'enfer, Que tes intentions soient malignes ou charitables, Tu viens sous une forme si énigmatique Que je veux te parler. Je t'appellerai Hamlet, Roi, père, souverain Danemark ! Oh, réponds-moi !
    Ne me laisse pas étouffer d'ignorance, mais dis Pourquoi tes os bénis dans leur cercueil de mort Ont déchiré leur linceul, pourquoi le sépulcre Où nous t'avons vu inhumer en paix, A ouvert ses pesantes machoires de marbre Pour te rejeter...

  • L'histoire d'une gouvernante à laquelle ont été confiés, dans des circonstances mystérieuses, deux enfants. Une édition avec dossier.

    Sur commande
  • Honte et malédiction sur le royaume de Grande-Bretagne! Folie, trahison, mensonge, cupidité, orgueil démesuré! Tous les vices y grouillent comme autant de rats affamés. Tous les crimes s'y préparent...
    Lear a voulu savoir! Ô! Roi, ta sagesse n'a pas grandi au fil des années... Hélas! Vanité stupide, insolence coupable, curiosité funeste: tu as voulu savoir et provoquer les dieux.
    La fille féroce enfonce ses crocs; l'autre se prépare à la curée; le fils, contre son frère, trame la ruine du père, la soeur contre la soeur, l'épouse contre l'époux. La bouche déchire la main qui l'a nourrie, dépèce le flanc qui l'a portée, vomit l'amour qui l'a élevée. Ô, Lear, seigneur infortuné, tu sauras donc de tes filles laquelle t'aimait le mieux...

    Sur commande
  • Noble Orsino, Vous me donnez des noms que je refuse, Je n'ai rien d'un voleur ou d'un pirate Même si, je l'avoue, je l'ai prouvé, Je fus votre ennemi. Si je suis là, C'est attiré par un pouvoir magique :

    Cet ingrat, ce garçon à vos côtés, De la bouche écumante des tempêtes Je l'ai sauvé ; il n'avait plus d'espoir ;

    En lui rendant la vie, c'est mon amour Que je lui ai offert, sans restriction, En me vouant à lui.

  • William shakespeare la tempête caliban sois sans crainte ! l'île est pleine de bruits, de sons et d'airs mélodieux, qui enchantent et ne font pas de mal.
    C'est quelquefois comme mille instruments qui retentissent ou simplement bourdonnent à mes oreilles.
    Et d'autres fois ce sont des voix qui, fussé-je alors a m'éveiller après un long sommeil, m'endorment à nouveau ; -et dans mon rêve je crois que le ciel s'ouvre ; que ses richesses vont se répandre sur moi... a mon réveil, j'ai bien souvent pleuré, voulant rêver encore.
    (acte iii scène 2)

    Sur commande
  • Cette édition bilingue de luxe de référence (reliée toile) séduira les spécialistes comme les simples curieux, les lecteurs français auront ainsi accès, pour la toute première fois, à l'ensemble des poèmes d'Emily Dickinson.
    Cette édition comporte également une présentation, une chronologie, une bibliographie et des notes.

  • Shakespeare Beaucoup de bruit pour rien (Much Ado About Nothing) Entre une cérémonie de noces brutalement interrompue et un mariage unissant deux êtres connus pour se haïr, Beaucoup de bruit pour rien nous rappelle que l'amour ne suit jamais un cours régulier. Étincelante et jubilatoire, cette comédie romantique n'en repose pas moins sur un constat amer : tout n'est que vanité... et aimer, c'est d'abord s'éprendre de soi-même, pour le meilleur et pour le pire.

  • Créée en 1964 sous le nom de Garnier Flammarion, la collection GF s'adresse aux élèves de lycées, aux étudiants et à tous ceux qui privilégient la qualité de l'édition des oeuvres classiques.
    Collection de poche de référence pour la littérature française et la philosophie, forte de plus de 1000 titres, elle continue de renouveler la lecture des grands textes en proposant des traductions inédites et des appareils critiques régulièrement mis à jour.


  • De la nature Nouv.

    De la nature

    Lucrèce

    À paraître
  • Dernière pièce d'Oscar Wilde, L'Importance d'être constant brille des feux d'un langage habité par la grâce : s'y manifestent la puissance et la modernité de la réflexion de l'auteur sur la fiction, mais aussi son inventivité subversive et satirique, son esprit généreux et étincelant d'élégance et de drôlerie.

  • Une pièce en cinq actes, vraisemblablement écrite en 1611. Léonte, roi de Sicile, a tout pour être heureux : femme, enfants, amis. Seule lui manque la raison : se croyant trahi par son ami d'enfance, Polixène, il provoque une catastrophe qui détruit tous ceux qu'il aime.

  • La reprise d'un classique de Shakespeare.

    Sur commande
  • Sur commande
  • A Venise, Arlequin se retrouve serviteur de deux maîtres, amoureux et en quête l'un de l'autre, à la suite d'une invraisemblable série de quiproquos.

  • Vers 1816, au fin fond d'une province pontificale d'Italie du Nord, un jeune homme mélancolique, pétri de lectures érudites, s'apprête sans espoir à l'« oeuvre de sa vie ». Ce jeune homme, c'est Giacomo Leopardi. Il écrit des poèmes renouant avec la plus haute tradition italienne, celle qui remonte à Pétrarque et au Tasse. En 1831 paraît la première édition des Canti.
    De la véhémence des premières canzones (À Angelo Mai, Brutus) aux méditations nocturnes des idylles (L'Infini, Le Soir du jour de fête, À la lune), en passant par les grands poèmes philosophiques (Le Genêt), le poète chante la solitude et l'exclusion, le temps répétitif et destructeur, le destin et la perte.
    Tour à tour élégiaque et révolté, nihiliste et exalté, Leopardi inaugure une forme nouvelle de lyrisme : du moi au nous, sa voix déplore au nom de tous la souffrance d'être. Ce recueil d'une noire beauté inspira des esprits aussi divers que Schopenhauer, Musset, Nietzsche et Giuseppe Ungaretti.

    Sur commande
  • Amphitryon

    Plaute

    Pour faire triompher son bon plaisir, Jupiter descend sur terre et séduit Alcmène, la femme d'Amphitryon dont il a pris les traits. L'époux se retrouve trompé, l'épouse outragée et le serviteur de la maison molesté. Quand les dieux ont décidé de se jouer des hommes, ils nous convient à une bien étrange comédie...

  • Anglais L.a. story

    James Frey

  • Après que le maître lui eut révélé l'existence d'un " motif " dans son oeuvre, un jeune critique littéraire londonien n'a de cesse que de relever le défi, d'élucider le mystère.
    La quête inlassable du " tuyau " qui permettrait de comprendre le sens profond de l'oeuvre du grand Hugh Vereker se transforme bientôt en une véritable obsession, pour lui, pour son ami Corvick, critique lui aussi et pour la jeune femme de celui-ci. S'ensuit un enchaînement extraordinaire d'événements, de voyages et de péripéties, conséquences d'une enquête quasi policière... C'est à vrai dire une brillante variation sur la lecture et sur le rôle de la critique que cette énigme littéraire mise en scène par Henry James.

  • Allemand Nathan le sage

    Lessing G E.

    Par son théâtre et ses écrits critiques, Lessing (1729-1781) est une figure centrale de l'Aufklärung. Avec Nathan le Sage, il porte le débat religieux sur la scène. L'action se situe à Jérusalem au cours de la troisième croisade (1189-1192). Les trois religions monothéistes, incarnées par trois personnages, s'y affrontent : le judaïsme (Nathan le Sage), l'islam (Saladin), le christianisme (le Templier). Un conte de Boccace a fourni à Lessing le modèle de l'épisode où le juif, interrogé sur la vraie religion, répond par la parabole des trois anneaux. Lessing en a fait le centre de sa pièce pour appuyer un idéal de fraternité et une leçon de tolérance.

    Sur commande
  • Gatsby Nouv.

empty