Eres

  • Famille, familles

    Sud / Nord

    Depuis l'époque néolithique est attestée l'existence d'un noyau élémentaire des sociétés, basé sur d'étroits liens de parenté : la famille.
    De compositions diverses selon les époques et les pays, les croyances religieuses et les traditions culturelles, les structures économiques et politiques, elle est le sujet d'étude et de recherche commun à un grand nombre de domaines de la connaissance. La fin du XX e siècle et le début du XXI e siècle ont vu sur tous les continents des évolutions plus ou moins rapides de ces formes locales traditionnelles, entraînant partout des luttes très vives entre tenant de conceptions opposées, des modifications des lois comme des bouleversements des coutumes. La grande rapidité actuelle de diffusion des informations permet au plus grand nombre des habitants de la planète d'être instantanément au courant de ce qui se passe ailleurs, d'infléchir les pratiques anciennes ou de les abandonner, d'adopter des manières de faire nouvelles ou de les vouer aux gémonies et de les combattre en même temps que ceux qui les adoptent. L'ampleur des migrations d'un continent à l'autre, comme la persistance de la misère dans chaque continent, réduit souvent la famille à un seul de ses membres.

    C'est de ces évolutions, de leurs causes et de leurs conséquences que traite ce numéro de la revue Sud/Nord.
    Il renoue avec ce qui a fait sa particularité dès sa naissance entre professionnels de la psychiatrie algériens et français, à savoir sa dimension internationale.
    Et bien sûr, le thème abordé ne pouvait pas ne pas évoquer la question des actuelles migrations d'enfants ayant quitté leurs pays et leurs familles afin de rejoindre les pays européens pour des raisons diverses. Ce sera l'objet de notre dossier.

    Sur commande
  • La nuit sécuritaire

    Collectif

    Le discours présidentiel du 2 décembre au sein de l'hôpital psychiatrique d'Antony a mis le
    feu aux poudres. 39 psychiatres se sont réunis pour réfléchir à une riposte : ils ont rédigé Le
    manifeste des 39 qui a donné lieu à une pétition, publiée par Libération à la mi-décembre et
    signée par plus de 20 000 personnes depuis. Le 7 février se tenait à Montreuil une journée La
    nuit sécuritaire où, devant 1500 personnes, se sont succédé à la tribune les acteurs principaux
    du mouvement psychiatrique protestataire. La revue Sud/Nord se fait l'écho de ces
    communications qui dressent un état des lieux de la psychiatrie aux prises avec les dérives
    sécuritaires, gestionnaires et idéologiques actuelles.

  • Comment comprendre qu'un individu puisse, dans sa quotidienneté la plus ordinaire jusque dans les moments les plus atroces de l'Histoire, librement consentir à - voire mettre en oeuvre, exécuter - de petites lâchetés ou des crimes de masse, alors que la conscience morale, dont parfois il s'honore, ne peut que les réprouver ou les condamner ?
    Comment un « homme de bien » peut-il, sans qu'un doute n'affecte sa conscience, se laisser glisser toujours plus vers cette part d'ombre où une part d'humanité semble se dissoudre ? Et comment se fait- il que sous les pressions conjuguées de la menace et de la suggestion, « un homme se scinde en deux hommes », comme l'écrivait Karl Jaspers, se soumettant volontairement à ce qui le contraint, acquiesçant ainsi à ce qu'il condamne ou le condamne ?
    .
    1/3 Revue Accusant les douloureuses secousses que l'actualité nous inflige, nombre d'auteurs, du sein de leur propre discipline (écrivains, historiens, médecins, philosophes, psychiatres, psychanalystes, sociologues) ont accepté de faire face à ce difficile questionnement et de figurer au sommaire de ce numéro (M. Aisenstein, A. Badiou, E. Bogaert, P. Bruno, JC Coffin, C. Chaperot, J. Chapoutot, C. Dal Bon, F. Davoine, J. Durand, P. Faugeras, T. Faugeras, R. Ferreri, F. Gros, F.
    Hofstein, D. Huez, P. J. Laffitte, G. Laval, D. Linhart, A. Lippi, B. Ogilvie, M. Plon, L. Pigozzi, G.Sias).

    Sur commande
  • Les maladies mentales, plus que toute autre maladie humaine, sont source de stigmatisation, de rejet social, de mépris, de mauvais traitements et de peur. Et ce d'autant plus que, dans la grande majorité des cas, on ignore encore aujourd'hui l'origine exacte de ces troubles, ce qui laisse livre cours à toutes les théories explicatives, y compris les plus hasardeuses.

    Dans ce contexte d'ignorance et de rejet, des hommes et des femmes se lèvent ici ou là pour prendre - chacun à leur manière et quelquefois les uns contre les autres - la défense de ceux qui sont touchés dans leur psychisme, dans leur intelligence, dans leurs affects et leurs comportements. C'est de quelques-uns de ces militants-là que traite ce vingt-cinquième numéro de SUD/NORD.

    Indisponible
  • La question du diagnostic divise aujourd'hui profondément non seulement le petit monde des professionnels de la psychiatrie, mais encore le monde plus vaste des usagers et des familles d'usagers à travers leurs associations, mais aussi le monde plus puissant de l'économie (assurance maladie, industrie pharmaceutique, organisations hospitalières, responsables politiques et administratifs des politiques de santé). En fait cette question du diagnostic dépasse très largement les querelles actuelles autour de la catégorisation des maladies mentales, c'est ce qu'explorent les auteurs de ce numéro.

    Indisponible
  • Frantz Fanon

    Collectif

    Voir le sommaire S'il est un psychiatre qui a poussé jusqu'au bout le souci de s'interroger - et d'être interrogé - sur ses propres démarches, c'est bien Franz Fanon dont nous savons hélas qu'il est absolument ignoré aujourd'hui par la très grande majorité des psychiatres (plus particulièrement des psychiatres français), formatés qu'ils sont par le rouleau compresseur des prétendues sciences pures et dures, les modes nord-américaines et l'immixtion croissante de l'industrie pharmaceutique souveraine dans leurs formations.
    Connus et étudiés dans plus de cinquante pays, ses principaux ouvrages sont traduits dans toutes les langues. Et pourtant son pays est avare en hommages Qu'a-t-il montré de si gênant ?
    Les textes qui suivent répondent à cette question, chacun à sa manière. Certains d'entre eux anciens et peu connus, d'autres publiés plus récemment, et enfin de nombreux textes inédits - entre autres d'amis antillais et algériens - viennent s'entrecroiser avec des témoignages de ceux qui l'ont connu, pour dresser un portrait le plus fidèle possible de Fanon et manifester ce qu'il a de résolument actuel et exemplaire pour beaucoup de ceux qui gardent vivante la mémoire de cet homme illustre comme pour ceux qui ne le connaissent pas encore.

  • La disparition de Jean Oury a suscité, à juste titre, de nombreux hommages. Ce numéro propose plutôt au lecteur de la revue Sud/Nord une approche critique et historique d'un personnage et du mouvement de la psychothérapie institutionnelle, dont on ne peut ignorer la place dans l'histoire de la psychiatrie. Mais il reste justement, afin que la transmission ait un sens, à en mesurer l'importance et à en dégager les potentialités d'évolution des pratiques, des dispositifs et des lieux.
    Ce numéro sera accompagné du film de Martine Deyres avec qui Jean Oury s'est entretenu en 2012 et 2013.

    Sur commande
empty