Editions Maia

  • Jusqu'au début du XIXe siècle, « la Presqu'île » est une terre sauvage, une page encore vierge, sur laquelle la modernité va s'imprimer en quelques années. Au son du chemin de fer, de la Navale et de l'éclosion balnéaire, cette bande littorale de Saint-Nazaire au Croisic va attirer des milliers de migrants, et parmi tous ceux-là : les Delvigne, famille de forgerons, et les Lascombes, paysans ruinés. Des années plus tard, la cadette des Lascombes, Blanche, cherchera elle aussi à partir et vivra au rythme des grands événements mondiaux. Comment poursuivra-t-elle son destin malgré le poids des traditions familiales?? Et que deviendra la fille de l'Iranien, son enfant rejetée??
    La fille de l'Iranien mêle récit familial, roman et faits historiques et relie ainsi la petite à la Grande histoire.

    Sur commande
  • Le marquis d'Herbeyville et sa femme Natalia, agents secrets respectivement au service de Louis XV, Roi de France, et d'Élisabeth I, Impératrice de Russie, assurent des missions communes tout en protégeant les intérêts personnels de leurs souverains. L'intrigue fait voyager le lecteur en Picardie, à Versailles et Paris, ainsi qu'à Saint-Pétersbourg. Un précieux document provoque convoitises, embuscades, assassinats et rebondissements.

    Sur commande
  • Apprendre l'Histoire de France autrement.
    Dans cet ouvrage, des dates, des sites, des patronymes et des faits réels côtoient des personnages et des aventures romanesques, pour rendre plus agréable la compréhension de la vie des maquisards du Vercors pendant la deuxième guerre mondiale.
    Être une femme, jeune et belle, dans un maquis composé principalement par des hommes, est une difficulté supplémentaire dans une existence déjà rendue pénible par les dangers d'une guerre aussi cruelle que stupide. Vercors, terre de « Liberté ». Mais combien de sang versé pour qu'elle continue de l'être ? Combien de morts, civils ou militaires, pour que l'on vive une liberté pérenne aujourd'hui ?
    Ce livre est un témoignage, une façon de remercier tous ces héros disparus.

  • Ce livre est un témoignage, légèrement romancé, sur les trois années (1974 à 1977) que l'auteur, Jean-Luc Palicot, a passées en Algérie, en tant que professeur de français, dans le cadre de la coopération. Parmi ses souvenirs, s'inscrit, entre autres anecdotes, sa perception des jeunes femmes algériennes. A 22 ans, il pense avoir eu ce privilège, assez rare, d'être enseignant « roumi » (étranger européen) pour deux classes de jeunes filles de 15 à 19 ans qui respiraient la joie de vivre, cheveux au vent, et portaient la mini-jupe. Il s'adresse aux lectrices et lecteurs de tous âges, curieux de connaître l'ambiance des années soixante-dix en Algérie. Et aussi, évidemment, aux filles et garçons d'origine maghrébine, qui ont actuellement l'âge qu'avaient ces jeunes filles - peut-être leurs grand-mères ! - il y a quarante ans et qui se prénomment Djémila, Malika, Khédidja, Fatiha, Samira, Rabia ou Louiza. L'auteur a conçu ces textes avec humour, amour, tendresse... et réalisme. Il offre donc sa vision personnelle ainsi qu'une part de sa vie, ses souvenirs, ses témoignages qui surprendront. Car il est sans doute difficile d'imaginer ce qu'était l'Algérie au cours de cette période si peu racontée.

  • Maya la fille du soleil est un thriller politico-religieux qui ne lâche qu'à la dernière page. Il vous fera découvrir un univers riche en rebondissements, il vous transportera à une époque où, parfois, la religion et la république s'unissaient pour le pire, mais la volonté, le courage et l'amour d'une jeune femme leur fera mordre la poussière...

    Sur commande
  • "Nous sommes en 1911 et Ludwig, né à Molsheim en Alsace dans une vieille famille francophile, est du fait de l'histoire, allemand.
    Avec la belle Francesca ou son ami anglais Archibald, il nous conduira en De Dietrich, Mercedes ou Bugatti, en Alsace, sur les routes d'Europe, à Montmartre, à Londres et en Suisse.
    Il croisera, le temps d'un regard, au détour d'une route de montagne, Franz le journaliste et Antonella l'institutrice.
    Partageons leur insouciance, leur joie de vivre, et en leur compagnie, vivons pleinement cette Belle Époque... en bolides et berlines."

    Sur commande
  • Au coeur même de la guerre fratricide que se livrèrent catholiques et protestants, ce roman historique palpitant a été inspiré à l'auteur par la vie d'une lointaine aïeule, emprisonnée comme hérétique durant douze ans avec Marie Durand dans la tour de Constance à Aigues-Mortes.
    En 1685, Louis XIV signe l'édit de Fontainebleau qui aggrave la fracture religieuse et sociale dans le royaume de France, politique que poursuivra son arrière-petit-fils, Louis XV.
    Huguenots et clergé de l'Église romaine vont se contester la propriété de deux manuscrits primordiaux, oeuvres de l'esprit et de la connaissance.
    Actrice de cet enjeu entre les deux Églises, l'héroïne vivra des épreuves peu banales entre fiction et réalités historiques.
    Enquêtes, poursuites, exécutions, compromis jalonneront le récit jusqu'à son terme, en lui donnant une force croissante.
    Le crépuscule est une lueur incertaine succédant immédiatement au coucher du soleil, ou précédant son lever. Laquelle éclairera ces parpaillots du siècle des Lumières, vêtus d'une chemise blanche et ressemblant à des papillons ?

    Sur commande
  • Il est dit que la vengeance est un plat qui se mange froid. Pari tenu. Deux siècles seront nécessaires pour clore le dossier que je vous livre.
    Nicolas, fils d'agriculteur, devient contre l'avis de sa famille, fabricant de dentelle. Pour cela, il a besoin des terres de son père et de son frère. Antoine, chef d'entreprise inflexible, atteint ses objectifs avec l'aide de son fils Léon sans se préoccuper des dégâts qu'ils occasionnent. Julien, industriel manipulateur, utilise de nombreux stratagèmes pour garder une femme résolument moderne. Judith, dirigeante brillante et espionne industrielle, ne fait pas dans le détail pour atteindre ses objectifs.
    Tous ces fabricants du monde textile sont liés par des secrets familiaux. Du rouet au logiciel de programmation, du lin aux textiles innovants, les technologies dans les manufactures sont de plus en plus pointues et demandent aux concepteurs des efforts considérables. Ces patrons de filatures n'hésiteront pas à utiliser de vils moyens pour parvenir à leurs fins.

    Sur commande
  • "Ce roman raconte l'histoire d'un contemporain rattrapé par sa vie antérieure dans le Paris de la Belle époque. En franchissant, une nuit insolite, les portes magiques de l'Opéra Garnier, son destin va basculer.
    Plus tard, en compagnie de personnages hauts en couleur - un abbé libertin fort savant et un cocher rusé comme un renard, cultivant l'art de se déguiser pour arriver à ses fins - ils vont, chargés de plusieurs missions, voyager grâce à l'invention extraordinaire d'un ancêtre de la Renaissance dans différentes époques de l'Histoire.
    À Venise au temps de Goldoni et Casanova, sur fond d'intrigues et de Carnaval. Dans le sombre et ténébreux Paris de la Saint-Barthélemy à la Cour du Louvre où la magie noire côtoie la divination. Sous l'Empire, au temps des inventeurs, du « diable boiteux », « madame sans-gêne » et des espions masqués de Fouché, à la Cour des Tuileries.
    Puis, de retour à la Belle époque, l'Opéra féerique de Charles Garnier, grand prix de Rome, leur livrera ses troublants mystères... et un certain diamant, ses pouvoirs maléfiques. "

    Sur commande
  • Né d'une famille de notables ruraux venus à la ville, Antoine est un enfant timide et secret, bon élève mais mauvais au foot, mal dans son corps mais lecteur infatigable. À quinze ans, il découvre l'émission en langue française de Radio Prague, puis la voile. Il souffre les affres de l'adolescence, mais se console et apprend à s'exprimer grâce à ces deux découvertes. Mais l'amour lui échappe malgré son statut de jeune marin-sportif, et son engagement politique ne lui vaudra que petits malheurs et grande déception. L'entrée des chars du Pacte de Varsovie marque la fin du Printemps de Prague en même temps que celle des illusions de l'adolescent. Ce matin du 21 août 1968, il a le sentiment d'être passé à l'âge adulte. S'il fallait chercher une morale à ce roman, peut-être serait-elle que l'adolescence est un âge que l'on peut vivre autrement qu'enfermé dans sa chambre, devant un écran, une période riche et qui peut être belle à défaut d'être douce. Quant à la phrase de Proust du début, elle n'est citée que pour la contredire : l'engagement est aussi le propre de l'homme et, avant lui, de l'adolescent.

    Sur commande
  • Le destin de Fernando semble tout tracé, grâce aux sacrifices de sa mère Maria et à l'enseignement de don Francisco Salmeron, il sera médecin. Il appartient à un milieu très modeste : ouvriers agricoles, petits paysans qui deviennent mineurs, lorsqu'au cours du 19e siècle on trouve du plomb et de l'argent dans la sierra. La petite ville de Cuevas del Marquès dans la province d'Alméria en Andalousie connait alors une richesse soudaine qui bouleverse les rapports sociaux. Introduit dans le milieu étudiant et les cercles politiques par Nicolas, fils de don Francisco Salmeron avec qui il s'est lié d'amitié, Fernando découvre que le pays tout entier est sujet à de profonds bouleversements économiques sociaux et politiques. Mu par sa sensibilité et sa fidélité au monde des pauvres gens dont il est issu il s'engage auprès des anarchistes de la Mano Negra et collabore à leur lutte clandestine. Sa révolte est exaltée par la rencontre de La Pandorga, militante anarchiste dont il tombe éperdument amoureux. Il se trouve confronté à la conception légaliste du combat politique que mène son ami Nicolas au plus haut niveau de l'état, et à la misère des mineurs de Cuevas tandis que s'y développe une société bourgeoise qui s'enrichit de l'exploitation des mines.
    En suivant Fernando dans «?le Miroir de la mer?» croisant avec lui des personnages réels, d'autres imaginaires, certains légendaires, nous traversons cette période (1868-1878) si particulière de l'histoire, qui voit naitre et mourir une éphémère 1ere république espagnole. Période de mutations importantes dont certaines conséquences seront les premières migrations économiques et politiques du 20e siècle.

    Sur commande
  • Du XIe au XIIIe siècle s'exprime la lutte pour le pouvoir : celui du roi et de l'arbitraire judiciaire, disputé à celui du pape qu'entachent les abus de l'Église. La persécution des juifs croise celle entre mahométans et chrétiens : la religion, une fois le prétexte, une fois le moyen du recours à la guerre sainte aux massacres de la mosquée d'Al-Aqsa, du temple de Jérusalem à l'Inquisition.
    Émergent deux forces : la ville et la finance. Dans un univers paysan naît une classe sociale nouvelle : la bourgeoisie. La fiscalité est contestée. La monarchie se voulant pérenne et reconnue octroie des libertés personnelles.
    L'Europe à l'esquisse conflictuelle préfigure notre monde. Les croisades d'hier sont les OPEX d'aujourd'hui. Les objectifs, identiques : prééminence d'un statut religieux opposable au laïcat de l'Infidèle, le statut des juifs et la constitution des États.

    Sur commande
  • Condamné dès la naissance par une infirmité à l'immobilité et à l'impuissance, Émile Bouchet, n'aura eu pendant cette triste période de l'histoire qu'un rôle passif, mais ses réminiscences pourraient-elles présenter encore quelque intérêt pour notre société actuelle ?
    À partir de souvenirs personnels, il nous livre un profond témoignage de l'histoire de France, écoutons-le :
    « La mort du prince de Bismarck, en reportant invinciblement ma pensée vers les jours néfastes de l'Invasion, a ranimé aussi vivement que s'ils dataient d'hier, les souvenirs de l'Année terrible, alors que j'habitais Orléans où j'étais revenu dans le trop court intervalle qui sépara les deux occupations allemandes.
    J'étais donc là pendant toute la durée de la seconde et j'ai cru qu'en dépit des vingt-huit années écoulées depuis lors, il ne serait pas inutile de fixer par écrit, pour les miens, des faits précis, des impressions vécues qui ont laissé dans mon coeur des traces ineffaçables. J'espère y réussir, car, avec la Didon de Virgile, je puis m'écrier, moi aussi : «Non ignara mali, miseris succurrere disco». «Connaissant le malheur, j'ai appris à secourir les malheureux...»»

    Sur commande
  • Nous entrons ici dans une folle Amérique où tout se conjugue parfaitement, toutes les tendances, que ce soit le rap ou le doux romantisme, les guerres et paix incessantes, les lois fédérales intransigeantes, la longue marche des innocents dans le couloir de la mort et au bout : une mitraillette de photographes, attendant les malheureux se faire lessiver le dos de milliers de watts. Cette grande et belle gardienne sur Liberty Island, attendant les malheureux immigrants, pour les étendre au sol dur de New York. Ces gangs de l'est, équipés de boucles de ceinturons et de violentes lames, se faisant de belles batailles ensanglantées très tard la nuit, dans les bas-fonds des ghettos New-Yorkais. De ces millions d'esclaves descendus enchaînés, de cette frénésie noire voulant s'approprier leurs droits civiques, de ces hommes meurtris par ce système racial, de la guerre au Vietnam, accumulant tant de problèmes économiques à la nouvelle bannière étoilée de Nixon, aux directs foudroyants et perspicaces des dieux noirs du stade, du haut de leur sommets, n'oubliant jamais la cause pour laquelle ils jouent...

    Sur commande
  • "Né dans le Jura en 1961, Bruno Sych a terminé ses études à l'école des Beaux-Arts de Besançon. Plus tard, sa curiosité l'a poussé à échanger le pinceau pour la plume. Les couleurs et les mots sont étroitement liés : le ton juste, le mot juste, tout est dans l'émotion.
    Un secret caché au grand jour a paru en août 2016, et il livre ici un second roman né de deux passions : l'histoire et la généalogie.
    Les nombreuses années de recherches tous azimuts, ainsi que les lectures d'actes paroissiaux, parfois quasi illisibles, l'ont amené à recréer une partie de notre histoire. Celle-ci permet aux lecteurs de mieux comprendre l'existence et les moeurs des pères de nos pères."

    Sur commande
  • "J'écris afin de toucher de la plume l'essentiel, ce que le monde énervé ou la mort prématurée nous fait manquer. Surtout pour retenir un peu les âmes belles d'ici. Voici donc un enfant qui recherche celle de son père, afin de bien grandir.
    C'est un chemin entre innocence et douleurs, quand la réalité de l'absence parfois ne saute pas au visage. Ma douleur à moi n'est pas arrivée à l'heure. Elle avait déjà loupé l'annonce du décès, même les obsèques. Elle a pris son temps pour grimper jusqu'à mon coeur, beaucoup de temps, beaucoup d'années.
    Mon Papa est mort très tôt, un siècle avant l'éclosion de ma conscience. C'est comme ça, les véritables héros sont fragiles du coeur, ils aiment trop, ça leur fatigue les valves. J'avais huit ans et une demi-tonne d'insouciance. Après, il m'a fallu chercher, deviner, inventer : son visage, son regard, sa voix, dont il me restait si peu. Et chercher ce qui construit un homme. De mes trop rares années avec lui, et des quelques récits qui me furent offerts sur sa vie, il me reste quand même un joli fil : être un Homme, c'est être libre à tout prix. Je me suis emparé assez vite de cette formidable utopie qui amuse les enfants et encombre les adultes. Mais que la barre est haute ! Comment être digne d'un homme six fois évadé de la guerre et des camps allemands, lui qui a toujours su remonter du pire des découragements ? Au-delà de ce défi, je ne peux m'empêcher de relier son histoire à celle des évadés de l'Afrique et de l'Asie qui aujourd'hui tentent le vaste pari de la Méditerranée, et viennent frapper à notre porte, à ma porte, comme mon Papa tout perclus de faim et de neige fit le pari de frapper à la porte d'une ferme hollandaise, en janvier 1944, en se demandant qui ouvrirait. "

    Sur commande
  • "Lorsqu'Adrien Bienvenu, jeune breton et meilleur chouleur de son village, apprend l'enlèvement de Marion, sa promise, il se lance à sa recherche et pour cela doit se rendre en Louisiane, province lointaine du royaume de France et de l'indomptable Mississippi.
    Après une traversée pleine de rebondissements, il débarque à La Mobile, poste le plus important après celui de La Nouvelle-Orléans, capitale de la Louisiane. Là, il rencontre Gabriel Bélair, dit « Tranchemontagne », un formidable trappeur, et son associé Chunkash, un Indien métis chacta.
    Ensemble, ils vont braver les innombrables dangers pour retrouver Marion qui a été offerte à un chef chicacha, terrible nation guerrière surnommée par le gouverneur Bienville « Iroquois du Sud ». Mais sur leur route, se dresse l'infâme Tarascon, l'homme de main du commandant de La Mobile qui a juré leur perte. "

  • "Les Asturies en cette année 1934, commencent à gronder contre un gouvernement à tendance socialiste. Ça grogne, ça pleure, ça gémit dans les chaumines... les mineurs ne veulent plus se noircir les poumons pour quelques pesetas, alors ils fomentent une insurrection. Tous savent qu'elle sera aussi cruelle que celle de 1917, mais ils n'ont pas d'inquiétudes ; les noirs anarchistes et les rouges socialistes feront front comme ils l'ont toujours fait.
    Rufino, un jeune mineur en est conscient, il se doute que son père Pedro, ses frères et sa soeur Violetta, seront les premiers derrière les barricades. Il sait aussi qu'il ne se dérobera pas à son devoir pour la cause prolétarienne, en ayant une pensée pour son grand-père anarchiste, qui pendant l'insurrection de 1917, se fit transpercer par une baïonnette d'un soldat d'Alphonse XIII. Il rendit l'âme en gémissant dans son dernier souffle...Viva la muerta !
    Mais depuis sa rencontre avec Angelina, une jeune et jolie bourgeoise asturienne, ses pensées planent davantage sur l'amour que sur la révolution, surtout depuis que le père d'Angelina, Monsieur Rozada, propriétaire des mines et des fonderies d'Oviedo ainsi que futur chef de la phalange extrême droite de Primo de Rivera, veut envoyer sa fille unique à l'université de Madrid.
    La veille de l'insurrection, Rufino est contraint d'enlever son amoureuse, ce sera le début d'une folle odyssée qui durera dix années à travers toute l'Europe et les guerres, d'abord celle d'Espagne, puis celle de 39/40 qui fut mondiale. Avec l'aide de l'ami de Rufino, Manuel Gomez le bandit des montagnes asturiennes, arriveront-ils à trouver le bonheur que le commandant Rozada leur conteste ? Ces dix années de guerres les transporteront d'Oviedo, la capitale des Asturies, à Madrid, Barcelone, Argeles, Moscou, Leningrad, Alger, Paris, Beyrouth, Toulouse, Albi, Carmaux et Fontgrande."

    Sur commande
  • 1er août 1914. Dans toutes les communes de France, la mobilisation générale est décrétée. Contrairement à d'autres, André Morilleau, jeune père de famille de vingt-huit ans ne partage pas l'enthousiasme général des premiers mois de guerre. Avec son meilleur ami, il quitte sa famille pour un conflit qui le dépasse. Année après année, il subit la Grande Guerre, une plongée dans l'horreur, dans l'enfer des tranchées.

    Sur commande
  • Sophie, rêvant d'une vie moins convenue, quitte Paris, ses parents et ses études de médecine, pour aller vivre en Algérie. Installée dans une famille d'autochtones divisée, à l'image de cette terre fracturée, et confrontée à de terribles dilemmes, elle se retrouve partagée entre deux communautés qui se déchirent.
    L'histoire se développe dans une atmosphère emplie de troubles, de non-dits et d'exaltations, entre Paris et Alger. Dans ce roman poignant, passionnant et profondément humain, au travers d'une écriture fine et poétique, l'auteur évoque un conflit encore trop peu mis en lumière, explorant avec habileté les destins tourmentés de ses personnages plongés dans le douloureux contexte de la guerre d'Algérie. Ce roman interroge avec justesse la notion d'appartenance.

    Sur commande
  • En ce mois de janvier 1808, deux armées impériales envahissaient l'Espagne : celle du Général Dupont de l'Étang, composée de jeunes conscrits sans expérience et celle du Maréchal Moncey, constituée de régiments provisoires bâtis à la hâte avec les résidus des compagnies restées dans les dépôts. Le prétexte à cette intrusion était de constituer une base arrière pour l'armée du général Junot qui allait occuper le Portugal, récalcitrant au blocus continental ordonné par Napoléon.
    Tolérées au départ, les armées impériales s'attirèrent au fur et à mesure de leur avancée dans la péninsule l'hostilité de la population. De nombreux éléments féminins suivaient les Armées de Napoléon en campagne : vivandières, blanchisseuses, prostituées, femmes ou maîtresses d'officiers. Violette, une cantinière nouvellement promue et Octave, son fils, qui ambitionne d'être tambour sont entraînés dans ce flot d'hommes en armes, comme de simples graviers dans le torrent. Leur itinéraire les conduira de Bayonne à Madrid où ils seront pris dans la fournaise des émeutes du 2 mai...
    Voyage initiatique. Violette devra gérer ses contradictions : robustesse physique acquise par l'âpreté de la vie quotidienne mais fragilité de sa condition féminine et complexité de ses émotions dans un univers mâle où règnent en maîtres l'adrénaline et la testostérone. Octave, le jeune tambour, suivra un chemin semé d'embûches qui le mènera sans transition de l'enfance au monde adulte dont il découvrira d'un coup la cruauté et le caractère impitoyable.

    Sur commande
  • En pleine insouciance de sa jeunesse et dans le souvenir d'un père trop tôt disparu, Maëline fête ses vingt ans. Sa vie va se trouver bouleversée par un héritage inattendu et atypique qui va la conduire de son beaujolais natal aux îles bretonnes, sur les pas d'un arrière-grand-père officieux, victime d'un destin tragique durant la Grande Guerre.
    Lors de sa quête itinérante afin de réhabiliter cet aïeul, elle va mettre au jour un secret de ­famille retentissant, tout en forgeant le chemin de sa propre destinée.

    Sur commande
  • Jacques Dorigny, un jeune résistant, est déporté dans un camp de concentration nazi. Par tous les moyens disponibles, il lutte jour après jour contre la dissolution morale et la destruction physique, avant de trouver refuge dans le songe et la contemplation.
    Par-delà le récit de ses peines et de ses souffrances, mais aussi de ses joies fugaces, son épreuve est l'occasion d'explorer les dilemmes moraux auxquels condamne l'expérience du camp, la profondeur des liens qui l'unissent à ses proches ainsi que les modifications de son rapport au temps, du plongeon dans l'immédiate épouvante du quotidien à son élévation vers une forme d'éternité. Elle constitue aussi le cadre d'une méditation sur la possible grandeur de l'Homme face au néant.

    Sur commande
  • Durant les derniers mois de présence française en Algérie, un jeune Pied-Noir nous raconte sa rencontre dans un bar de son quartier avec un enquêteur venu d'Alsace, à la recherche d'une jeune Allemande. Il nous conte comment il se lie d'amitié avec cet homme particulier pour l'aider à retrouver cette femme égarée dans un groupe de police ­parallèle qu'il s'apprête à éradiquer avec ses amis activistes.
    Entre fureur et nostalgie, dans cette ville embrasée où chacune de ses actions lui rappelle paradoxalement un souvenir heureux de son enfance qu'il nous révèle, il ne nous cache rien de la violence de ses actes. Nous vivons au jour le jour, au sein du petit peuple de son quartier, la dernière année de présence française dans cette métropole et sa lutte désespérée contre les forces gouvernementales et le terrorisme F.?L.?N.
    Avec dureté, et humour parfois, il nous dit sa haine pour ceux qui veulent effacer son identité en le chassant de sa ville, faisant de lui un tueur impitoyable ; et sa rancoeur envers certains qui ont ­méprisé cette cité, la jugeant trop près de l'Espagne et pas assez de l'Afrique. Les sentiments qu'il va se découvrir pour cette femme étrangère qu'il tente d'exfiltrer vers son pays l'aideront finalement à consommer sa défaite à la terrasse du Musset, ce bistrot sous les arcades oranaises.

    Sur commande
empty