Editions B2

  • Una città in forma di palazzo : dans le dernier tiers du Quattrocento, à Urbino, Mantoue ou Milan, des princes voulurent faire de leur résidence des cités idéales, à l'écart de la ville mais s'imposant à elle, l'ordonnant. Ils suivaient en cela la leçon d'Alberti, qui avait fait de son De re aedificatoria un traité non pas de l'art de bâtir, mais de sa politisation. Car l'architecture humaniste devenait un art de la persuasion. Elle était chargée d'exprimer ce que les mots n'osaient pas encore dire : l'absolutisation du pouvoir princier. Ce petit livre confronte cette folle ambition au déniaisement machiavélien, rappelant que s'il existe un langage architectural, alors celui-ci ménage aussi des non-dits, suscite des incompréhensions, trahit des lapsus.
    />

    Sur commande
  • Nous sommes le 23 juillet 2014, à Gaza, dans la maison du beau-père de l'auteur palestinien Atef Abou Saef où vivent désormais 14 personnes de la famille dans seulement 2 pièces. Une explosion terrifiante se fait soudain entendre. Personne ne peut s'habituer à la peur que la prochaine frappe plus près encore. «  La pooooooorte  !  » crie Jaffa, la fille de 19 mois d'Abou Saef. En effet, personne n'a su lui expliquer l'horrible réalité du bruit terrorisant des explosions. Dans son essai, Léopold Lambert relate les politiques israéliennes du «  Bulldozer  »  : en référence au surnom du général Ariel Sharon -  ministre pendant 12 ans entre 1981 et 1999 et Premier ministre entre 2001 et 2006  -, ainsi qu'à la version militarisée du Caterpillar D9 en appliquant la doctrine.

    Sur commande
  • " L'homme est la nature prenant conscience d'elle-même ", annonce le frontispice de L'homme et la Terre, dernier livre d'Élisée Reclus (1830-1905) publié juste après sa mort. Dix ans plus tôt, il présentait un " Projet de globe terrestre " monumental : 200 m de haut et 20 millions de francs. Conçu pour l'Exposition universelle de 1900, il aurait dû, au temps des colonies, des panoramas et des zoos humains, se tenir au sommet de la Colline de Chaillot, face à la Tour Eiffel... Étrange expérience bachelardienne que ces cave et grenier de l'Univers, à la fois géode, palais de la découverte et planétarium de notre propre sol habité ! Ses trois sphères auraient fièrement reflété l'aspiration d'un géographe libertaire qui, exilé de France après la Commune, voyait la Terre comme un trait d'union entre les hommes...

    Sur commande
  • En dépit de la Crise financière de 2008, l'aménagement d'Abou Dhabi -  et de sa smart city de Masdar non loin de l'aéroport  - se poursuit. Grâce à son ralentissement structurel, on assiste depuis peu à un basculement de la capitale des Émirats arabes unis (600 000 habitants, troisième ville après Dubaï et Charjah) d'un modèle de «  pétro-urbanisme  » calqué sur les villes américaines énergivores (superhighways de bitume, murs-rideaux de verre et megamalls climatisés), vers celui d'un modèle plus durable, culturel et touristique, symbole de «  l'après-pétrole  ». Et alors que l'«  île des Musées  » de Saadiyat prend peu à peu forme, Masdar teste la limite des écocités solaires. Un historien et un urbaniste déchiffrent ici cette mutation.

    Sur commande
  • En conclusion du Nomos de la terre, Carl Schmitt conceptualisait, en 1950, les conséquences des guerres aériennes : en délocalisant les lignes de fronts offensif et défensif, les frappes aériennes transforment l'" ordre spatial international ". Dans Un monde clos, Paul Edwards en prolonge l'idée et nous dévoile non seulement la naissance d'un nouvel espace " fini ", mais aussi celle d'une Pax Americana " calculable " et, au moins en apparence, " sous contrôle ". Liée à de nombreux facteurs techniques, la montée en puissance de calculateurs digitaux au détriment de leurs ancêtres analogiques allait ainsi contribuer à faire de l'Ordinateur - certes plus discrètement que la Bombe - l'icône pop d'une nouvelle géographie du Monde libre...

    Sur commande
  • Un voyage au bout de la nuit de l'écologie conceptuelle, doublé de la promesse du jour d'une écologie sensible : telle est la " photosynthèse " à laquelle nous invite James Nisbet à propos du Lightning Field, oeuvre maîtresse du discret Walter De Maria. Car une fois intégrés le protocole de visite (imposé par l'artiste et la Dia Art Foundation) puis la fascination suscitée par les six clichés autorisés, le fait est qu'on en sait très peu sur cette oeuvre située aux confins du land art, de l'art conceptuel et du Nouveau-Mexique. C'est pourquoi, à la croisée de la cybernétique, de l'entropie et de l'environnementalisme, le chercheur dévoile ce " bref moment dans l'histoire de la photo-énergie " en l'inscrivant dans l'histoire de l'art américain.

    Sur commande
  • L'urbanisation de la Chine devient-elle sans commune mesure ? Ses métropoles sont-elles en train de s'imposer comme les villes mondiales de demain ? Que traduit l'actuelle embolie du marché immobilier ? Les villes chinoises perdent-elles leur âme dans des projets urbains peu respectueux du patrimoine ? Leur modèle est-il réfractaire à la démocratie ? Le développement durable constitue-t-il une issue pour une gestion urbaine souvent démunie face aux enjeux environnementaux et énergétiques ? Dans ce court essai, Jean-François Doulet nous donne des éléments de réponses issus de vingt années d'observation sur le terrain. Sans complaisance mais avec beaucoup de lucidité, il nous livre les clefs de la ville " made in China ".

  • Peu avant l'éclosion du Swinging London, du flying circus des Monty Python (1969-1974) et du contrôle cybernétique de la série Le Prisonnier (1967-1968), l'architecte Cedric Price (1934-2003) va, au début des sixties, initier deux projets culturels et éducatifs restés mythiques  : le Fun Palace (1961-1965, non réalisé) et la Potteries Thinkbelt (1963-1967, non réalisé). Dans leur formalisme modulaire comme dans leur esprit très évolutif, le premier est imaginé comme «  un grand chantier naval installé dans n'importe quelle zone industrielle  », tandis que le second entend se substituer aux fabriques de porcelaine moribondes du Staffordshire. Dans leurs essais, S. Mathews et P. V. Aureli en déconstruisent la portée programmatique et la signification sociétale.

    Sur commande
  • Métropole émergente du XXIe siècle, l'ancienne Byzance connaît actuellement de profondes transformations sous la houlette de Recep Tayyip Erdogan et de son parti, l'AKP. Cette métamorphose de Constantinople, à l'aube du centenaire de la République turque (2023), est particulièrement visible sur les franges de la mégapole du Bosphore. À la manière de Mike Davis « excavant le futur » de Los Angeles (City of Quartz), Istanbul 2023 est un ouvrage pionnier, dévoilant les mirages de grandeur de celle autrefois capitale de l'Empire ottoman. L'arpentage mène le lecteur hors des sentiers battus, loin des clichés entretenus par les édiles ou les promoteurs touristiques : une entité urbaine tentaculaire, sans qualité, détruisant toujours davantage ses magnifiques aménités.

empty