Ecriture

  • Malraux : une vie racontée par son fils adoptif.

    « Né son neveu après la mort de mon père, Roland, et celle de mon oncle Claude, tous deux disparus en déportation, j'ai grandi près de l'aîné des trois, André, puisqu'il s'est institué mon père et a joué ce rôle vingttrois années : la première escale de ma vie a donc duré près d'un quart de siècle, et ce que j'ai vu, c'est d'abord par ses yeux que je l'ai vu. » Ainsi commence cette évocation biographique de Malraux par son neveu et fils adoptif. On peut choisir son Malraux : le romancier conquérant du réel et de l'imaginaire, le militant au poing moins fermé que levé, le jeune visionnaire d'une Voie royale ou le chasseur affranchi de têtes gréco-bouddhiques, l'agnostique obsédé du divin, le chevalier aux ailes brisées de l'escadrille «España», le colonel attendu et inattendu de la brigade Alsace-Loraine, le porte-parole mystique du Général entré dans l'Histoire, le ministre, non de la Culture mais des Affaires culturelles.
    Alain Malraux, lui, les connaît tous. Et n'en choisit aucun. Dépositaire de sa mémoire, il raconte tout, du grand homme public comme du père-époux-ami auprès des siens.

    Sur commande
  • À la recherche d'Antoine de Saint Exupéry.

    L'oeuvre d'Antoine de Saint Exupéry, délaissée par l'Université, méprisée par les élites, hâtivement jugée moraliste et réactionnaire, ramenée au seul enchantement d'un conte, Le Petit Prince, méritait une relecture.
    L'homme a été le plus souvent célébré du fait de son engagement et de sa mort tragique. Déplacé de la sphère littéraire dans celle de l'héroïsme militaire, Saint Exupéry a été privé de sa dimension de grand écrivain, contrairement à Gide, Camus ou Sartre. Un héros donc, seulement un héros, serait-on tenté de dire, tant l'oeuvre littéraire, ses audaces, ses intuitions, ses prophéties ont été négligées et même rejetées.
    Pour rendre à Saint Exupéry la place qu'il mérite dans la littérature moderne, son biographe, Alain Vircondelet a fait appel aux contributions d'historiens, d'écrivains, d'universitaires, de psychanalystes, de spécialistes d'aviation ou simplement de passionnés, qui abordent des sujets tels que : la mort dans Le Petit Prince, le rapport à sa mère, Saint Exupéry et le cinéma, Saint Exupéry journaliste, son rapport à Dieu, ses derniers écrits, sa dépression, ses textes visionnaires, sa discorde avec de Gaulle...

    Sur commande
  • Les flâneries d'un impénitent.

    Qui mieux que Neuhoff pour jouer les snobs, en digne émule de Boris Vian, lui qui a tout vu, tout lu, tout entendu à Saint-Germain-des-Prés ?
    Il regrette un temps où les cigarettes n'étaient pas en plastique, l'absence de face B sur les CD, ne veut lire sa littérature que sur le papier bible de la Pléiade, continuera toujours à passer ses soirées chez Castel et ne peut se résoudre à admettre qu'à l'Académie française il y a des auteurs plus jeunes que lui !
    Autant de réflexions rassemblées en 101 leçons titrées de façon décalée (Hésiter entre le vrai et le faux ; Pleurer avec le père Noël ; Retourner vers le futur ; Etre à côté de la plaque ; Prendre des cours de Lang...) Ce ne sera pas une mince affaire, mais en suivant le plus dandy des Parisiens, avec sa nonchalance maîtrisée et son détachement plein d'ironie, bref en suivant les flâneries d'un snob impénitent, on se plaît à sourire.

    Sur commande
  • Ville close

    Franck Maubert

    Un homme se retire à Richelieu, dans la maison de sa tante défunte, dont il fut, plus jeune, l'amant. Le narrateur découvre peu à peu les étranges habitants de cette ancienne « ville nouvelle », aujourd'hui enserrée dans ses murailles. Entre Touraine et Poitou, cette ville close fondée en 1642 par le Cardinal, dont le fantôme hante encore les rues désertées, est le théâtre de faits divers troublants : suicides, rumeurs, morts suspectes, meurtres...
    Le narrateur va se fondre au coeur des mystères des lieux et enquêter, à la recherche de l'âme de la ville et du spleen qui l'habite, jusqu'à ce que, lui-même confronté au drame, soit sauvé par une énigmatique jeune femme.
    Un roman d'atmosphère assurément, inspiré de faits réels. À sa lecture, Patrick Modiano écrit : « J'ai trouvé qu'il y avait là du Simenon, et aussi un peu d'André Dhôtel, écrivain que j'aime beaucoup... »

  • Michel Tournier revient sur sa vie, ses livres et notre monde, avec le regard de l'Ancien, tantôt tendre, tantôt acéré, toujours surprenant et empreint d'humour.
    De son enfance, un pied en Allemagne, aux convulsions de la Seconde Guerre mondiale, de sa jeunesse bohème à Paris à ses années d'écrivain à succès, Michel Tournier raconte et se raconte. Il dévoile ses années de lente maturation littéraire, qui ont fait de lui l'auteur français contemporain le plus traduit et le plus vendu dans le monde ; il évoque ses innombrables voyages, son rapport particulier à l'Allemagne, les lectures qui l'ont formé, ses rencontres avec François Mitterrand, sa passion de la musique et de la photographie, son rapport à la foi catholique, et révèle les aspects inconnus de sa vie d'académicien Goncourt.
    Les témoignages de ses amis Edmonde Charles-Roux, Robert Sabatier, Didier Decoin et de l'universitaire Arlette Bouloumié - qui gère le fonds d'archives Tournier - complètent cet ouvrage qui permet de découvrir ou de redécouvrir l'auteur du Roi des Aulnes et des Météores.

  • Capitale de l'imaginaire, théâtre d'ombres de l'inconscient occidental, Venise tend à devenir l'ultime réserve de fantômes de l'Europe du XXIe siècle. C'est la plus fabuleuse des machines à rêver.
    Loin des gondoliers langoureux et des lunes de miel, la Sérénissime dissimule son vrai visage, nocturne et rayonnant. L'eau du Grand Canal éprouve la nostalgie des voiliers remontant son cours, chargés d'épices et d'hérésies. Partout, l'invisible affleure et capture en émerveillant.
    Les chats du palais Bovolo nous précèdent dans cette chasse aux trésors en compagnie de Galilée, Giordano Bruno et tant d'alchimistes guettés par l'Inquisition. Nous croisons la fée Mélusine sous les traits de la reine de Chypre Caterina Cornaro, et Sara Copia Sullam, la poétesse du Ghetto. Que de sublimes nudités caressées par Titien, l'Arétin, Casanova, Baffo l'obscène, Ange Goudar, " l'espion chinois " débridé, et Corto Maltese, le marin à la boucle d'oreille.
    Le voyage se poursuit hors de la lagune : de Padoue au lac de Garde, de Ravenne à Ferrare et Trieste, à travers une Vénétie éblouissante où Rilke dialogue avec Giorgione.

  • Les jeux de l'amour et du mensonge.

    Victor Goupille est un faussaire, talentueux sinon génial. Pour se distraire et (bien) gagner sa vie, il façonne des lettres et manuscrits plus vrais que nature. Sous sa plume naissent des documents autographes de Céline, Georges Perec, Romain Gary, Françoise Sagan, Jean-Edern Hallier, Antoine Bondin : des " trésors de papier " qu'il écoule aux enchères avec la complicité d'un expert.
    À la faveur d'une petite annonce, il rencontre Camille, une mystérieuse femme brune à la main brisée. Coup de foudre ? Réciproque ? Pas si sûr. Car la belle aime jouer et dissimule aussi un secret. Alors que son manège attise les soupçons de la police, Victor doit mentir à Camille pour mieux l'aimer.
    Entre intrigues, éclats de rire et sensualité, l'aventure continue. Mais à leurs risques et périls ! Car bien souvent, tel est pris qui croyait prendre...

empty