Denoel

  • Garder le cap

    Sempé

    En feuilletant les pages de cet album, nous sommes comme chaque fois incroyablement touchés par la délicatesse du trait, la subtilité et la mélancolie de l'esprit de Sempé. Se dégage aussi des dessins une forme d'élégance morale, discrète et toujours amusée.
    La plume de Sempé traduit sa vision tendrement ironique de nos travers et des travers du monde. Dans ce livre, on retrouve le meilleur de l'humour fin, subtil et allusif, allié à un formidable sens du dérisoire, qui caractérise toute l'oeuvre de Sempé.
    Observateur incomparable de nos vies quotidiennes, Sempé réunit ici ses meilleurs dessins inédits.

  • Raoul Taburin

    Sempé

    Le livre culte de Sempé republié à l'occasion de la sortie du film Raoul Taburin.

    «Sa réputation était telle que, dans le canton, on ne disait plus un vélo, mais un taburin.» Raoul Taburin, l'illustre marchand de cycles de Saint- Céron, cache un terrible secret. En dépit de multiples tentatives, il n'a jamais réussi à tenir sur une selle. Son talent de réparateur lui vaut cependant de solides amitiés : Sauveur Bilongue, vainqueur d'une étape du Tour de France, le père Forton qui lui cédera son fonds de commerce et surtout Hervé Figougne, le célèbre photographe. Mais Raoul va-t- il accepter de poser pour lui sur son taburin? N'est-ce pas la chance inespérée d'être à la hauteur de sa réputation?

  • 80 chroniques pour affronter les rigueurs du XXIe siècle «L'open space, on aurait d'abord dû le tester sur des rats.» «Le monde se divise en deux : ceux qui voient la batterie de leur téléphone à moitié pleine et ceux qui voient la batterie à moitié vide.» «Toute une carrière passée à Pôle emploi, tout ça pour finir chômeuse? C'est là que je me suis dit, Mireille, t'as été inspirée de ne pas faire boucherie.» «Dans la société de l'image, il y a plus emmerdant que de rater son clafoutis : il y a rater la photo de son clafoutis.» Cyclo-prolétariat, flexisécurité, PMA post mortem, ubérisation, start-up nation : Charline Vanhoenacker dépeint avec délectation les travers et les vanités d'une société, la nôtre, qui court après la modernité comme un hamster dans sa roue.

  • Gemma Bovery

    Posy Simmonds

    " familles recomposées, je vous hais.
    " excédée par l'intrusion incessante de ses beaux-enfants et de l'ex de son mari, charlie, gemma bovery décide de s'installer avec celui-ci loin de londres, dans une fermette du bocage normand. là, elle découvre avec émerveillement les charmes de la campagne française. mais le " french way of life " a ses limites. l'ennui guette. gemma prend un amant sous l'oeil jaloux de joubert, le boulanger, qui se fait le chroniqueur de sa déchéance amoureuse.
    Le décor, le destin, le nom de l'héroïne vous rappellent quelqu'un. c'est à dessein. posy simmonds donne à l'emma bovary de flaubert une arrière-petite-fille en jean, baskets et lingerie fine. personne ne sort indemne de cette satire, ni ces anglais middle class assoiffés de grands crus et d'exotisme continental, ni cette petite bourgeoisie française aux manies insupportables. du désir de grandeur et de ses désillusions.
    De l'influence des régimes amaigrissants sur la fidélité conjugale. splendeur et ridicules du désordre amoureux. le grand gustave y retrouverait ses petits.

  • Quelques optimistes

    Sempé

    Nouvelle édition en 2001

    Sur commande
  • L'inénarrable François Morel est de retour ! Voici le nouveau recueil de ses chroniques du vendredi dans la matinale de France Inter de 2017 à 2019, pour le plus grand bonheur de ses lecteurs et de ses auditeurs.

    « On critique parfois ceux qui ont profité de la notoriété de leur père pour se faire connaître, mais est-ce que Jésus-Christ, je pose la question, je ne veux faire le procès de personne, n'a pas, plus que les autres, exagérément utilisé la notoriété de son père pour faire carrière dans la messianie ? » A la fois caustique, cinglant et émouvant, François Morel n'a pas son pareil pour nous parler de l'actualité, du quotidien, de la vie en général.
    Parmi les célèbres chroniques qui font, tous les vendredis, les délices des auditeurs, on retrouve dans ce recueil:
    « Elle est bonne la soupe » ;
    « Jean Rochefort et la mort n'ont rien à faire ensemble » ;
    « Cher monsieur Koons » ;
    « La littérature n'est pas morte » ;
    « L'art de la relance » ;
    « Des nouvelles du pays des tartelettes à la merde » ;
    « #Balancetavache ».

  • Quelques romantiques

    Sempé

    Sur commande
  • Marcellin caillou

    Sempé

    «Le petit Marcellin Caillou aurait pu être un enfant très heureux comme beaucoup d'autres enfants. Malheureusement, il était affligé d'une maladie bizarre : il rougissait. Il rougissait pour un oui, pour un non. Heureusement, me direz-vous, Marcellin n'était pas le seul à rougir, tous les enfants rougissent. Ils rougissent quand ils sont intimidés ou qu'ils ont fait une bêtise. Mais, ce qui est troublant dans le cas de Marcellin, c'est qu'il rougissait sans aucune raison.»

  • Sur commande
  • Quelques jours de congé

    Sempé

    Nouvelle édition en 2000

    Sur commande
  • Les musiciens

    Sempé

    Nouvelle édition augmentée en 1996

    Sur commande
  • Quelques representations

    Sempé

    Sur commande
  • Nouvelle édition en 2012

  • Quelques campagnards

    Sempé

    Nouvelle édition en 2012

    Sur commande
  • Sempé à New York

    Sempé

    Dès son adolescence à Bordeaux, Sempé rêvait de pouvoir intégrer la famille des dessinateurs du New Yorker, le prestigieux magazine américain dont il admirait l'esprit.
    Ce rêve devenu possible, en 1978, il se rend régulièrement à New York pour travailler avec une équipe qui lui laisse une totale liberté. Bien que Français, Sempé dessine cent une couvertures et autant de «cartoons» en pages intérieures, ce qui est sans précédent dans l'histoire d'un magazine américain.
    Ces dessins new-yorkais, dont de nombreux inédits, sont ici rassemblés pour la première fois et accompagnés d'un entretien avec Marc Lecarpentier, ancien directeur de la rédaction et président de Télérama.
    Ils expriment le bonheur de vivre dans une ville unique, avec ses chats insouciants et ses humains minuscules, sa frénésie, ses nuages, son gigantisme, ses jazzmen et ses jardins oubliés.

  • Insondables mystères

    Sempé

  • Quelques concerts

    Sempé

    Nouvelle édition en 1998

  • Simple question d'équilibre

    Sempé

    Nouvelle édition en 1992

    Sur commande
  • Tas de riches

    Tignous

    FAUT VOIR DESSINER Tignous pour comprendre.
    A Charlie, je le regarde faire : la main gauche glisse sur la page, sans jamais se relever, et le trait coule, sûr de lui, élégant du début à la fin. Tignous enveloppe la vie de ses arabesques. La vie est dure ? Les dessins de Tignous sont impitoyables, avec la cruauté du discours bien sicelé.
    Ils disent des choses simples : les nantis se gavent, les pauvres serrent leur ceinture, d'humilient, se prostituent, souffrent.
    Les riches mentent. La richesse est laide, loin des photos maquillées des magazines, et le beau trait de Tignous le dévoile. Elle est monstrueuse, comme ces gros hommes, obèses et monstrueux. Tignous faire dire à ses patrons des choses cyniques, et pourtant ses dessins ne le sont pas. Il y a , au fond de chacun, une parcelle d'humanité, peut-être même d'espoir. Pourquoi ? Parce que Tignous est un artiste, et qu'un artiste ne peut jamais bâtie tout ce qu'il fait sur le désespoir.
    Tiens, si j'étais un patron, j'investirais dans du Tignous ! Oncle Bernard.

empty