Collectif Des Metiers De L'edition

  • L'arbitraire de la violence d'État n'en finit pas d'écraser ceux qui entravent ses désirs. Mais, dans Le Visage de la lutte, le peuple ne s'en laisse pas conter si facilement. Cette allégorie de la lutte contre le fascisme convoque la puissance graphique et politique des romans graphiques de Frans Masereel pour nous rappeler la nécessité vitale du combat pour la liberté, l'égalité et la justice sociale.

    Seth Tobocman, bédéiste américain, signe ici son deuxième ouvrage publié en France, après Quartier en guerre (CMDE, 2017). Ce livre imprimé en sérigraphie artisanale inaugure la collection "La Ballade du tambour du fou" dédiée à la publication de critique sociale sous forme de récits graphiques.

  • Manhattan, années 1980. Couvre-feu, violences policières, expulsions... Les politiques sécuritaires et spéculatives s'abattent sur le quartier populaire du Lower East Side. Mais ses habitants résistent : squats, manifestations sauvages, émeutes... Ce roman graphique rend compte de cette histoire par une succession de portraits où se croisent les vies tumultueuses d'immigrés, de sans-abri, de punks et autres pauvres pour qui la solidarité et l'auto-organisation deviennent des armes. Au plus fort de son art du reportage BD, Seth Tobocman, compagnon de route de Peter Kuper et d'Eric Drooker, signe un livre d'une rare finesse, écrit sur plus de dix ans, alors qu'il squattait lui-même à deux pas du centre mondial de la finance.

    Sur commande
  • Sur une branche d'ylang ylang, deux chenilles muent en chrysalides. Lorsque l'une d'elle se transforme en papillon, celle qui reste pleure la disparition de son amie...

    Petit conte fétiche de Mimi Barthélémy, ce livre est une allégorie de la la mort et de la renaissance. Tom Haugomat (Hors-Piste, Thierry Magnier, 2014 ; Marche ou rêve, CMDE, 2012) lui donne vie avec un trait simple et des couleurs directes.

    Ce livre, débuté avant la disparition de Mimi, est surtout la rencontre de deux grands artistes.

    Sur commande
  • En Arménie, au printemps 2018, c'est la révolution. L'ensemble du pays est sorti dans les rues pour déloger le pouvoir corrompu, en place depuis l'indépendance après la fin de l'URSS. Dans un récit enlevé, incarné, tout à la fois drôle et poétique, Jean-Luc Sahagian raconte de l'intérieur ce mouvement populaire auquel il participe et qui se dévoile dans toute sa puissance.

    Lorsque l'obéissance meurt devant les yeux effarés des chefs, lorsque tout le monde, enfants compris, veut changer de système et qu'il y parvient, l'espoir renaît. Quelle que soit l'issue, personne ne sort indemne de l'éblouissement de la révolte.

    Jean-Luc Sahagian est notamment l'auteur de Victor Serge, l'homme double (Libertalia).

  • Iggy Pop fait des inventaires dans les supermarchés ; Sean Connery est en formation à l'AFPA ; Pascal Moustache a rendez-vous avec Mme Bâtard, sa conseillère Pôle Emploi ; Adolf, fan de Picasso, ramasse des poubelles...

    Autant d'histoires folles, toutes véridiques, qui ont émaillé le quotidien d'un travailleur précaire, racontées avec un sens de l'humour et de la mise en scène décapants.

  • Entre la liste de course et le haïku, cette réécriture de Barbe-Bleue est une pêche au mot, pour saisir l'essentiel d'une histoire tellement connue, racontée, réécrite.
    D'une seule respiration, nous tirons la barbe de ce bleu qui se laisse entrainer dans ce raccourci d'histoire.
    Pourquoi ? Pour arriver plus vite à la fin ?
    Ou simplement garder la ligne. narrative et laisser imaginer aux lecteurs, aux enfants, aux parents, toutes les rondeurs superflues.

    Sur commande
  • La Nuit de Tlatelolco d'Elena Poniatowska est le livre le plus lu sur le mouvement étudiant de 1968 au Mexique et le massacre du 2 octobre sur la Place des Trois Cultures. À travers des centaines de témoignages d'étudiants, de professeurs, de parents, d'ouvriers, mais aussi d'extraits de presse ou de paroles du pouvoir, Elena Poniatowska reconstruit méticuleusement l'histoire sociale d'un mouvement populaire, que le parti d'État mexicain, le PRI, finira par écraser dans le sang à dix jours du début des J.O de Mexico.
    Publié pour la première fois au Mexique en 1971 sans jamais être traduit en français, La Nuit de Tlatelolco fait écho encore aujourd'hui à la situation de pays qui, dépensant des sommes colossales pour accueillir de grands événements sportifs, se retrouvent face à leur propre réalité lorsque surgissent de forts mouvements de contestation sociale.

    Sur commande
  • Truc est jeune, plein d'entrain, il travaille à l'usine. Truc construit des machines, une par jour. Ces machines construisent des cartons. Mais elles vont s'emballer... Truc va-t-il se faire avaler ? Deviendra-t-il lui-même une machine ? Cette fable sur le travail, portée par un véritable souffle poétique et des gravures sur bois à l'exécution exceptionnelle, donne à lire l'absurdité d'un monde aux cadences infernales où les machines broient hommes et matières indifféremment.

    Le Carton est le premier roman graphique du graveur franco-cubain Yoel Jimenez. "La Ballade du tambour du fou" est une collection d'ouvrages proposant des récits graphiques à portée de critique sociale avec une fabrication de haute qualité.

    Sur commande
  • La nuit du 26 septembre 2014 à Iguala, dans l'État du Guerrero, 6 personnes ont été assassinées et 43 étudiants de l'école rurale d'Ayotzinapa ont disparu.
    Au Mexique, où l'État et le narcotrafic ont fusionné, où plus de 27 000 personnes sont portées disparues, cette tragédie a été celle de trop. « L'affaire » des 43 étudiants d'Ayotzinapa a réveillé la société mexicaine dans ses bases les plus profondes et a suscité un élan de solidarité internationale.
    John Gibler s'est rendu sur les lieux quelques jours après les faits pour comprendre. Pendant près d'un an, il s'est entretenu avec les rescapés, les témoins des attaques et les parents des disparus. Ce livre est fait de leurs voix.

    Sur commande
  • « Gretel a faim. Très. Son frère est appuyé contre le mur en pain d'épices de la maison qu'ils ont trouvée dans la forêt. » Hansel est effacé du titre. Hansel s'est jeté sur la maison en pain d'épice. Hansel est prisonnier, condamné à être engraissé. Et Gretel ?

    Après rouge Chaperon Petit . ce récit du conteur Marien Tillet est toujours empli de mystère et de poésie. Les dessins de Pole Ka, à la limite du terrifiant, illustrent magnifiquement la sensation de peur et de solitude des deux enfants piégés dans la maison de l'ogresse.

    Sur commande
  • Des mots découpés dans LE livre de cuisine de référence, des mots concoctés, réservés, décortiqués pour raconter la quête de « Pot » d'âne, à la découverte, feuille à feuille, d'elle-même. Sophie Tiers, auteure de Barbe-Bleue, nous livre une version poétique et culinaire du conte de Peau d'âne.

    Sur commande
  • Une version inversée du conte, qui débute ici par la fin et s'achève par le début...

    Sur commande
  • Qu'advient-il lorsqu'un père commet le pire : tuer ses propres enfants ? Victime de la perfidie du Petit Poucet, l'ogre, à l'orée de sa fin, étendu dans une neige qui sera son linceul, se remémore l'engrenage infernal qui l'a conduit à commettre l'irréparable. Après Rouge chaperon petit le (2013) et Et Gretel (2015), Marien Tillet, figure montante du conte contemporain, clôt sa "trilogie de la forêt" avec Ogre. Poésie hypnotique composée en alexandrins, ce texte adopte le point de vue du tueur dans un délire servi par les illustrations introspectives et psychédéliques de Mac McGill. Album composé en même temps qu'un spectacle, Le dernier ogre, en tournée dans toute la France depuis février 2019.

    Sur commande
  • Chaque année, tout ce que le monde compte d'amateurs d'art contemporain se retrouve à Miami à l'occasion de la plus prestigieuse foire au monde, Art Basel. Cette ville connaît alors une « débauche d'art, d'argent et de célébrités » au nez d'une population parmi les plus pauvres aux États-Unis.
    Erick Lyle, squatteur et journaliste free lance, décrit dans un reportage au vitriol l'envers d'une ville à l'heure où ce déballage obscène du marché de l'art est une occasion en or pour les autorités publiques et les promoteurs immobiliers d'accélérer le processus de gentrification.
    Il nous emmène ensuite à San Francisco, où il revient sur Streetopia, une foire d'art dans la lignée des Diggers et du mouvement Occupy. Il nous montre comment une lutte contre les transformations modernes de la ville est possible, opposant l'utopie au rouleau compresseur du marché.

  • Les 43 étudiants d'Ayotzinapa fut le massacre de trop. Ce que chaque Mexicain savait et ne pouvait dire, dorénavant plus personne ne peut le nier : la collusion entre les narcotrafiquants et l'appareil étatique.

    Dans une enquête loin de tout sensationnalisme, John Gibler, journaliste étasunien, nous plonge dans l'histoire du narcotrafic, ses liens avec les États-Unis, en déconstruit les mythes et montre l'horreur quotidienne de cette guerre de la drogue : les « disparitions », les assassinats, la peur, la loi du silence et l'impunité absolue des responsables.

    Mourir au Mexique est cette chronique sombre et dérangeante, enquête de terrain, dénonciation critique de ce que le narcotrafic est pour le capitalisme : une véritable aubaine où les profits nagent dans le sang.

    Sur commande
  • Le vieux Salomon ne rigolait pas avec ses vaches.
    Le vieux Salomon ne rigolait pas tout court.

    Sur commande
  • « Depuis les années 1980, les pouvoirs publics prétendent régler les questions sociales par une intervention sur la ville. Aujourd'hui, la ville et l'urbanisme sont aussi de plus en plus mobilisés comme un levier de développement économique. Dans cet ouvrage, Didier Moineau nous emmène par l'écriture dans une grande promenade urbaine à travers la ville de Grenoble. Empruntant à la dérive situationniste, il utilise la métaphore de la marche pour déconstruire cette instrumentalisation de l'urbain à des fins de dépolitisation des enjeux sociaux et économiques.

    C'est bien de Grenoble qu'il s'agit, ville exemplaire du développement technopolitain, passée de l'industrie aux technologies de pointe, des ouvriers aux ingénieurs et aux cadres. Mais les liens que cette déambulation permet de faire excèdent le seul cas de Grenoble et sont exemplaires des transformations sociales, économiques et politiques contemporaines ».

    Anne Clerval, extrait de la préface

    Sur commande
  • Une voiture tombe en panne dans la campagne argentine. Son conducteur, étranger, trouve refuge dans une maison bordant la route, le foyer accueillant d'Alberto. La nuit est prétexte à toutes les confidences, et Alberto raconte son histoire, celle de sa famille, celle de son pays aux prises avec un mal terrible : la dictature. Nourri par les planches d'Alberto Cedròn, dessinées comme autant de tableaux, le scénario de Julio Cortazàr plonge le lecteur dans une allégorie de l'Argentine des années 30 aux années 80. OEuvre conjointe des deux exilés argentins en Europe, La Racine de l'Ombù est une divagation sur l'histoire, une hallucination nocturne qui doit nous donner la force de nous battre contre l'oubli.

    Sur commande
  • Dès 1830, Barcelone connut une expansion urbaine donnant naissance à une nouvelle zone de la ville, le quartier chinois. Ce quartier, sans aucun immigré chinois, avait la réputation d'être le concentré des vices de la plèbe. Chris Ealham, historien anglais, démontre à quel point il s'agissait là d'une construction politique de l'élite barcelonaise, profondément inquiétée par les « classes dangereuses ».
    Alors que les conservateurs, de droite ou de gauche, présentèrent la révolution de 1936 à travers le mythe de « la foule enragée », des comités de quartiers nés des barricades, fondés sur le partage et l'auto-organisation ouvrière étaient porteurs d'un projet urbanistique révolutionnaire.
    En replaçant l'urbanisme comme lutte permanente entre l'élite et la classe ouvrière, Chris Ealham nous livre une analyse brillante pour appréhender différemment la plus importante tentative anarchiste.

    Sur commande
  • Une ville prospère est envahie soudainement par des rats, qui n'apportent que misère et désolation. Un homme, joueur de flûte, est chargé de débarrasser la ville des rongeurs... Cette version du Joueur de flûte de Hamelin a pour particularité d'être sans parole. Les magnifiques gravure sur bois de Vitalia Samuilova, jeune artiste lituanienne, sont éloquentes : c'était ailleurs, c'était il y a longtemps ; ça pourrait être ici et maintenant.

    Sur commande
empty