Cherche Midi

  • depuis plusieurs années, raymond devos travaillait à un nouveau livre d'humour et d'humeur fait d'aphorismes, de pensées, d'anecdotes
    et d'extraits de sketches inédits.
    il noircissait à cet effet des petits carnets dans lesquels il consignait ses dernières trouvailles, ses réflexions, ses fulgurances. c'est ainsi une sorte de testament comique que nous vous proposons. on y retrouve son sens du mot, de l'absurde, des paradoxes, et une certaine vision de la condition humaine aussi juste qu'irrésistible. un livre indispensable pour tous ses admirateurs.

  • La « dernière période » de Raymond Devos, qui va du début des années 1990 à sa disparition en 2006, est très certainement sa plus riche et, paradoxalement, sa moins connue. L'humoriste y bouleverse en effet les limites du sketch à proprement parler pour aborder des genres aussi divers que le roman, la nouvelle, le récit, les pensées, etc.
    Si on y retrouve la verve, l'esprit et le sens de l'absurde qui le caractérisent, son talent aux abords de ces formes nouvelles y est plus éclatant que jamais. Nous sommes ainsi très heureux de proposer ici l'intégrale de ces textes, réunis pour la première fois en un seul volume, préfacée par Claude Hagège et agrémentée d'un récit inédit, Rêves de chercheurs.
    Aussi désopilante qu'indispensable, une anthologie rare et enchanteresse.


     

    Sur commande
  • Jean Yanne nous manque. Son oeil acerbe sur la société, son sens de la dérision, sa mauvaise foi irrésistible et sa mauvaise humeur réjouissante, sont encore dans toutes les mémoires. Aussi, est-ce un véritable plaisir de le retrouver dans ce recueil de pensées, d'anecdotes et de répliques inédites, pour la plupart issues de ses interventions radiophoniques et télévisuelles. Qu'il s'interroge sur le sort des Pères-Noël dans les cités HLM, qu'il donne des conseils sur l'évasion fiscale ou qu'il nous livre son point de vue sur la condition féminine, on retrouve son regard décapant et son humour inimitable. Si le progrès a fait évoluer notre quotidien, on constatera ici que l'absurde et la connerie restent toujours d'actualité !

  • Toujours aussi irremplaçable depuis trente ans, Coluche a laissé derrière lui un énorme vide. Et un souvenir impérissable. Mais si tout le monde connaît Coluche, ses films, ses sketches, quelques phrases passées dans la légende, peu de gens en revanche se souviennent des milliers de pensées, de répliques, d'histoires drôles, d'anecdotes qu'il a proférées au cours de ses nombreuses émissions de radio et de télévision, dans les entretiens qu'il a donnés à la presse. C'est le meilleur de celles-ci que nous vous offrons dans ce livre. On constatera à la lecture de ces pensées combien, aujourd'hui encore, elles restent d'une brûlante actualité.


    Ce matin dans le journal en page 2 : « La police tue un immigré innocent en lui tirant dans le dos. » Et en page 3 : « Six banques nationalisées impliquées dans une escroquerie de vingt milliards au préjudice de leurs clients. » Que voulez-vous, la police ne peut pas être partout à la fois !

    * Avec la retraite, les mecs ont assez de fric pour vivre peinards jusqu'à la fin de leurs jours. Sauf évidemment s'ils veulent acheter quelque chose.

    * J'ai beaucoup raconté des blagues de handicapés à des handicapés, des blagues d'aveugles à des aveugles, et franchement, de toutes les infirmités connues dans le monde, y a que la connerie qui fait pas rire celui qui l'a.

    * Je suis pour l'amour à trois. Parce que si y en a un qui s'endort, il reste toujours à qui parler.

    * Je me suis tellement habitué à rire que même si je devais mourir subitement, je crois que ça me ferait marrer.
     

    Sur commande
  • Cette intégrale des textes, répliques et pensées de Jean Yanne, agrémentée de nombreux inédits, représente quelques-uns des grands moments de la lutte incessante et nécessaire contre la connerie menée par l'un de ses opposants les plus fidèles et les plus spirituels. Un ouvrage « ruisselant de cette intelligence du rire » qui caractérisait Jean Yanne, comme le note fort justement Olivier de Kersauson dans sa préface.

  • Si Pierre Dac (1893-1975) n'avait pas existé, une certaine forme d'humour resterait à inventer : l'humour loufoque.
    Ses innombrables admirateurs n'ont pas oublié ses sketches débités d'une voix monocorde ni ses Pensées, dont l'une des plus célèbres demeure : " Celui qui est parti de zéro pour n'arriver à rien dans l'existence n'a de merci à dire à personne. " Mais qui connaît l'homme caché derrière le masque imperturbable du comique ? Humoriste, Pierre Dac était aussi un homme fragile, angoissé, que la vie a peu épargné et qui a vécu presque toutes les grandes heures du siècle.
    Héros de la Première Guerre mondiale, il commence après l'armistice une carrière de chansonnier, participe à la naissance de la radio moderne, crée un hebdomadaire intitulé L'Os à moelle, rejoint de Gaulle à Londres en 1943 pour mettre sa verve au service de ces " Français [qui] parlent aux Français ". Après la guerre, il rencontre Francis Blanche, son fils spirituel, et imagine avec lui le fameux feuilleton radiophonique Signé Furax qui fit rire des millions d'auditeurs tout au long de ses 1 034 épisodes.
    Aujourd'hui encore, trente ans après sa mort, Pierre Dac demeure le maître incontesté de nombreux humoristes, affirmation à laquelle, de son vivant, il avait l'habitude de répondre : " Je ne suis pas votre maître. Étant donné ma hauteur, je suis votre maître soixante-trois. "

  • Ce best of des pensées, des répliques et des anecdotes les plus drôles présente le meilleur de l'humour, de Sacha Guitry à Jean Yanne, en passant par Coluche, Frédéric Dard ou Woody Allen. Un mini-festival de drôlerie et de gaieté qui a le pouvoir magique de provoquer le rire ou le sourire à chaque page. Remercions ces écrivains dont les propos acides, cruels, tendres, narquois ou provocateurs nous font oublier - en les prenant pour cibles - les misères du quotidien.

    « La différence entre un idiot riche et un idiot pauvre : un idiot riche est riche, un idiot pauvre est un idiot. » (Coluche).
    « Le crétin prétentieux est celui qui se croit plus intelligent que ceux qui sont aussi bêtes que lui. » (Pierre Dac).
    « Il y a des femmes dont l'infidélité est le seul lien qui les attache encore à leur mari. » (Sacha Guitry).

    Le sens de la réplique est un art à part entière, au panthéon duquel siègent quelques grands maîtres, comme Jean Yanne qui, au maître d'hôtel d'un restaurant russe qui l'interroge sur ce qu'il aimerait que l'orchestre lui joue, rétorque : « S'ils veulent vraiment me faire plaisir, qu'ils jouent aux dominos ! ».

    Plus désopilantes les unes que les autres, les anecdotes présentées aussi ici, mettant en scène Picasso, Victor Hugo et bien d'autres, sont toutes un éloge de la folie et de l'humour dans la vie quotidienne et tendent à montrer qu'il n'y a pas de grands hommes sans ce sens de la fantaisie propre à illuminer l'existence de chacun.
     

    Sur commande
  • "Après On n'arrête pas la connerie, voici le second et dernier volume de l'intégrale Jean Yanne.
      On y retrouvera en particulier ses sketches, son dictionnaire des mots inventés, son roman L'Apocalypse est pour demain, ainsi que de nombreuses pensées, répliques et anecdotes inédites.
     "

  • Les répliques les plus drôles des flics et des voyous du cinéma, présentées par Antoine Duléry.
    Une balade irrésistible en compagnie de quelques grands infréquentables.

  • La littérature ornementale de nos sépultures nous a habitués à des accents tristes et surtout répétitifs. Les poncifs Regrets éternels finissent par rimer avec Regrets sempiternels.
      Philippe Héraclès met son humour noir au service de ses épitaphes. D'où un cocktail grinçant et savoureux pour lequel il en a inventé des centaines... dont une seule suffira sans doute à votre bonheur posthume.

  • Au cas où le titre ne se suffirait pas à lui-même, vous tenez entre vos mains un recueil de 500 histoires hilarantes. En fait, c'est plus que ça. C'est le recueil des 500 histoires les plus hilarantes de toutes les histoires drôles. Non, on va être encore plus clairs : c'est LE recueil des recueils d'histoires drôles. Là ! Ça y est, c'est entré, vous avez compris ? (ou faut-il qu'on vous fasse un dessin ?).

    À la campagne, un petit garçon dit à sa mère :
    « Maman, j'ai vu le coq s'accoupler dix fois ce matin !
    - Va donc dire ça à ton père, il comprendra... » répond la mère.
    Le gamin se précipite vers son père :
    « Maman m'a dit de te dire que le coq s'est accouplé dix fois ce matin !
    - Dix fois avec la même poule ?
    - Non... répond le môme.
    - Bah, va le dire à ta mère, elle comprendra... ».

    Une femme dit à son mari :
    « Tu vois, j'ai passé deux semaines dans une clinique d'amaigrissement et j'ai fondu de moitié !
    - Reste encore deux semaines... ».

    J'ai lu des choses sur les dangers de l'alcool sur la santé... Ça fout la trouille ! Depuis, j'ai arrêté de lire.

    Sur commande
  • Le 17 est le numéro réservé aux secours et aux urgences de la police. Mais tout le monde ne l'entend pas de cette oreille ! Canulars, erreurs, requêtes de malades mentaux, querelles familiales, différends de voisinage... Si croustillants qu'ils soient, les coups de fil de ces drôles de requérants - ponctuels ou récidivistes - bloquent la ligne au détriment de personnes en réelle détresse.
    Matthieu Kondryszyn, brigadier à la préfecture de police de Paris, a rassemblé une foule d'appels aussi délirants que véridiques, venus des quatre coins de la France.
    Un livre pour rire, mais aussi pour saluer le travail de tous les policiers qui gèrent chaque jour des milliers d'appels.


    « Bonjour, ce serait pour une commande de nuggets...
    - Vous vous êtes trompé de numéro, monsieur.
    - Ah bon ? Y a pas de poulets ici ? » * « J'ai frappé ma femme, c'est pas trop grave.
    Mais je voudrais savoir si je pouvais déposer plainte contre moi-même, parce qu'elle ne veut pas le faire... » * « Je vous appelle pour un accident.
    - Il y a des blessés ?
    - Il y a un blessé matériel : ma voiture ! » * « Allo, la police ? Je ne retrouve plus mon téléphone.
    Vous pouvez me le faire sonner ? »

    Sur commande
  • « Dans le monde, il y a deux sortes de gens : les Corses, et ceux qui rêvent de l'être... » Les Corses ont de l'humour, beaucoup même. Vous souriez ? Vous en doutez ? Vous avez tort. L'humour, en Corse, est comme une seconde nature, une sorte de sport pratiqué au quotidien. Il y joue un rôle de catharsis : rire et faire rire est presque une question de survie collective. « Identitaire », à l'instar de l'humour juif, l'humour corse est fortement marqué par la dérision (la fameuse "macàgna") et surtout l'autodérision. Il n'est pas de « travers » qui ne fasse l'objet de plaisanteries : la fraude électorale, l'"omerta", la fierté insulaire, etc., jusqu'à la paresse. Mais si les Corses aiment se moquer d'eux-mêmes, les non-Corses, qu'on se rassure, ne sont pas oubliés : le touriste, le fonctionnaire continental ou européen, le Parisien et d'autres encore sont eux aussi tournés en dérision. Mais jamais bêtement, toujours avec drôlerie.

    Sur commande
  • Comme dans son premier abécédaire, Ghassan Khoury, d'une manière cocasse et lapidaire, nous entraîne à nouveau dans son univers décalé, entre humour et dérision. Ainsi définit-il l'enfer comme un paradis pour frileux.
    Ghassan Khoury, Libanais et Beyrouthin jusqu'au bout des ongles, parvient, avec ce petit dictionnaire, à rire de ses malheurs, de ceux du Liban et de ceux du monde. Du même coup - un coup de maître -, il nous fait rire à notre tour.
    C'est gagné !

    Sur commande
  • L'automobiliste pris en faute par un motard de la police nationale déchaîne souvent l'imaginaire le plus fou. Festival d'humour involontaire et de mauvaise foi, ce livre est indispensable à tous ceux qui ont perdu ou perdront, sans savoir répliquer, de précieux points sur leur permis de conduire. Et, comme disait Francis Blanche, « L'avez-vous remarqué ?... Quand on roule, on n'a jamais de contravention. C'est toujours quand on s'arrête... ».

    Indisponible
  • Voici la première édition du grand catalogue de la retouche.
    Vous y trouverez : des vêtements top mode, des articles santé/beauté innovants, de la musique enivrante, des jeux vidéo interactifs, du cinéma explosif, de la lecture passionnante, des cadeaux surprenants et des services indispensables !

  • Pour la première fois, voici la véritable histoire d'Astérix racontée par son co-créateur, René Goscinny, disparu en 1977. Rassemblées sous forme d'abécédaire, ces centaines de citations sont extraites de ses interviews, textes ou correspondances et forment un « récit » inédit émanant directement de celui qui, un jour de l'été 1959, écrivit pour la première fois le nom d'ASTERIX sur une feuille de papier.

    Avec son ami dessinateur Albert Uderzo, le génial scénariste ignorait qu'il venait alors de créer un héros planétaire : 350 millions d'albums vendus et plus de 150 traductions. Un record inégalé à ce jour.

  • Je te remercie, toi qui lis cette quatrième de couverture, de songer à me confier ce que tu as de plus précieux... Ta santé. Je sais, la santé, on s'en fout du moment qu'on n'est pas malade, mais tous les médecins l'affirment, le rire est le meilleur traitement contre l'ennui, la tristesse, la désolation, le désespoir et la dépression... Alors, avant de penser à te suicider, fait une cure de cet ouvrage, matin, midi et soir, il est sans effets indésirables et à consommer sans modération.

    Indispensable dans chaque foyer, c'est une sorte de bible antimorosité. Je te conseille de balancer tes livres de médecine dans la poubelle des papiers recyclables et de les remplacer par cette encyclopédie qui sera beaucoup plus efficace. Elle peut être consultée en toutes circonstances, pour s'administrer une cure de rire bienfaisante et guérisseuse... comme pour briller en société !

    Ce recueil ne contient pas de devinettes, de charades, de « monsieur et madame ont un fils ou une fille », mais uniquement quelque 2 000 histoires drôles et des petits sketches.

    Sur commande
  • Depuis le premier tome de ses Brèves de volant, paru en 2011, Alexandre Despretz, notre motard de la préfecture de police, qui affiche aujourd'hui plus de 100 000 km au compteur de surveillance sur nos routes, a encore beaucoup patrouillé en Ile de France.

    Et le moins qu'il puisse dire, est que la mauvaise foi et autres mensonges de la part d'automobilistes face aux forces de l'ordre roulent toujours aussi bien.



    La sécurité routière est au coeur des débats, mais peut vous faire découvrir aussi tout l'humour involontaire dont sont capables les conducteurs et conductrices.



    Alexandre Despretz récidive donc avec ce tome 2 hilarant, dans lequel il nous livre de nouvelles perles, en plus de faits divers routiers du monde entier. Et en prime de bonne conduite, vous vivrez une escorte SAMU pédiatrique de l'intérieur.

      Rires et sensations garantis !

     

  • J'ai vu le jour dans la nuit du 15 août de l'année de ma naissance à Châlons-sur-Marne (36 850 habitants approximativement, à 160 km de Paris exactement), non loin du camp militaire de Mourmelon-le-Grand. Près de là, fut battu Attila, en 451, dans les champs catalauniques, par Aétius, Mérovée, et Théodorie réunis, poil au président des Etats-Unis. C'est dire de quoi et de qui j'ai tenir ! Vers 1926, et non vers solitaire, j'embrassai non pas le culte du cultivateur occulte, mais la profession d'humoriste qui devint définitivement la mienne. Le 13 mai 1938, création de l'Os à Moelle. Le 30 mai 1940, fin de sa parution et de mes occupations pour cause d'occupation par les autorités d'occupation. Alors, n'est-ce pas, la Résistance, les prisons tant en France qu'en Espagne, et réciprocellulairement, puis Londres, où 9 mois dupont ? Pardon ? 9 mois durant, veux-je dire, je participai à l'émission ? Les Français parlent aux Français?. Après la guerre, je rentrai dans le rang civil et repris le cours de mes activités professionnelles que je continue d'exercer du mieux que je peux et du peux que je mieux.

  • Daniel Prévost bientôt reconnu d'utilité publique ? La question se pose une fois de plus après la lecture de ces pages délirantes où cet ironiste secoue toutes les conventions, fustige équivoques et "a priori", se gausse de l'époque, de ses contemporains et de lui-même.Un festival de phrases en liberté avec, en prime, l'annonce de la réouverture du légendaire garage Gaudin...

    Sur commande
empty