Sciences & Techniques

  • "Les avancées de la médecine et des neurosciences ouvrent des perspectives de
    progrès mais, dans le même mouvement, elles favorisent l'idéologie scientiste,
    qui néglige le désarroi psychique du sujet. De nos jours, l'impératif de
    l'efficacité, du mesurable et de la suppression des symptômes devient de plus
    en plus incompatible avec le temps nécessaire à l'écoute et tout ce qui ce joue
    - dont le transfert - dans la relation avec le patient. Le sujet qui souffre
    risque de disparaître derrière la technique, sa parole est confisquée; plus que
    jamais la maladie prend la place du malade (et la souffrance se mesure aux
    degrés de douleur). Les symptômes se réduisent à une liste de signes cliniques
    répertoriés, renvoyant à des prescriptions pharmaceutiques. Des médecins, des
    psychiatres et des psychanalystes s'insurgent contre cette « appropriation de
    l'humain » par les lois du marché et la politique des laboratoires. Au-delà de
    la différence de leurs pratiques, ils sont amenés à repenser les sources et la
    possibilité d'une éthique commune."

    Sur commande
empty