Littérature traduite

  • Un recueil de poèmes philosophiques et mystiques d'un auteur né au Liban en 1883 dans une très ancienne famille chrétienne et qui fut l'ami de Rodin, de Debussy, de Maeterlinck et d'Edmond Rostand, entre autres.

    Sur commande

  • le yoga est une discipline spirituelle qui permet d'atteindre l'éveil en purifiant le corps.
    il existe plusieurs écoles de yoga tantrique, mais celle de la kundalinî est sans doute la plus surprenante. elle consiste à activer les forces les plus puissantes de l'humain, décrites comme un serpent lové au bas de la colonne vertébrale, et vise ainsi à accorder les principes souvent supposés contradictoires de la sexualité et de la spiritualité, en fusionnant leurs énergies au sein du corps humain.
    en octobre 1932, c. g. jung, invité au club psychologique de zurich, donna quatre conférences sur cette discipline exigeante et alors pratiquement inconnue. tandis que la psychologie de l'époque était sous l'emprise grandissante de la psychanalyse, le yoga de la kundalinî allait offrir à jung un modèle qui manquait totalement à la psychologie occidentale : une description, à partir de l'étude symbolique des chakras, des phases développement de la conscience supérieure.


    Indisponible
  • Tous les oiseaux, connus et inconnus, se réunirent un jour pour constater qu'il leur manquait un roi. Exhortés par la huppe - messagère d'amour dans le Coran -, ils décidèrent de partir à la recherche de l'oiseau-roi Simorg, symbole de Dieu dans la tradition mystique persane. Après un voyage plein de dangers, et après avoir parcouru les vallées du désir, de la connaissance, de l'amour, de l'unité, de l'extase..., les trente survivants connurent l'ultime révélation : le Simorg était leur propre essence, jusqu'alors enfouie au plus profond d'eux-mêmes.
    Ce célèbre récit initiatique, entrecoupé de contes et d'anecdotes, demeure à jamais l'un des joyaux de la spiritualité musulmane. De son auteur, ' Attar, poète et mystique persan, auteur du Livre divin (Spiritualités vivantes, le grand Rûmî disait : "II fut l'âme du soufisme, je ne fais que suivre sa trace".

  • Moine bouddhiste vietnamien de tradition zen, inlassable défenseur de la paix, thich nhat hanh a enseigné à la sorbonne et à l'université de columbia.
    Voici, regoupés en un seul volume, ses commentaires de deux sutras historiques du bouddha. le premier concerne les techniques de respiration consciente qui permettent de métamorphoser notre rythme de vie et d'apaiser notre corps tout entier. le second nous apprend à vivre présent : notre rendez-vous avec la vie se situe en effet ici et maintenant, loin des mille pensées qui agitent sans trêve notre mental.

    Un enseignement simple et bénéfique au quotidien, basé sur une philosophie traditionnelle que thich nhat hanh, l'auteur de la vision profonde, éclaire de ses commentaires pénétrants.

    Indisponible
  • Dans la Russie du XIXe siècle, un pèlerin anonyme erre dans les campagnes dénudées avec, pour seul bagage, la prière extatique.
    Cette Russie, qui est celle de Dostoïevski et de Tolstoï, des grands espaces et des climats éprouvants, est le théâtre extérieur de ce classique de la spiritualité universelle. Son paysage intérieur est celui que dessine la prière du coeur ou prière de Jésus, qui prend sa source dans les conseils spirituels de saint Paul, des Pères du désert et des Pères de l'Église. Guidée par la traduction russe de la Philocalie, l'ardeur à la prière du pèlerin sera parfois éprouvée, souvent récompensée, par la paix et l'amour qui l'emplissent.
    Ce récit, à la lumière surnaturelle et au souffle enthousiaste, est accompagné d'un commentaire qui en éclaire les références culturelles et mystiques. Il permet ainsi à chacun de participer, à son rythme, à cette grande aventure de l'âme et du coeur.
    La présentation propose le texte source en belle page et le commentaire en regard.

  • Après être devenu quelques siècles après sa mort et durant deux millénaires le saint patron des lettrés, Confucius (551-479 av. JC) est désormais universellement reconnu comme l'une des plus éminentes figures de la Chine au point de lui servir d'icône culturelle. Sa vie est mal connue, mais il nous reste un témoignage de première importance de son activité de pédagogue, nous fournissant du même coup un portrait à la fois moral, intellectuel et même affectif de l'homme. Il s'agit des Entretiens, compilation des notes prises du vivant du maître par chacun des disciples séparément et réunies après sa mort.

    La traduction de Jean Levi a cette originalité de vouloir rendre le style du maître, ce à quoi beaucoup de traducteurs ont renoncé, vu la difficulté : la phrase de Confucius se signale en effet d'une part par la concision, et en second lieu par la proportion de mots vides de tout contenu (exclamations, interjections, « chevilles » qui seraient inutiles en chinois, etc) qui marquent l'émotion, l'étonnement, l'interpellation.
    Cette traduction vivante nous donne à entendre le sage comme s'il nous parlait aujourd'hui.

  • Perdus au cours des vicissitudes de l'histoire ou condamnés par l'Église naissante, les textes « apocryphes » réunis dans cette Bible oubliée ont continué à circuler par des voies souterraines, dans des groupes discrets ou des Églises excentrées comme l'Église éthiopienne, tout en continuant d'influencer les courants majoritaires. Ces versants occultés de la littérature biblique sont rendus accessibles dans une lecture suivie, situés et interprétés par J.R. Porter, théologien anglais de renom.
    Attribuées à des grandes figures bibliques comme Abraham, Hénoch, Elie, Paul, Pierre ou Philippe, ces paroles nous font vivre la création des anges, la déchéance de Satan, aussi bien que la vie quotidienne de l'enfant Jésus. Adam et Eve donnent chacun leur version de la Chute, tandis que le Christ délivre des aphorismes gnostiques dans l'Évangile de Thomas.
    Témoins d'une Antiquité où florissaient les vocations prophétiques et les interprétations divergentes, ces voix sont restituées par J. R. Porter dans une polyphonie tour à tour apocalyptique et essénienne, judéo-chrétienne et gnostique.

  • Zarathoustra (ou Zoroastre) est le grand oublié de l'histoire des religions. Inventeur du monothéisme il y a 3700 ans, il a donné naissance à la religion des empires perses jusqu'à l'avènement de l'islam, qui persécuta ceux qu'il percevait comme les adeptes d'une religion dualiste et idolâtres. Il faut dire que les Iraniens eux-mêmes avaient, au cours des siècles, oublié jusqu'à la langue des écrits originels de Zarathoustra, les Gathas, et avaient surchargé son message d'éléments étrangers à sa pensée. Il a fallu attendre le XIXe siècle pour que la langue des Gathas, proche du sanskrit védique, soit enfin déchiffrée. Le message de ces hymnes d'une grande poésie se révèle étonnamment moderne. Apôtre de la Justesse et de la Pensée Juste, les deux premiers attributs de ce Dieu unique qu'il appelle Ahura Mazda, Zarathoustra veut mener hommes et femmes vers une vie heureuse et dénonce la corruption des élites politiques et religieuses, les faux dieux et les sacrifices sanglants. Les plus grands philosophes grecs se réclamaient de lui, tandis que le judaïsme et le christianisme ont puisé à sa source les notions fondamentales de paradis, d'enfer, de royaume de Dieu. Khosro Khazai Pardis, l'un des grands spécialistes de ces textes et zoroastrien lui-même, nous livre ici une superbe traduction de ces hymnes qui ont fondé le monothéisme. Il nous explique également leur histoire, la philosophie qui s'en dégage et leur influence à travers les siècles.

    Sur commande
  • Entre source et nuage n'est pas une simple anthologie, mais la transcription d'un héritage poétique et spirituel auquel françois cheng donne ici une vie renouvelée, avec toute la ferveur née de son expérience intérieure de poète naviguant entre deux langues et deux cultures.
    Ce recueil se compose principalement de poèmes de la dynastie des tang (618-907) et de celle des sung (960-1279), qui font partie de l'âge d'or de la poésie classique chinoise.
    Li po, taoïste, chante la communion totale avec la nature et les êtres ; tu fu, confucéen, exprime le destin douloureux de l'homme, mais aussi sa grandeur ; wang wei, l'adepte du bouddhisme ch'an, fixe ses méditations dans des vers d'une parfaite simplicité. a côté de ces géants, d'autres voix dans la chine contemporaine participent de la même aventure. malgré une histoire souvent tragique, les poètes de la chine d'hier et d'aujourd'hui ont su porter témoignage d'une spiritualité toujours vivante.

  • Le Talmud, coeur de la spiritualité juive, n'est pas seulement un extraordinaire entrelacs de lois et de récits ; c'est aussi et avant tout l'expression de la Torah orale, Parole toujours vivante, à la fois divine et humaine, portée par des Sages haut en couleur.
    De Hillel l'Ancien (début du Ier siècle, Palestine) à Rav Achi (fin du Ver siècle, Babylonie) en passant par Rabbi Akiva, Mar Chemouel, Rabban Yohanan ben Zakkaï ou encore Rech Lakich, Adin Steinsaltz nous fait découvrir treize personnalités riches et profondes qui, par la magie de l'étude talmudique, sont encore aujourd'hui en quelque sorte nos contemporains.
    Les leçons de vie qu'ils nous donnent n'ont en tout cas rien perdu de leur fraîcheur.

  • Dans l'oeuvre d'Ibn 'Arabî (560/1165 - 638/1240), L'Interprète des désirs occupe une place à part. Le grand mystique a en effet choisi le vers arabe classique pour exprimer les principes de sa philosophie, qu'il a lui-même commentés. On y retrouve l'apport de la Révélation coranique dans laquelle Dieu est Miséricorde, ainsi que les traits de la culture bédouine de la presqu'île arabique, et ceux de la fertile Andalousie où le maître est né.
    Le thème principal de cette somme poétique est l'Amour, à la fois quête éperdue de l'Amant divin et approche de l'être aimé - en l'occurrence la jeune Iranienne Nizhâm (Harmonie). Celle-ci, par sa pureté et sa très grande beauté, symbolise la sagesse divine et incarne l'Amour essentiel qui meut tout l'univers.
    Remarquable traducteur du Traité de l'amour et spécialiste des maîtres du soufisme, Maurice Gloton nous offre ici le texte français intégral de cette oeuvre dont il a su rendre la beauté du style poétique et l'inépuisable richesse des commentaires. Ainsi le lecteur retrouvera le jaillissement, l'effet d'envoûtement auxquels les Arabes ont toujours été extrêmement sensibles, mais aussi les thèmes centraux de l'expérience spirituelle et de la doctrine d'Ibn 'Arabî, l'un des plus grands auteurs de la littérature soufie.

  • Dans cette belle anthologie de poésie chinoise, l'art de la sieste est célébré comme jamais : sous la brise douce de l'été, maîtres ch'an et taoïstes célèbrent le non-agir, le détachement, la joie de vivre et de se laisser vivre en harmonie avec la nature... qui s'accompagnent souvent d'une bouteille de vin, seul ou entre amis.
    Agrémenté de superbes calligraphies, ce recueil sera le compagnon idéal des longs après-midis à l'ombre des pins, ou des douces nuits embaumées de jasmin...

    Sur commande
  • On sait la place éminente que tient, en tant que prophète de l'islam, le personnage de Jésus dans le Coran. Mais le contenu même de la tradition musulmane concernant le « fils de Marie » avait été peu étudié. Voici, comblant cette lacune, la plus importante collection jamais réalisée de paroles attribuées à Jésus et de récits de ses faits et gestes, issus de la littérature classique de l'islam. Tarif Khalidi a réalisé là un travail unique, déjà traduit en dix-huit langues : ces quelque trois cents citations, dûment référencées et commentées, constituent un véritable « évangile musulman » qui éclaire d'un jour nouveau le Jésus de l'islam, son enseignement et sa spiritualité. Le lecteur musulman trouvera ici l'occasion de réfléchir à un élément majeur de sa propre religion. Le lecteur chrétien sera maintes fois surpris par la lumineuse profondeur de ce musulman nommé Jésus, différent par son statut mais en communion spirituelle avec celui des Évangiles. Quant à tous ceux qu'intéresse le dialogue des cultures, ils seront passionnés par cette brillante analyse d'un phénomène unique dans l'histoire des religions : la figure centrale d'une tradition, assimilée et réinterprétée, aujourd'hui objet de foi fondamental d'une étonnante fécondité spirituelle.

  • Les Sept Cités de l'amour regroupe cent des plus beaux poèmes (ghazals) que 'Attâr a consacré au thème intemporel de l'amour. Amour mystique, mais aussi amour passion dans lequel l'âme se perd pour mieux se retrouver. Il s'agit d'un aspect majeur de l'oeuvre du grand maître soufi, jusqu'alors complètement inédite en français.
    Ce texte superbe est suivi d'un important essai historique et spirituel sur le soufisme de 'Attâr, Rûmî et Ibn 'Arabî, par le grand spécialiste Michael Barry.

  • Le mot hébreu pour dire "année", chana, renvoie à la fois à la répétition et au renouvellement.
    Pour faire surgir dans notre quotidien des possibilités de renouveau, la Torah nous a donné des points de rendez-vous : les fêtes du calendrier hébraïque. Ces jours de souvenir sont là pour éclairer notre voie et l'enrichir de jalons empreints de sens. Intégrés dans le cycle de l'année, ils constituent des ouvertures nous permettant de nous réjouir ou de nous attrister, mais aussi de nous transformer et de nous renouveler.
    Ils sont autant d'occasions de dresser un bilan spirituel et de recevoir un supplément de vitalité. C'est à leur découverte que nous invite Adin Steinsaltz.

  • Le mot « Dieu » est de nos jours tellement banalisé qu'il ne représente plus pour beaucoup de nos contemporains qu'un concept abstrait, vide, sans lien avec la vie. Tout au long des neuf propositions qu'il nous livre dans un langage accessible, Raimon Panikkar ne cherche pas ici à savoir s'il existe « Quelqu'un » ou « Quelque chose » avec tel ou tel attribut, mais pose la question du sens de la vie, de notre destin sur terre.
    Unique, irréductible à tout concept philosophique, l'expérience de Dieu n'est le monopole d'aucun système religieux, d'aucune église, d'aucune culture. Faire l'expérience de Dieu, c'est accéder à une dimension de la réalité qui transcende ce que captent et l'intelligence et les sens.
    /> Au-delà du mot « Dieu », c'est donc à l'expérience ultime d'être, de devenir pleinement vivants, que nous convie le grand théologien, appelant toutes les grandes traditions spirituelles à témoigner de l'essentiel.
    Ce livre est une méditation où le discours sur « Dieu » se révèle fécond pour vivre une vie plus pleine, plus libre.

    Sur commande
  • Maître zen, imprégnée de civilisation japonaise dans ce qu'elle a de meilleur, mais également femme de son temps et de grande culture, Shundô Aoyama porte dans cet ouvrage exceptionnel, un regard lucide et compassionné sur la condition humaine, qui touchera toute personne en quête de vérité.

    Elle nous parle directement de coeur à coeur, pour reprendre une expression classique du zen - de ce qui est essentiel : comment trouver le bonheur dans cette vie. À travers des anecdotes du quotidien, des histoires de la tradition bouddhique et des souvenirs personnels, elle nous rend naturellement accessible la sagesse du Zen.

    Sur commande
  • Drukpa Kunley est le saint le plus populaire du Tibet. Mais par « saint », il ne faut pas entendre un moine souriant, paisible, confit en dévotion alors qu'il réciterait son chapelet.
    Au contraire, c'est un personnage fantasque, voire complètement fou, qui pète au nez des théologiens, qui engrosse des nonnes, qui enseigne des prières paillardes aux filles de la campagne... Mais c'est un fou divin qui, par son attitude, fait voler en éclat non seulement les conventions sociales, mais aussi les conceptions toutes faites que le mental, par habitude, dresse entre nous et la réalité authentique. Telle est la voie du yogi tantrique qui suit la tradition du Mahamudra : il entraîne dans son sillage aussi bien les grands métaphysiciens que les gens les plus simples, parce qu'il les invite à se réconcilier, dans la joie, avec les plaisirs de l'existence ... mais sans s'y attacher.
    La présente biographie fut composée en 1966 par Geshey Chaphu, moine bhoutanais. Elle n'a rien perdu de sa verdeur...

    Sur commande
  • on connaît la sensibilité profonde des artistes chinois pour les paysages.
    leur pinceau, en quelques traits inspirés, en ressuscitent la subtile vitalité. montagnes, pins, rivières et vent vibrent tous de ce souffle qui en est l'immanente poésie. si cette approche purement chinoise de l'art comme communion avec la nature est surtout connue par ses réalisations picturales, elle a également donné naissance à de superbes textes, parfois rimés, mais aussi en prose.
    ces " paysages en prose " constituent un genre majeur dans lequel se sont illustrés les plus grands.
    leur contenu, appuyé sur des notations concises et justes, qu'inspire toute une philosophie de vie, est le fidèle reflet de l'âme chinoise. les formes du vent nous ouvrent à une voie pratiquée depuis bien plus d'un millénaire, celle d'une intime communion avec l'univers vivant. françois cheng.

    Sur commande
  • Ce livre rassemble les conférences que le Dalaï-Lama a données du 26 au 29 avril 1997, à l'Institut Karma Ling en Savoie, sous la forme d'un commentaire des Quatre Nobles Vérités.
    Le Bouddha exprima les Quatre Nobles Vérités à Sarnath, juste après son Éveil. Toutes les traditions bouddhistes s'enracinent dans cette première énonciation de l'enseignement (dharma) du Bouddha, qui portent sur la réalité de la souffrance, son origine, la possibilité pour tout homme d'en guérir, et les moyens pratiques d'accéder à cette thérapie de l'âme, du corps et de l'esprit. Avec érudition et profondeur, le Dalaï-Lama revisite ces vérités fondamentales du bouddhisme pour en montrer la valeur universelle. Son commentaire, à la fois traditionnel et audacieux, rationnel et mystique, toujours centré sur l'expérience, nous fait comprendre pourquoi la paix de l'esprit est

    Sur commande
empty