William Wilson

  • « L'Océan noir » retrace l'histoire des hommes noirs, qu'ils soient puissants rois africains ou actifs marchands d'esclaves, captifs emmenés vers le continent américain et transportant avec eux leur culture et leurs traditions, nègres marrons enfuis dès l'arrivée et se cachant dans la forêt avec la complicité des Indiens, élites éduquées de la cour du royaume Mina, Noirs américains se rassemblant sous la bannière pacifiste de Martin Luther King ou celle, plus offensive, des Black Panthers, musiciens noirs, artistes noirs, peuple noir.

    Pour raconter cette extraordinaire odyssée, William Wilson choisit la pratique séculaire de "l'appliqué", art traditionnel de la cour du Bénin. Il réalise, avec la complicité des maîtres tenturiers toujours en activité à Abomay, au Bénin, dix-huit grandes tentures de coton, comme autant de moments clefs de l'histoire d'un peuple qui est aussi celle de la traversée de l'océan noir.

  • Si tu marches derrière un éléphant, la rosée ne te mouillera pas.
    Petites perles de sagesse et d'humour, ces proverbes de l'éléphant viennent de l'afrique d'hier et d'aujourd'hui. riches de sens et d'images, ils jouent avec les mots, les lettres, les sons et la grammaire, mais il faut les citer au bon moment et à bon escient, en afrique comme ailleurs ! les proverbes sont le miel qui fait passer les idées avec les mots.

  • Comme le crocodile, nous aimons mieux baîller que de mentir.

    Sur les traces de son compère l'Éléphant, le crocodile du Nil nous enseigne à son tour la sagesse millénaire de l'Afrique. Riches de sens et d'images, ces proverbes se jouent avec humour des mots, des lettres et des sons, mais il faut les citer au bon moment et à bon escient, en Afrique comme ailleurs !

    Le proverbe est le cheval de la parole ; quand celle-ci se perd, le cheval sait la ramener au village.

  • Elle fut la première terre des Conquistadors du Nouveau Monde, la terre du premier génocide indien et la première République noire. Elle fut la colonie la plus riche en son temps, mais un enfer pour ses esclaves. Elle fut nommée Ayiti, Hispaniola, Saint-Domingue, mais c'est avec son indépendance, en 1804, qu'elle retrouva le nom de ses origines: Haïti. Son vaudou, ses figures héroïques (de la reine Anacaona à Toussaint Louverture) et ses «émerveilles» ont inspiré à William Wilson ces tentures en perles et paillettes créées avec un atelier haïtien, dans le sillage de son travail sur l'Atlantique Noir. C'est l'histoire singulière de cette grande île, reliée depuis si longtemps à celle de l'Afrique, de l'Europe, de l'Amérique, que l'artiste retrace ici en mots et en images.

    Sur commande
  • Mandela

    William Wilson

    • Mango
    • 19 Septembre 2001
  • L'abécédaire de l'Afrique.
    De A comme ancêtres à Z comme zèbre... Cet abécédaire vous emmène aux quatre coins du vaste continent Africain. Le plasticien William Wilson s'inspire des couleurs de l'Afrique pour confectionner les 26 lettres avec l'emblématique tissu wax, célébrées de manière poétique par l'auteur camerounais Kouam Tawa.

  • La vieille Chimène vit pauvrement de ses ruches, au fond de la forêt. Une année où la récolte est abondante, elle part, sa bassine de miel sur la tête, pour la vendre au marché. Las ! La vieille Chimène trébuche, le miel se répand sur le sol : « J'suis finie, y'en a marre de tous ces soucis ». Passant par là, un macaque goûte ce « souci » étalé sur le sol et le trouve . délicieux ! Adapté d'un conte traditionnel haïtien.

    Sur commande
  • Dans son atelier, William Wilson coupe et colle les tissus africains sur des feuilles de papier, bataille avec les motifs, les fantaisies géométriques, toutes ses formes qu'il recompose à l'infini. Muriel Bloch s'emballe devant ces noces de l'imprimé et du papier. Ces tissus ont tant à raconter... À la conteuse de les apaiser, de les émerveiller avec des contes d'ailleurs et d'autres temps : conter et tisser, n'est-ce pas le même métier ? Du Mali au Ghana, d'Haïti à Cuba, allez savoir où vous emporte Samangalé, le cheval qui sait...- La première femme- La plus vielle de tous- À qui les yeux ?- Le chant du forgeron- Samangalé- Cosita- Le prince Dindon- Silence oblige- Qui parle ?- Le conte et la chanson oubliée

    Sur commande
  • Bonjour, je m'appelle Balthazar. Je vous emmène visiter mon jardin. Si vous aimez la nature, venez découvrir les plantes, les animaux et les habitants de la mare. Avec moi, vous apprendrez à planter, à semer, à construire une cabane, à observer et à reconnaître les insectes, les fleurs et les oiseaux. Vous vous régalerez de tartes et de confitures. S'il pleut, mettez vos bottes, s'il fait beau, un chapeau. Et prenez un panier, on ne sait jamais ... Maintenant, suivez-moi !

  • Joâl, le village natal tant aimé: L'enfant court se rend avec impatience sur la grande place où une fête bat son plein. Soudain, la voix d'une femme s'élève. C'est une griotte, chanteuse, conteuse et poétesse. L'enfant l'écoute, fasciné. Il pense que le village est un royaume peuplé d'êtres fabuleux. Ce petit garçon si heureux s'appelle Léopold Sédar Senghor. Il deviendra l'un des plus grands poètes de son temps. Il sera élu Président de la République du Sénégal, son pays !
    Le chemin de l'école: Le père de Léopold veut qu'il aille à " l'école des Blancs ", c'est-à-dire qu'il apprenne à lire et à écrire en français. Au début, tout lui semble pittoresque dans le français, " jusqu'à la musique des mots ", dira-t-il beaucoup plus tard. Il découvre une nouvelle façon de penser, de voir la vie. Et ce contraste le passionne. Il devine également que l'écriture sera une arme pour la liberté.

    Paris, la ville des poètes : Senghor quitte le Sénégal à l'âge de 22 ans pour continuer ses études à Paris. Il se lie d'amitié avec Aimé Césaire de la Martinique et Léon-Gontran Damas de Guyane, qui deviendront comme lui, de grands poètes. Césaire invente " La Négritude ", une idée très nouvelle pour l'époque. Pour Senghor, enthousiaste, il s'agit de mettre en valeur la culture africaine dans ce qu'elle a de meilleur à offrir au monde. Plus tard, dans ses poèmes, il utilisera souvent le masque sculpté traditionnellement comme symbole de la beauté de l'art africain.
    La guerre: Hélas, en Europe, la Deuxième Guerre mondiale s'annonce. En 1939, Senghor, comme beaucoup d'autres, est mobilisé. Il est fait prisonnier et passera deux ans derrière les barbelés, manquant de justesse d'être exécuté. Pour ne pas sombrer dans le désespoir, il écrit de longs poèmes dans lesquels il exprime son rejet de la guerre et de la souffrance qu'elle entraîne. Après guerre, ses poèmes sont publiés avec succès.
    Monsieur le Président de la République du Sénégal: Senghor entreprend des voyages réguliers au Sénégal de manière à se plonger dans les affaires politiques de son pays. En tant que militant, il doit intervenir au Sénégal et en France. Il réussit à se faire élire député à l'Assemblée nationale française où les colonies ont enfin d'obtenu le droit d'être représentées. Par la suite, il occupe même un poste de ministre. Le 20 août 1960, le Sénégal proclame son indépendance. Senghor est élu Président de la nouvelle République ! Il compose lui-même l'hymne national !
    Le poète des paroles qui durent: Ni la politique, ni la guerre, ni les honneurs, n'ont pu le détourner de l'écriture. Chez lui, l'action va de pair avec le rêve et la pensée. Les mots ont un pouvoir de création. Et c'est pourquoi sa poésie contient tant de symboles. Il aime les légendes, les épopées guerrières et les différents mythes qui expliquent la création du monde. La poésie est précieuse. Elle est à la fois chant, parole et musique.

    Un pont de douceur : Toute sa vie, Senghor a cherché à montrer qu'il est possible d'être très attaché à sa culture et en même temps d'être ouvert au monde extérieur. Nos parents, nos grands-parents viennent probablement de diverses régions, alors nous sommes tous un peu mélangés, un peu étrangers même dans notre pays. En ce qui le concerne par exemple, il a trois noms, et donc il considère qu'il a trois origines. Un pont de douceur les relie.


  • a l'âge de treize ans, miyamoto musashi tuait son premier adversaire et entamait ce qui allait devenir une longue série de duels légendaires.
    a l'aube de ses trente ans, il avait pris part à plus de soixante affrontements en ne déplorant aucune défaite. au cours des trente années suivantes, il n'enleva plus la vie à quiconque et se contentait désormais d'éprouver ses talents en contrariant les offensives répétées de ses adversaires jusqu'à ce qu'ils reconnaissent son incontestable supériorité. c'est à
    cette période que le maître de sabre commença à ouvrir des horizons et explora les voies du bouddhisme zen.
    musashi allait devenir une légende de son vivant et exposer sa philosophie ainsi que sa pénétration dans le domaine de la stratégie dans son célèbre traité gorin-no-sho (le livre des cinq roues), oeuvre qu'il rédigea au crépuscule de sa vie. a partir d'authentiques sources japonaises, l'auteur, william scott wilson, brosse un portrait inoubliable de cet illustre personnage historique. musashi, le samurai solitaire est la première biographie jamais publiée en français consacrée à ce maître de sabre et chercheur du xviie siècle aux multiples facettes et à la personnalité complexe, et dont l'héritage éprouve le temps et l'espace.


    Sur commande
  • Ecrits à des heures de lunes, ces deux contes de patrick chamoiseau nous entraînent dans un monde de mots étranges et de magie souterraine.

  • Chacune des stratégies de combat et de diversion contenues dans ce livre est un trésor distillant la sagesse chinoise et la pensée orientale.
    Hiroshi Moriya, autorité reconnue en matière de culture et de philosophie chinoise, analyse et explique ces stratégies, prenant des exemples dans l'histoire ancienne et contemporaine afin d'en dégager plus précisément le sens. Ce recueil se présente en six parties de six chapitres qui offrent tous un aperçu du passé d'une grande valeur pour le lecteur d'aujourd'hui lui permettant de comprendre mieux la Chine contemporaine.
    Cet ouvrage donne à l'homme d'affaires, au diplomate, au politicien, au stratège militaire, à l'artiste martial, ou au sportif de haut niveau les clefs pour comprendre, interpréter et contrer les actions de l'adversaire même le plus intimidant. Une analyse de l'esprit stratégique et combatif chinois.

  • Aglaé en Inde

    ,

    • Jalan
    • 5 Novembre 2004

    "Pour aller en Inde, il faut se lever tôt parce que l'avion part de bonne heure." Aglaé part un mois pour Pondichéry avec son père...
    Et fête ses 5 ans en Inde. Dormir sous la moustiquaire Se promener à mobylette Goûter les délicieuses chappati Faire les cérémonies pour les dieux Donner à manger aux éléphants Décorer ses mains au henné... Aglaé va de découverte en découverte !

empty