Stephanie Schwerter

  • Les villes divisées, en proie à de multiples formes de fragmentation sociale, religieuse, ethnique et politique, sont une réalité prégnante du monde contemporain qui traverse les oeuvres de fiction. Les représentations littéraires et cinématographiques des frontières et démarcations urbaines étaient restées un thème peu abordé par les sciences sociales. Elles sont ici explorées dans une approche résolument pluridisciplinaire.

    De Belfast à Beyrouth en passant par Londres, Paris, Berlin, Ramallah, Jérusalem, Le Caire, New York ou Bogota, les auteurs s'emparent, à partir de matériaux originaux, de quatre thématiques distinctes mais liées entre elles : les tensions afférentes aux ségrégations sociales et ethniques ("Franchir la ligne") ; les disséminations sociales et spatiales des communautés urbaines ("La ville disséminée") ; les mémoires, les démarcations et les pratiques de violence urbaine ("Espaces urbains et violence") ; les rapports complexes entre centralités et marges ("Réfractions urbaines").

    Contributeurs :
    Sadia Agsous - Frédérique Amselle - Sobhi Boustani - Élise Brault-Dreux - Michel Brunet Caroline Fischer - Mariangela Gasparotto - Franck Mermier - Françoise Palleau - Elisa Paolicelli - Bertrand Pleven - Anne Raulin - Gregor Schuhen - Stephanie Schwerter - Gina Paola Sierra - Christian vonTschilschke.

    Sur commande
  • L'histoire de la traduction regorge de comparaisons éloquentes décrivant les mauvaises traductions. De l'envers d'une tapisserie à un portrait peu ressemblant, en passant par le teint livide d'une personne malade ou un navire qui fait naufrage, les traducteurs ne se privent pas de critiquer ainsi leurs prédécesseurs. Les critiques littéraires font de même, mais pourquoi un traducteur se trompe-t-il ? Les erreurs commises peuvent être de nature purement linguistique, causées par une maîtrise insuffisante des subtilités de la langue source. Mais elles peuvent aussi être générées par une connaissance peu profonde de la culture source. Nous étudions ce dernier type d'erreurs pour aboutir à une définition de l'« erreur culturelle » dans le domaine de la traduction littéraire.
    Plusieurs aires géographiques, linguistiques et culturelles sont ainsi explorées, au gré des points de vue d'une quinzaine de spécialistes, qui aboutissent à la conclusion que parfois l'erreur peut être féconde.

    Sur commande
  • Dans un monde en communication permanente, la traduction relève de la vie quotidienne d'un grand nombre de personnes. Si notre manière de penser se lit au travers de notre usage d'une langue, cette dernière influence notre mode de raisonnement. Passer d'une langue à une autre revient alors à passer d'une culture à une autre. Les protagonistes de cet ouvrage, linguistes, traducteurs, interprètes, sociologues, anthropologues et philosophes s'interrogent sur les multiples facettes de l'art de traduire : "Que reste-t-il de la valeur d'un texte ou d'une pensée d'origine après le processus de traduction ? Quelle influence le traducteur exerce-t-il sur l'accueil d'une oeuvre hors de son contexte local et de sa langue source ? Quelle est l'identité culturelle ou rationnelle de ce qu'on pourrait qualifier d'auteur ? Quel est le rôle du traducteur lorsqu'il est un passeur entre langues et cultures ?" Leur dialogue, débuté ici, annonce quantité de sujets et débats futurs.

    Sur commande
empty