Robert Rapilly

  • L'encrier revanche

    Robert Rapilly

    Le MusVerre, musée départemental du verre à Sars-Poteries, dans le Nord, présente une collection unique au monde de « bousillés ». Objets réalisés par les ouvriers verriers de la région durant leur temps de loisirs et pour leur propre compte, les « bousillés » sont les témoins du savoir-faire exceptionnel de ces artisans. Parmi ceux-ci, une série de faux encriers, appelés « encriers revanche », disent la fierté de ces hommes, souvent illettrés ; comme une réponse à leurs patrons. Dans la forme d'un pantoum et répondant à la contrainte oulipienne, Robert Rapilly s'est saisi de l'un de ces encriers. Cinq poèmes délimitent ce pantoum, forme paradoxale, partiellement cyclique, qui se veut en phase avec la boule de verre qui tourne et se transforme.
    La résonance entre le sujet de son texte et la facture du poème, tournant et se transformant, dit la beauté plastique autant que l'ingéniosité technique de l'objet. Véritable objet plurisensoriel, le livre est augmenté d'un contenu numérique qui emmènera le lecteur dans un univers sonore et lui permettra d'appréhender l'objet en 3D.

    Sur commande
  • 1888 - « El Ferrocarril de Santa Fives », ou la préparation du voyage de Manuel Mauraens pour Santa Fe à partir de Lille. Manuel Mauraens, ouvrier promu ingénieur, s'apprête à gagner l'Argentine. Il y supervisera les travaux de la ligne ferroviaire Santa Fe-Tucuman. On suit Manuel à l'affût des livres de son temps, des comptes-rendus industriels, des articles de presse et d'encyclopédies, des photos, gravures, croquis et plans. Source précise et précieuse, il correspond avec Conrad Claeys, collègue de la Compagnie de Fives-Lille, qui l'a précédé là-bas en 1883 pour y installer une raffinerie de sucre.
    Par allers et retours successifs, le récit alterne épisodes vécus en France et visions d'une Argentine promise. Trempées au réel d'un siècle de fer et de feu, les intuitions, conjectures, anticipations - tout un cheminement mental - revêtent une forme poétique.
    À l'ombre tutélaire des maîtres oulipiens, l'auteur s'est attaché à donner à son écriture une précision digne des techniques de la révolution industrielle.

    Sur commande
  • Un Voyage d'Envers est un récit qui se découvre sous deux formes : l'image et le texte. Les doubles pages exposent, vis-à-vis, un collage de Philippe Lemaire et l'histoire écrite par robert rapilly.
    Mais Un Voyage d'Envers recèle une autre mécanique dédoublée : son commencement est sa fi n, et sa fi n son commencement. Une fois lu, le lecteur fait alors pivoter le livre et découvre un nouveau départ : Les collages de Philippe Lemaire sont des images ambivalentes, des « ambimages » qui, à l'envers, montrent de nouveaux paysages.
    C'est alors une nouvelle découverte tout à fait inédite qui constitue en quelque sorte, le «voyage retour».

    Sur commande
empty