Pascal Bonafoux

  • Autoportraits cachés

    Pascal Bonafoux

    • Seuil
    • 15 Octobre 2020

    Les titres affichés de certaines oeuvres ne disent pas tout du sujet. Ils passent sous silence que, parfois, le peintre s'est glissé dans la scène qu'il a représentée. Dans la toile, se cache un autoportrait.

    C'est ainsi que, par exemple, Botticelli « assiste » à L'Adoration des Mages, que El Greco est présent lors de L'Enterrement du comte d'Orgaz, comme Vélasquez l'est à Bréda le 5 juin 1625 lorsque le ville capitule... Ingres quant à lui se représente derrière Jeanne d'Arc dans la cathédrale de Reims lors du sacre du Charles VII. Or ce sacre a eu lieu le 17 juillet 1429. Ingres a achevé sa toile en 1854... Singulier et très anachronique jeu de cache-cache.

    Rassembler des oeuvres de Michel-Ange et de James Ensor, de Memling et de Véronèse, de Rembrandt et de Masaccio, de Dürer et de Raphaël, de Ghirlandaio et de Dali, c'est devoir s'interroger sans cesse sur la, les raisons qui ont conduit les uns et les autres à vouloir se représenter ainsi. Pour quelle raison, par exemple, Michel-Ange fait-il le choix de se représenter dans le Jugement dernier de la chapelle Sixtine comme la peau écorchée de saint Barthélémy ? Pourquoi Van Eyck fait-il le choix de n'être qu'un reflet dans le miroir convexe accroché derrière les Arnolfini et un autre reflet sur le bouclier de saint Georges dans La Vierge au chanoine Van der Paele ? Max Ernst au XXème siècle, comme Rubens au XVème, ont-ils les mêmes raisons de se représenter entourés d'amis ? Pourquoi Rembrandt se représente-t-il parmi les bourreaux qui dressent la croix sur laquelle le Christ vient d'être cloué ?

    Une invitation passionnante, éclairante et sans précédent qui permet de mettre en évidence les songes et les ambitions des plus grands peintres de l'histoire de l'art.

  • Une biographie illustrée d'anecdotes, citations, extraits de lettres qui nous invitent à découvrir l'univers du peintre, l'atmosphère de son époque, ses rencontres, ses errements ainsi que ses aspirations : Une vie d'Artiste.

    Si Vincent Van Gogh est parmi les plus célèbres des peintres, c'est parce que son ooeuvre est incomparable. Et non parce qu'on a fait de lui « l'artiste maudit » par excellence. Triste titre dont il a été affublé. La célébrité de Vincent ne doit rien ni à sa pauvreté, ni à sa folie. S'il a été « fou », c'est de lucidité. S'il a été « fou », c'est de peinture. Ce que le récit que vous entendrez prouve grâce à l'extraordinaire série de lettres qu'il a écrites à son frère, fidèle complice tout au long de sa vie. C'est la voix même de Vincent Van Gogh que Pascal Bonafoux invite à entendre.

  • Portraits de Rembrandt

    Pascal Bonafoux

    • Seuil
    • 26 Septembre 2019

    Ces portraits de Rembrandt par lui-même sont un récit intense de ce qu'est la création. Des premiers peints en 1625 - l'artiste a alors dix-neuf ans - aux derniers réalisés l'année de sa mort en 1669, c'est l'essentiel de sa vie qui est livré ici, mis en évidence, puisque sa vie n'est que peinture. Ces portraits révèlent comment Rembrandt invente Rembrandt, comment le jeune peintre de talent, reconnu et adulé qu'il est, devient au fil du temps un génie solitaire et ruiné.

    Rembrandt va de la gloire à la solitude par la faillite. En effet, son ambition n'a que faire de reconnaissance et d'éloges ; ils ne le comblent pas, comme ils ne satisfont pas son exigence artistique. Alors finalement, quoi de plus nécessaire que de se peindre soi-même, sans se préoccuper de ressemblance, n'ayant à rendre de comptes qu'à soi, sans dépendre de clients, de mécènes ?

    Rembrandt ne cesse de peindre. De peinture en peinture ces portraits témoignent de l'évolution de sa technique, mais aussi de l'image d'un homme dans la force de l'âge, puis vieillissant, face à Dieu, comme un défi qu'il aurait lancé à la mort.

    Pendant plus de quarante ans de création, Rembrandt, par ses autoportraits, tient tête au terrible partenaire qu'est le temps. À travers cet ouvrage nous en sommes les témoins émus.

  • André Masson m'expliqua que ce n'avait été qu'après la première exposition de son oeuvre chez Ambroise Vollard que Cézanne avait enfin tenu des propos sur la peinture, sur l'art.
    C'était, dans les premières années du XXème siècle, que des Émile Bernard, Joachim Gasquet, Maurice Denis, son marchand luimême, d'autres encore, lui avaient tiré les vers du nez, les avaient rapportés.
    Jusqu'alors, Masson insistait, c'était avec son pinceau que Cézanne avait pensé. Et c'était bien en raison de cette longue ascèse, grâce à elle, que sa pensée etait si décisive et nécessaire.

    Sur commande
  • Dans la Hollande indépendante industrieuse et prospère du XVIIe siècle, Rembrandt vit l'ambition et la solitude, la fortune et la faillite, l'amour et le deuil, la gloire et l'incompréhension. La leçon d'anatomie du Professeur Tulp lui apporte la notoriété et les bourgeois se pressent chez lui pour commander leurs portraits. Mais La Compagnie du capitaine Frans Banningh Cocq - La Ronde de nuit - désarçonne...
    On le respecte toujours, on s'éloigne de lui.
    Pascal Bonafoux nous guide dans une oeuvre où le fond et les figures ne font qu'un, ce qui, pour Delacroix, est le signe de la perfection.

    Sur commande
  • Au gré de ses lectures, Pascal Bonafoux a rassemblé les métaphores que Victor Hugo a distribué partout dans son oeuvre. Chaque trajectoire incalculable - définition de la métaphore selon Victor Hugo - est une fulgurance de sa pensée, le sens ne s'en épuise jamais et ne cesse d'accompagner ou de poursuivre le lecteur. Un livre que l'on peut parcourir, refermer et rouvrir au hasard pour retrouver la puissance de la voix incomparable et nécessaire du grand écrivain. Ses dessins, ses images visionnaires, sont seuls dignes d'accompagner ce dictionnaire.

  • Pierre-Auguste Renoir occupe une place majeure dans l'histoire de l'art. Aux côtés de ses pairs, il se fait le peintre de la vie moderne, populaire et mondaine. Ses toiles où dominent, dans le vif éclat de la couleur, les effets de matières, sont remarquables de virtuosité. En s'attachant à créer des images délicates et durables du plaisir ainsi que des scènes touchantes d'intimité, Renoir va peindre alors des chefs-d'oeuvre comme le Moulin de la Galette, Le Déjeuner des canotiers ou La Balançoire qui comptent parmi les plus célèbres de l'impressionnisme. Esprit indépendant et en perpétuelle recherche, il va progressivement développer un style plus classique et singulier. Les touches impressionnistes laissent place aux lignes définies, il veut rendre le modelé des corps par la couleur.Pour appréhender la richesse de ce peintre prolifique, Pascal Bonafoux donne à entendre la voix du peintre lui-même et celle de ses confrères, et s'appuie sur les témoignages de ses contemporains, journalistes, écrivains ou marchands d'art qui l'ont soutenu.
    Voici 100 oeuvres incontournables pour apprécier et comprendre, 100 ans après sa mort, la grandeur d'un peintre en quête d'harmonie, de beauté et d'un art pictural absolu.

  • Figure incontournable de l'impressionnisme, Degas se distingue des autres artistes du groupe par le choix de motifs plus personnels. Peintre de la modernité et de la vie parisienne, il prend pour sujet de ses oeuvres les champs de courses, le monde du spectacle et de la mode. Mais au-delà de cette vie mondaine, ce sont également les "invisibles" qui l'intéressent : jockeys, modistes, lavandières ou repasseuses...
    Passionné par le mouvement du corps, il se fait aussi le peintre des danseuses, et, posant un regard nouveau sur la nudité, il choisit de représenter les jeunes femmes dans leur intimité, pendant leur toilette. Il refuse de se plier à l'exercice de la peinture en plein air et préfère dessiner ce qu'il ne voit plus que "dans sa mémoire". Pour appréhender la singularité de son oeuvre et l'accueil qui fut réservé à cet extraordinaire artiste, Pascal Bonafoux s'appuie sur les témoignages de la presse de l'époque, des écrivains tels Emile Zola ou Paul Valéry, et sur les souvenirs de ses confrères peintres.
    Voici 100 oeuvres fondamentales pour apprécier et comprendre, 100 ans après sa disparition, la grandeur d'un peintre unique, et certainement avant-gardiste.

  • Ce livre rassemble 538 autoportraits de 285 artistes du XXe siècle. Il met en évidence en 63 chapitres la très grande diversité des modes par lesquels les artistes ont choisi de se représenter au cours de ce siècle : photographie, peinture, objets, collage, sculpture, graffitis.
    Autoportraits figuratifs ou non, du pop art au surréalisme, du cubisme au dadaïsme en passant par le body art, un tourbillon d'ouvres éclatantes et originales, toujours surprenantes, pour répondre à l'éternelle question : qui suis-je ?
    Un livre tout en questionnements, qui met en évidence les enjeux de l'identité au milieu des grands bouleversements, historiques du XXe siècle.

    Pour explorer L'autoportrait au XXe siècle, Pascal Bonafoux a conçu un parcours : celui d'un jeu de l'oie qui est un labyrinthe où le « fil de soi » évite que l'on se perde. Composé de 63 cases correspondant aux 63 chapitres, chacune de ces cases met en évidence un des aspects de l'autoportrait au cours du XXe siècle.

    Sur commande
  • « Les seuls à avoir « dit » comme il convient ce qu'est la peinture, leur peinture, les seuls à pouvoir raconter l'impressionnisme, ses défis, ses combats, sont les peintres eux-mêmes. Parce que leur histoire est comparable à aucune autre. Ni les débats, ni les disputes, ni les désaccords, ni les conflits, ni les malentendus, ni les rivalités n'ont remis en cause l'essentiel de leurs relations. Ils se respectent. Ils s'admirent.  Des relations plus fraternelles que confraternelles. Ce que prouvent les portraits des uns par les autres pendant ces années 1860, 1870 et 1880 encore, au cours desquelles, pour plusieurs d'entre eux, il est hors de question de pouvoir payer des modèles. Ce que prouvent leurs correspondances et les propos des uns et des autres qui ont été rapportés (parfois par ces gens de lettres et autres littérateurs qui les ont tant exaspérés). Les impressionnistes ont été les plus précis commentateurs de leur histoire. Comme ils en ont été les plus subtils, les plus lucides et les plus implacables. » À travers les 20 artistes fondateurs du mouvement et plus de 100 portraits, autoportraits et oeuvres de l'époque, cet ouvrage donne à entendre les voix des peintres, à comprendre la manière dont ils se sont connus, reconnus, accompagnés et représentés, et offre en somme de découvrir le mouvement comme jamais, de l'intérieur...

  • Une tombe dans un cimetière de l'Île-de-France. « Vincent Willem Van Gogh, né à Groot-Zundert (Hollande) le 30 mars 1853, mort à Auvers-sur-Oise (France) le 29 juillet 1890 ». Ces seules informations laconiques pourraient faire réapparaître la vie de Vincent, celle du pasteur qu'il aurait voulu être, comme son père, comme son grand-père ; celle de l'errant qu'il a été, à Bruxelles, Amsterdam, La Haye, à Paris, Arles et Saint-Rémy-de-Provence, à Auvers enfin. Mais là n'est pas l'essentiel. Au-delà d'un récit de doutes, de mécomptes, de misères, de maladies, de solitude, d'exil et de crises... l'univers de Vincent, c'est la peinture. À elle seule il a voué sa vie, parce que c'est par elle et pour elle qu'il a lutté contre tous et contre lui-même. Inlassablement, il peignit le soleil. Jusqu'à la fin. Jusqu'au suicide.
    C'est à la réalité qu'est la peinture que Pascal Bonafoux veut conduire, toujours.

    Sur commande
  • Tout au fil de sa vie, c'est avec la complicité d'Eros que Rodin façonna son oeuvre. Ses sculptures comme ses dessins sont un hymne érotique, qui suscitèrent bien souvent le scandale en leur temps...Pour permettre au lecteur d'aborder cette oeuvre unique et sulfureuse au plus près, Pascal Bonafoux s'est penché avec délicatesse - et la plume brillante qu'on lui connaît - sur chacune des grandes oeuvres érotiques de Rodin, par ordre chronologique de création, composant ainsi la plus scrupuleuse des biographies du maître.

  • D'abord écouter Picasso : « Si je connais Cézanne ! Il était mon seul et unique maître ! Vous pensez bien que j'ai regardé ses tableaux... J'ai passé des années à les étudier... » Ou encore : « Les Ménines, quel tableau ! Quelle réalité ! Vélasquez est le vrai peintre de la réalité. » Picasso, toujours lui : « Si une oeuvre d'art ne peut vivre dans le présent, il est inutile de s'y attarder. » C'est ce « présent » que Pascal Bonafoux recompose ici, s'appuyant sur les seuls propos et écrits des peintres. Le résultat est une leçon pour le regard, un mode d'emploi de la peinture inédit et décapant, qui rompt avec les classifications de l'histoire de l'art. Où l'on voit et saisit les peintres à l'oeuvre, étudiant les travaux des Anciens, célébrant leurs maîtres, indifférents aux écoles et aux mouvements, tout à leur exploration de voies nouvelles. C'est Kandinsky, le père de l'abstraction en arrêt devant Les Meules de Monet, Poussin décriant le Caravage, Ingres et Renoir louant Raphaël, Balthus copiant Piero della Francesca, Van Gogh se mesurant à Cézanne, etc.
    Car le coup de coeur et la passion opèrent en art, au moins autant que la prouesse du geste. A l'image de cette peinture sans cesse en mouvement, l'ouvrage se décline en autant d'entrées : des défis aux influences, des sujets peints aux techniques employées, des ambitions particulières aux exigences du marché, des mythes aux théories, la peinture s'offre ici dans tous ses états, abrupte, sans concession et bien vivante.

    Sur commande
  • A son ouverture en 1750, on le nomme «cabinet» ; en 1801, il devient une «galerie» ; en 1818, il est enfin un «musée». Si, depuis plus de soixante-dix ans, il reste sans collection, le musée du Luxembourg n'a pas cessé et ne cesse pas d'être un musée. Parce que, selon la définition qu'en donna l'Encyclopédie de d'Alembert et Diderot, le mot de musée s'«applique aujourd'hui à tout endroit où sont renfermées des choses qui ont un rapport immédiat aux arts & aux muses».
    Depuis 1750, comme aucun autre musée d'Europe, et parce qu'il a été le premier musée d'art contemporain dès 1818, il a provoqué l'enthousiasme et le dépit, la fierté et le mépris, l'ambition et l'indignation... Et depuis plus de deux siècles et demi, son histoire n'a pas cessé d'être passionnée et passionnante.

  • Monet

    Pascal Bonafoux

    Né en 1840 à Paris rue Laffitte, la célèbre rue des marchands de tableaux, élevé au Havre, au bord de la mer qu'il chérira tant, Monet adolescent s'exerce au crayon quand il fait la rencontre déterminante d'Eugène Boudin, qui devient bientôt le maître à penser du jeune artiste.
    Désormais, avant la célébrité qui viendra fort tard, Monet connaît la vie âpre de l'artiste maudit et désargenté. Autour de Bazille, Cézanne, l'ami Renoir, Pissarro, Sisley, sans oublier l'immense Manet qui joua un si grand rôle auprès d'eux, Pascal Bonafoux fait revivre les heures mouvementées de l'impressionnisme à ses débuts, conspué par une élite révulsée devant cette révolution artistique. Longtemps, en effet, la France n'aima pas ses impressionnistes, et l'on voit combien la naissance de l'abstraction qui se fit sur son sol la laissa indifférente.
    Pourtant, quelques marchands et de rares collectionneurs enthousiastes soutiennent le mouvement et le succès éclate, mais de New York d'abord. Au jour le jour de sa correspondance ? Car Monet ne cesse d'écrire, de compter, et surtout de douter ? Voici le récit d'une vie magnifique obsédée par l'accomplissement d'une oeuvre sublime.

    Sur commande
  • Cezanne portrait

    Pascal Bonafoux

    • Hazan
    • 21 Septembre 2011

    Toute sa vie, Cézanne n'a cessé de se peindre. Preuves en sont les quelque quarante autoportraits - dont trente-deux reproduits ici - qui jalonnent son oeuvre, comme des contrepoints, et qui datent de 1861 à 1895. De ce premier, pâteux, aux yeux rouges, jusqu'à l'un des derniers, à l'aquarelle, léger et aérien, où le peintre et son modèle semblent enfin réconciliés. Carrière exemplaire que celle de Cézanne qui, pendant cinquante années, piétine, déchire, transperce, enrage, lutte contre cette peinture qu'il a peine à saisir, qu'il comprend mieux que quiconque pourtant mais dont toujours quelque chose lui échappe. Mais il est tenace et, sans cesse, il revient à ces portraits de lui-même - présentés ici comme la ponctuation de son oeuvre - qui lui permettent peu à peu d'avancer. Pour appuyer son propos, Pascal Bonafoux laisse en priorité la parole à Cézanne et à ceux qui l'ont connu, mettant en situation extraits de lettres, souvenirs, conversations, en un ensemble qui compose le livre le plus vivant sur Cézanne, et remet en cause, chemin faisant, bien des idées reçues.

  • Présente des autoportraits de peintres, dessinateurs ou photographes du XXe siècle et tente, à travers une analyse critique des oeuvres, de composer une définition du genre de l'autoportrait, tout en faisant ressortir la multiplicité de ses aspects.

  • En 1918, Duncan Phillips décide de créer, dans sa maison familiale de Washington, un musée consacré à l'art moderne et à ses origines, où « chaque élément serait posé à sa place, dans une vision d'ensemble ». Du Greco à Picasso, d'Ingres à Kandinsky, de Chardin à Daumier, Bonnard, Cézanne, Braque ou encore Sam Francis et Paul Klee, il n'aura de cesse, jusque dans les années 1960, de parfaire sa collection, avec la couleur pour principal élément structurant. Et de rassembler des oeuvres en fonction de leurs résonances réciproques, révélant ainsi les liens entre l'art de son temps et celui du passé. Outre son oeuvre phare, le célèbre Déjeuner des canotiers de Renoir, la Collection Phillips est aujourd'hui l'une des plus exceptionnelles par sa cohérence et la qualité des oeuvres.

    Sur commande
  • S'il est aujourd'hui universellement admiré, l'impressionnisme a pourtant d'abord été synonyme de scandale. Pour mieux comprendre son histoire et vivre l'impressionnisme en temps réel, Pascal Bonafoux s'appuie sur les témoignages et réactions de la presse de l'époque (détracteurs ou défenseurs), des écrivains tels Zola, Huysmans ou Gautier, et sur les souvenirs des peintres eux-mêmes. On revit avec eux, l'émerveillement, le doute, la révolte et la fascination qu'a provoquée cette nouvelle façon de peindre. Devenus maître de l'art du paysage parce qu'ils ont quitté leurs ateliers pour peindre en plein air, ces artistes ont aussi investi le terrain de la ville en spectateur de la vie moderne. Ils ont su capter l'instant, restituer des sensations. Corot et Boudin ouvrent la voie, puis ce sont Manet, Monet, Renoir, Degas, Caillebotte, Seurat, etc. qui nous éblouissent et le livre se referme avec, pour point d'orgue, l'époustouflante série des Nymphéas.

  • Renoir

    Pascal Bonafoux

    • Perrin
    • 27 Août 2009

    Né à Limoges, Renoir a grandi à Paris, à deux pas du Louvre, où ses parents, de simples tailleurs, se sont installés pour y trouver une vie meilleure. A treize ans, le jeune Auguste doit travailler et, montrant depuis sa petite enfance un vrai goût pour le dessin, entre au service d'un céramiste. Travailleur à la chaîne, il peint les rois et reines, s'inspirant de scènes de genre façon Lancret, des Diane au bain de Boucher ou autres Fragonard qui l'ont tant impressionné au Louvre. Mais la carrière de Renoir est ailleurs. Sa rencontre avec Monet, Bazille, Sisley, Cézanne, Pissarro, tous ceux qui vont être appelés " impressionnistes " en 1874 est décisive. Le destin est là. S'ouvrent alors le long cycle de la maturation, les années bohème à Montmartre, aux Batignolles entrecoupées par les voyages en Espagne, en Algérie, les peintures sur le motif aux bords de la Seine, en Normandie... Dans les années 1880, contre toute attente, Renoir change de style et affronte l'incompréhension de ses amis mêmes : ses Grandes Baigneuses font scandale ! Peu lui importe. Renoir persiste. Vieillard prématuré, souffrant de rhumatismes déformants, l'immense peintre qu'il est devenu n'aura eu de cesse d'accomplir une oeuvre, un " bon tremplin " pour les recherches à venir. Modeste...

    Sur commande
  • S'il est aujourd'hui universellement admiré, l'impressionnisme a pourtant d'abord été synonyme de scandale. Pour mieux comprendre son histoire et vivre l'impressionnisme en temps réel, Pascal Bonafoux s'appuie sur les témoignages et réactions de la presse de l'époque (détracteurs ou défenseurs), des écrivains tels Zola, Huysmans ou Gautier, et sur les souvenirs des peintres eux-mêmes. On revit avec eux, l'émerveillement, le doute, la révolte et la fascination qu'a provoqué cette nouvelle façon de peindre. Devenus maître de l'art du paysage parce qu'ils ont quitté leurs ateliers pour peindre en plein air, ces artistes ont aussi investi le terrain de la ville en spectateur de la vie moderne. Ils ont su capter l'instant, restituer des sensations. Corot et Boudin ouvrent la voie, puis ce sont Manet, Monet, Renoir, Degas, Caillebotte, Seurat, etc. qui nous éblouissent et le livre se referme avec, pour point d'orgue, l'époustouflante série des Nymphéas.

  • Cet essai est dû à la rencontre avec l'un des autoportraits de ce qui fut la collection des Grands Ducs de Toscane. Plus de trente ans après cette rencontre décisive, l'auteur est commissaire d'une exposition d'autoportraits du XXe siècle dans cette même Galerie des Offices de Florence. Entre ces deux dates, l'autoportrait n'a pas cessé d'être le "précieux souci" de l'auteur, l'objet de ses recherches.

    Sur commande
empty