Lajouanie

  • Au sortir d'une soirée de beuverie, un chef de groupe de la Crim' menant une vie pour le moins dissolue est sauvagement agressé. La police privilégie la piste d'une vengeance du milieu, puis celle des contacts bien peu fréquentables de la victime. Sans succès. L'affaire est alors, enfin, confiée à Zac Bechler, en dépit de l'aversion qu'il éprouvait pour son collègue. La première visite de notre héros le conduit dans la villa de l'ancien policier qui le reçoit, totalement immobilisé sur son lit de douleur, veillé par sa femme. Sensible au charme de l'épouse dévouée, Bechler promet de tout tenter pour trouver le coupable... et multiplie ses visites. Le malade entre deux crises de douleur lui confie que ses agresseurs rodent dans la maison dès que son épouse, médecin, est de garde à l'hôpital...

    Olivier Maurel a imaginé une terrible intrigue faite de faux semblants, de retournements de situations, et de séquences proprement hallucinantes. Il nous entraîne dans un maelström de fureur et de démence et nous propose un final absolument étourdissant. Âme sensible s'abstenir.

    Sur commande
  • Un commandant de la crim', torturé à souhait, hanté par le suicide de son père et la maladie de sa fille ; un adjoint parfait mais peinant à remplacer son prédécesseur assassiné par un psychopathe ; des tueurs à gages qui tombent comme des mouches en se scarifiant et en s'automutilant inexplicablement dans tous les coins de ce bas-monde ; de curieux pendentifs ornés d'un crucifix ; un mystérieux message évoquant des « horizons verticaux » ; une hallucinante émeute dans une prison marocaine ; une course poursuite dans le parc du chateau de Versailles ;
    Une hypnotiseuse totalement félée. Voila pour les ingrédients majeurs, et on en omet volontairement beaucoup, de ce roman foisonnant, à michemin entre le roman policier et le thriller, nous contant le combat acharné entre un super-flic et un tueur en série de. tueur à gages.
    Les scènes d'actions succèdent aux séquences plus psychologiques dans un ordonnancement quasi-parfait. Les personnages précisément campés, les décors (on pourrait parler de lieux de tournage) dans lesquels se déroule le roman font de ce livre un véritable « page-turner ». Impossible en effet d'en stopper la lecture, tant le rythme et le suspense sont soutenus.

    Sur commande
empty