Nicolas Faucherre


  • Créée ex nihilo par Vauban en 1692, Mont-Dauphin est un des sites
    emblématiques de la fortification bastionnée en France.
    L'ouvrage permet de comprendre la mise en place et la diffusion de
    la pensée normatrice de Vauban à travers l'évolution de la place
    forte qui a constitué l'apothéose de son oeuvre et de son héritage.


    Sur commande
  • Vauban est, avec Vercingétorix et Jeanne d'Arc, au panthéon des héros qui ont fait la France. Premier citoyen dans une monarchie absolue, visionnaire de la justice sociale, il est d'abord un homme de guerre au service de la paix, économe du sang des hommes et constructeur d'une barrière de fer de 150 forteresses bornant le royaume, inviolable jusqu'à la fin de l'Empire. Ces fortifications - qu'elles verrouillent un point de passage montagneux, un franchissement de plaine ou un débarquement côtier - sont construites dans le souci constant de l'économie, de l'adaptation au terrain et aux contraintes des matériaux et des usages de chaque terroir où elles naissent, leur conférant une impression de grande variété malgré la standardisation voulue par le grand ingénieur.
    Elles sont d'abord la réponse à des moyens d'attaque codifiés, application de la méthode cartésienne à l'art de la guerre. Expression de l'âge classique, ces forteresses de Vauban désormais inscrites à l'Unesco sont en quête de nouveaux usages.

    Sur commande
  • Actes du sixième colloque international au château de Bellecroix, 14 - 16 octobre 2016

    Sur commande
  • Dressées face à l'Atlantique, les tours du port de La Rochelle sont les seuls vestiges d'un formidable programme de fortifications édifiées à partir de 1372 par la commune de La Rochelle jusqu'alors autonome ou occupée par les Anglais en signe d'alliance avec le roi de France. Symbole de puissance et d'orgueil, elles furent lieu de résidence nobiliaire et ouvrage de défense, jusqu'à l'anéantissement des remparts de la ville protestante par Richelieu en 1628. Repères pour la navigation avec l'essor du commerce maritime, elles devinrent cachots pour les huguenots au XVIIe siècle puis pour les marins anglais au XVIIIe siècle, enfin prison militaire sous la Restauration. Elles offrent une silhouette médiévale qui demeure la figure emblématique de la ville et le témoin de son destin d'exception.

    Sur commande
  • Sur commande
  • cet ouvrage est le quatrième de la collection " les étoiles de vauban ".
    elle présente les principaux sites fortifiés de france, en particulier ceux de vauban qui constellent nos frontières, témoignant de l'activité inlassable de cet ingénieur du grand siècle dont on célèbre en 2007 le tricentenaire de la mort. chefs-d'oeuvre esthétiques, les fortifications sont aussi des témoins privilégiés de l'histoire de france. dans cet ouvrage, le lecteur se promène le long des côtes d'atlantique depuis les charente- maritime jusqu'aux pyrénées-atlantiques.
    chaque site fortifié fait l'objet d'une présentation largement illustrée, enrichie par de larges extraits de la correspondance de vauban. ces lettres donnent une saveur particulière à la présentation des sites.



  • Après le colloque sur « l'eau dans le château » d'octobre 2013, le Centre de Castellologie de Bourgogne a accueilli au château de Bellecroix (près de Beaune) le second volet de ces rencontres, intitulé « l'eau autour du château ». Ce colloque, qui concerne l'histoire et l'archéologie des habitats aristocratiques médiévaux et modernes, ne s'arrête pas aux fossés en eau, mais explore tout l'environnement aquatique et hydraulique du château : fleuves et transports, moulins et forges, pêcheries, lacs et mers, inondations défensives et offensives, bassins, ports et canaux. Le colloque est particulièrement attentif au rôle moteur des étangs et des moulins dans l'installation des seigneuries châtelaines.

    Sur commande
  • De 1450 à 1483, Charles VII puis Louis XI ont sécurisé toutes les nouvelles extensions du domaine royal en y construisant des « citadelles », des châteaux de garnison spécifiquement conçus pour surveiller les villes conquises. Au sortir du Moyen Âge, les architectes du roi inventent alors des formes neuves, tant pour mettre en scène la monarchie absolue que pour répondre aux progrès de l'artillerie à poudre. En 30 ans seulement, ils mettent en place les nouvelles solutions de la fortification moderne : ouverture de tir, circulations, tour à canon, ouvrage détaché devant la porte, moineau d'artillerie. Ces seize citadelles, si importantes dans l'histoire de la défense, ont souvent été des forteresses mal aimées, tôt détruites et vite oubliées. La thèse de Nicolas Faucherre, soutenue en 1993 et publiée ici pour la première fois, a fait sortir de l'ombre ces jalons essentiels de la construction de l'État moderne. Elle reste aujourd'hui encore une référence de premier plan pour l'histoire et la castellologie.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Les fortifications sont apparues à la suite de la première crise de l'artillerie à poudre qui a précipité la disparition des châteaux forts.
    Nicolas Faucherre nous entraîne dans l'histoire des bastions, de la Renaissance jusqu'à la révolution industrielle. Il définit ensuite les principes élémentaires de l'architecture militaire. Précis et largement documenté, ce manuel de l'histoire des fortifications est un outil indispensable à toute personne qui veut comprendre ce jeu de l'attaque et de la défense. Places fortes fait suite à Châteaux forts, premier ouvrage de cette collection.
    Ces deux livres constituent un formidable panorama de la fortification française de Charlemagne à Napoléon III.

  • Ce livre propose l'étude des sièges dont Rhodes fit l'objet au cours de son histoire : sièges de Démétrios Poliorcète (305-304 av. J.-C.), de Mithridate VI (88 av. J.-C.), de Cassius Longinus (42 av. J.-C.), de Selim (1480), de Soliman le Magnifique (1522) et quelques autres que la cité subit au Moyen Âge. Il s'inscrit dans les perspectives de la « nouvelle histoire bataille », dénouant les écheveaux propres de chacun de ces sièges et appréhendant le phénomène guerrier dans toutes ses composantes. L'objectif est de nourrir une réflexion d'histoire militaire et d'enrichir le débat sur les pratiques politiques, les formes de pouvoir et de représentation, de l'Antiquité à la période moderne, dans le bassin oriental de la Méditerranée.

    Sur commande
  • Syrie, Liban, Jordanie, Israël, Territoires palestiniens, Turquie aussi pour une part, ont été depuis des millénaires le théâtre de confrontations majeures entre civilisations qui ont laissé derrière elles des monuments insignes.
    Ainsi, qui ne s'est laissé aller à rêver aux forteresses extraordinaires que ces empires, ces royaumes ou ces principautés ont égrenées au fil des éperons, des sommets ou des oasis. Rey, Lawrence, Deschamps, avaient apporté en leur temps une vision très marquée par leur époque, une croyance dans les bienfaits d'une colonisation seule à même d'apporter culture et civilisation. Depuis une vingtaine d'années, de nombreuses équipes internationales, à l'oeuvre dans, pays avec le concours des équipes national révisent de façon considérable ces visions.
    Les déblaiements massifs réalisés ces quarante dernières années en Israël ont révélé un cadre matériel, technique et social à l'érection et à la vie dans ces châteaux. Aujourd'hui, l'importance de l'apport primitif grec, fondateur en bien des aspects, la permanence de l'influence byzantine après l'Empire romain, l'apport des Croisés et de leurs concepts féodaux, mais surtout la prodigieuse mutation de l'architecture musulmane après Salah ad-Din, sont désormais mieux interprétés ; cette fécondité de la fortification ayyoubide, puis mamelouke, loin de tout plagiat, donne ici lieu aux premières monographies scientifiques d'édifices.
    Ce colloque international présente ainsi pour la première fois les travaux les plus récents de ces équipes internationales qui font de l'étude du monument, de son architecture et de son substrat un point nodal. Au travers des communications se révèlent une nouvelle lecture de l'histoire de l'architecture, de la fortification, et, au-delà, une nouvelle histoire des relations entre tous ces protagonistes.
    On peut désormais mieux, appréhender les influences réciproques entre belligérants, mesurer combien les facteurs de guerre propres au Moyen-Orient ont pu engendrer des solutions architecturales originales et innovantes, proposer de nouvelles perspectives par une analyse plus détaillée de la construction, de la poliorcétique ou encore des échanges techniques à travers la Méditerranée.

empty