Natacha Gondran

  • La question des limites environnementales a traversé les XIXe et XXe siècles sans vraiment parvenir à s'imposer. La donne serait-elle en train de changer en ce début de XXIe siècle ? Face à la multiplication des atteintes portées au « système Terre », la communauté scientifique s'est lancée depuis quelques années dans un projet aussi urgent qu'ambitieux : proposer aux décideurs et au grand public un aperçu des principales variables qui déterminent l'équilibre des écosystèmes à l'échelle planétaire. Au-delà du climat et de la biodiversité, ces travaux abordent également des questions moins connues du grand public, comme le déséquilibre des cycles biogéochimiques, le changement d'affectation des sols, l'introduction de polluants d'origine anthropique dans les écosystèmes ou encore l'acidification des océans. Autant d'enjeux pour lesquels la communauté scientifique essaie aujourd'hui de déterminer des frontières à ne pas dépasser si l'humanité veut éviter les risques d'effondrement.

    Sur commande
  • Peut-on mesurer la durabilité écologique d'une nation de manière claire et synthétique ? Est-il possible, à l'instar du PIB, de résumer une réalité aussi complexe en un seul chiffre ? C'est pour répondre à ces questions que l'empreinte écologique a été inventée au début des années 1990. Mobilisant des centaines de données statistiques et scientifiques, cet ingénieux système de comptabilité a permis de démontrer que l'économie mondiale consommait davantage de services issus de la biosphère que celle-ci était capable d'en régénérer. Il a également servi à révéler les inégalités environnementales, en montrant par exemple qu'il faudrait plusieurs planètes pour répondre aux besoins de l'humanité si le modèle de consommation occidental venait à se généraliser.
    Dans cet ouvrage, les auteurs reviennent dans le détail sur les tenants et les aboutissants de cet indicateur, que de nombreux écologistes ont élevé au rang de véritable totem. Ils en révèlent les forces, mais aussi les limites. Plus encore, dans cette nouvelle édition, ils montrent que la famille des empreintes environnementales s'est largement développée au cours des dernières années, permettant d'affiner notre appréhension des limites planétaires.

    Sur commande
  • Une nomenclature de plus de 1100 termes et abréviations et plus de 1000 définitions.
    Le vocabulaire du développement durable issu de sources officielles françaises, étrangères et internationales: guide SD 21000, travaux de la Commission Brundtland, du Sommet de la Terre, Convention cadre sur les changements climatiques, Convention sur la biodiver­sité, travaux du Programme des Nations Unies pour lenvironnement, du Conseil fédéral du développement durable, etc.
    Lexpertise dacteurs du développement durable, en particulier de Christian Brodhag, notamment membre de la délégation française présente au Sommet mondial sur le développement durable organisé à Johannesburg en 2002, et de Florent Breuil, ingénieur Armines et expert Environnement.
    Le vocabulaire fondamental du développement durable ainsi que les notions issues des plus récentes découvertes environnementales, scientifiques et économiques.
    Les équivalents anglais de chaque terme.
    Un index des mots anglais pour accéder à leurs équivalents français.
    Une sélection de sites Internet pour accéder aux informations officielles.

empty