Points

  • La plus libre des disciples de Freud, cette Lou Andreas-Salomé qu'il appelle par son prénom et à laquelle il a confié la formation analytique de sa fille Anna, adresse au maître en hommage d'affection pour son soixante-quinzième anniversaire cette lettre ouverte. L'amie de Nietzsche et de Rilke, l'écrivain qui a laissé sur chacun d'eux la plus lucide des études, touche au coeur de l'analyse comme de l'écriture. Thérapeute, elle est du sérail. Freud n'hésite pas : il publie le livre aux Éditions psychanalytiques.

  • Lou Andreas-Salomé (1861-1937) a laissé une oeuvre inclassable, d'une extrême diversité : littérature et philosophie, psychanalyse et théologie, histoires pour enfants et poèmes, correspondance et journaux. Au-delà de cette multiplicité, une unité forte rassemble son travail et son inspiration : la quête d'une plénitude spirituelle, comme en témoignent les textes réunis dans ce volume. « Notre première expérience est celle d'une disparition, écrit-elle. [...] Le premier souvenir est à la fois un choc, une déception due à la perte de ce qui n'est plus, et l'élément indéfinissable d'un savoir encore à l'oeuvre, d'une certitude que cela devrait exister encore... » Jamais cette quête n'enleva à Lou son caractère profondément rebelle, mais elle la distingua : dans les combats qu'elle mena (le féminisme), les analyses qu'elle conduisit (psychanalyse), les visions qu'elle développa (sur les sources de l'art), et les liens qu'elle partagea (avec Nietzsche et Rilke).

    Sur commande
empty