Flammarion

  • Nous sommes tous religieux sans le savoir : Pire encore : parce que nous ne voulons pas le savoir : c'est cet aveuglement paradoxal qui tonde la raison contemporaine. ce livre, conçu comme mi polar métaphysique et théologique, traque la marque du sacré dans des textes ou des arguments qui se prétendent uniquement rationnels. Avec la rigueur du logicien. mais aussi la passion du polémiste, Jean-Pierre Dupuy réveille les esprits empêtrés dans leur idéologie. La catastrophe (écologique, nucléaire, biotechuologique -.) a commencé mais notre refus du religieux nous empêche de la voir. Seule une perspective apocalyptique nous permet de comprendre que c'est le sacré qui trous a constitués. La désacralisation du monde nous apparaît ainsi pour ce qu'elle est : un processus inouï qui peut nous laisser sans protection face à notre violence, mais également déboucher sur un monde où la raison ne serait plus l'ennemi de la foi. Autobiographie intellectuelle, mais aussi analyse lucide (les détraquements en cours, ce livre s'ouvre par une interprétation de la panique financière de 2005 : il se poursuit par une démystification des grandes formes de la rationalité moderne. incapables de gérer ce sacré qu'elles refoulent ; il se clôt, enfin, dans une mise en abyme vertigineuse, sur une méditation autour du Vertigo. le chef-d'oeuvre d'Alfred Hitchcock.

    Sur commande
  • Ce livre prend acte de l'échec de la pensée économique, incapable de tenir le rôle du politique qu'elle a détrôné : les gouvernements se font les laquais des marchés financiers, et nos sociétés découvrent qu'elles n'ont plus d'avenir. C'est au sein de cette « économystification » qu'il faut être capable d'opérer un sursaut moral et politique.
    Parti d'Adam Smith, et de l'économie comme « mensonge collectif à soi-même », cet essai renoue avec la thèse de Max Weber sur le rôle de l'éthique protestante dans l'advenue du monde moderne. Il fait entendre ce qu'implique le « choix calviniste », irrationnel aux yeux des experts. Mais la rationalité de ces derniers ne mène qu'à la défiance généralisée et au repli sur soi, propices à tous les mouvements paniques.
    Dénonçant les techniciens de l'économie, qui cherchent à remplacer le gouvernement des hommes par la gouvernance des choses, Jean-Pierre Dupuy réhabilite la dimension prophétique du politique. Ce n'est pas en déclarant la guerre aux marchés qu'on inventera l'avenir.

    Création Studio Flammarion © Flammarion, 2012, pour l'édition originale © Flammarion, 2014, pour la présente édition en coll. « Champs »

    Sur commande
empty