Jacques Villain

  • Depuis l'accident de la centrale de Fukushima au Japon en 2011, le nucléaire civil est remis en cause par une opinion publique de plus en plus inquiète. Pourtant, Fukushima ni même Tchernobyl ne sont les premières catastrophes. Qui connaît les terribles accidents provoqués par les arsenaux nucléaires militaires depuis 1945 ? Qui sait que 8 sous-marins ont coulé avec leurs réacteurs à bord qui se décomposent au fond des océans ? que 5 bombes nucléaires ont été perdues par les Américains ? Très peu d'incidents ont été rendus publics, secret militaire oblige. La dissuasion nucléaire, fille de la guerre froide, a parfaitement fonctionné cinquante ans durant, puisque la bombe a permis d'éviter la guerre entre puissances nucléaires ; mais à quel prix ?
    Aujourd'hui, malgré les différents traités de réduction des armements, on dénombre plus de 16 000 armes nucléaires opérationnelles, sans compter les stocks de plutonium et d'uranium enrichis. Neuf pays possèdent l'arme nucléaire, que rejoindra peut-être l'Iran demain.
    Fort d'informations de première main, Jacques Villain raconte la fascinante et terrifiante histoire du nucléaire militaire et dévoile des secrets longtemps tus au grand public. Il dresse un implacable bilan humain, sécuritaire, environnemental qui nous place tous face à nos responsabilités.

    Sur commande
  • Mars est une planète qui n'a cessé de fasciner les hommes. Proche de la Terre, elle suscite un double espoir : celui d'abriter de nouvelles formes de vie et celui de représenter un territoire à conquérir. En 2010, Barack Obama a fait de l'envoi d'hommes sur Mars son objectif pour 2035, mettant en avant la " nécessité " que représente un tel projet pour l'humanité. Mais l'avenir de l'homme se jouera-t-il vraiment dans l'espace ou tout ceci n'est-il qu'une grande illusion ? Les possibilités offertes par cette planète suscitent de multiples interrogations à la croisée des chemins entre science, technique et géopolitique. Des questions auxquelles répond Jacques Villain, un des meilleurs spécialistes français de l'espace.

    Sur commande
  • C'est de baïkonour que fut lancé spoutnik, premier satellite artificiel en 1957. c'est également de baïkonour que décolla la sémiorka qui emmenait youri gagarine, premier homme dans l'espace en 1961. l'auteur a agi en historien en recueillant les témoignages de ceux qui ont vécu non seulement les "grandes heures" de baïkonour mais aussi sa vie au quotidien.

  • On ne connaît guère la conquête de l'espace que par l'exploration du système solaire et de l'univers, longtemps vitrine de la confrontation entre les États-Unis et l'Union soviétique. Une autre activité plus importante encore en termes d'enjeux et de budgets se déroulait à l'insu du public : l'espionnage par satellite et la réalisation d'armes sophistiquées pour porter le combat dans l'espace.Des trésors d'ingéniosité ont été déployés de part et d'autre pour prendre le dessus sur l'adversaire. Chez les ingénieurs et les militaires, la guerre des idées était totale, frôlant bien souvent le déraisonnable, jusqu'à la « guerre des étoiles » prônée par Reagan en 1983.Aujourd'hui, les satellites de reconnaissance et d'écoute savent tout ce qui se passe partout. Ces deux dernières années, la Chine et les Etats-Unis ont procédé à des destruction expérimentales de satellites par des missiles. La Chine ne va-t-elle pas remplacer l'Union soviétique dans la confrontation spatiale ?Une dizaine de pays et certaines sociétés privées possèdent leurs propres satellites d'espionnage. Les États-Unis qui ont une longueur d'avance ont choisi de faire de l'Espace un lieu de domination. Leur budget spatial militaire est 40 fois supérieur à celui de l'Europe.

  • Deux semaines après les attentats du 11 septembre, le Groupe Orval ouvrait un colloque sur le thème « Religion et laïcité: ennemis irréductibles? ».
    Un sujet au coeur d'une brûlante actualité dont nous vivons aujourd'hui encore les suites et dont l'ombre plane sur les débats.
    Le volume n° 55 de La Pensée & les Hommes constitue les actes de ce colloque, dans lequel musulmans, laïques, juifs et chrétiens échangent leurs points de vue à la recherche d'une convergence tout en affirmant leur identité et leurs valeurs.

    Sur commande
  • Les évolutions techniques des systèmes d'armes nucléaires, la prolifération, le risque du nucléaire dans les régions conflictuelles, l'utopie du désarmement, la défense antimissile, l'avenir de la dissuasion... À un moment où quelques voix s'élèvent demandant la suppression de la dissuasion nucléaire considérée alors comme une relique de la guerre froide, ce livre entend ouvrir le débat en traitant le sujet de manière approfondie et non dogmatique.
    Si aujourd'hui les puissances nucléaires occidentales et la Russie réduisent leurs arsenaux, d'autres comme la Chine, l'Inde et le Pakistan renforcent le leur.
    Seize mille armes nucléaires se répartissent entre neuf pays dont la Corée du Nord. Ceci sur fond de conflits et de tensions au Proche et au Moyen-Orient, dans la région Inde-Pakistan, en Extrême-Orient et même en Europe de l'Est.
    Le monde actuel et celui de demain seraient-ils moins dangereux pour baisser la garde à ce point ? Le désarmement nucléaire est-il souhaitable ? Est-il contrôlable ? Une défense antimissiles peut-elle se substituer à la dissuasion ? Faut-il interdire l'arrivée dans le club nucléaire des pays dont les dirigeants n'ont pas la rationalité nécessaire à la mise en oeuvre de la dissuasion ? Si oui, comment ? Comment concilier une dissuasion nucléaire efficace tout en évitant qu'en cas d'échec, l'arme nucléaire ne conduise à l'anéantissement de l'humanité ?
    Quant à la France, sous prétexte de difficultés budgétaires, doit-elle abandonner sa composante nucléaire aéroportée comme le préconisent certains ?
    Autant de questions auxquelles nous sommes confrontés et qui n'ont jamais fait l'objet d'un examen aussi complet et pertinent sur un sujet souvent couvert par le secret-défense et auxquels les auteurs, spécialistes de ce domaine, nous initient et nous invitent à réfléchir.

    Sur commande
empty