Jacopo Rasmi

  • Nous voyons les banquises fondre, les espèces disparaître, les inégalités s'exacerber : tout nous annonce que nos modes de vie sont condamnés à un « effondrement » qui vient. Nous savons la nécessité d'une mutationvertigineuse, à laquelle nous ne parvenons pas à croire.

    Comment sortir de cette hantise - sans nier sa réalité nisubir sa fascination ? En multipliant les perspectives qui dévoilent une pluralité d'effondrementsdéjà en cours, plutôt qu'un unique écroulement à venir. En questionnant ce « nous » de la collapsologie à partir de temporalités alternatives, d'attentions altérées, de points de vues excentrés et excentriques.

    Écrit à quatre mains, ce livre s'adresse à toutes les générations collapsonautes- jeunes et moins jeunes - qui ont mieux à faire que se laisser méduser par la menace des catastrophes à venir. Désespérées mais pas pessimistes, elles s'ingénient à accueillir et cultiver des formes de vie qui échappent par le haut au capitalisme extractiviste. Condamnées à naviguer sur les effondrements en cours, elles génèrent d'ores et déjà des arts inédits du soulèvement et du montage - dont ce bref essai encourage à hisser les voiles.

  • Accompagner la migration de Michelangelo Frammartino de Milan à l'arrière-pays calabrais signifie être convié dans un univers cinématographique où le champ humain fourmille de ses hors-champs environnementaux. Dans les créations de ce réalisateur italien peu connu et étudié en France, un berger semble se transformer en chevreau à sa mort, des esprits végétaux envahissent un village et les objets quotidiens sont animés par des forces terrestres imprévisibles. À l'intérieur de ce monde rural où les présences vivantes se multiplient et se manifestent à notre regard, nous commençons à interroger le rapport entre notre attention et les milieux que nous habitons, mais aussi la relation entre les problèmes écologiques et l'expérience cinématographique. Ces questions ne pourront affleurer pleinement dans l'analyse des formes et des pratiques de Frammartino que grâce au dialogue avec les voix d'autres disciplines (d'Ernesto De Martino à Anna L. Tsing, en passant par Giorgio Agamben) et la compagnie des images d'autres cinéastes (de Sharunas Bartas à Alice Rohrwacher).

    Sur commande
empty