Jérôme Tubiana

  • « Jusqu'à la lecture de Pedigree, je n'avais jamais imaginé écrire un livre évoquant mon amitié d'enfance avec Patrick Modiano ». De fait, la lecture de ses souvenirs d'enfance a questionné mes propres souvenirs. Jérôme Tubiana a connu Patrick Modiano à l'âge de sept ans à l'école communale de la rue du Pont de Lodi. Devenus très amis, il a bien connu la famille Modiano, son frère Rudy, sa mère Luisa qui lui a témoigné beaucoup d'affection. Cette amitié a duré jusqu'à la fin des années 1960. Au-delà d'une histoire d'amitié où existe quelques traces d'ADN qui contribuent à éclairer la personnalité et l'oeuvre d'un grand écrivain, le livre s'inscrit dans un milieu: celui de la rive gauche de la Seine des années d'après-guerre. Il est aussi un jeu de miroirs entre deux parcours de jeunesse: celui de l'auteur ancré dans le confort matériel et social et celui de de Patrick Modiano, marqué par le déracinement familial, l'inconfort matériel à l'adolescence et la hantise de l'existence de son père sous l'occupation.

    Sur commande
  • Sur commande
  • La saga Danone

    Jérôme Tubiana

    • Lattes
    • 23 Septembre 2015

    Patron visionnaire, Antoine Riboud, puis ensuite son fils Franck, ont fait de Danone une entreprise profondément singulière, affichant une ambition sociale, creuset de multiples initiatives innovantes.
    C'est à Marseille en 1972 qu'Antoine Riboud, à la stupéfaction du patronat de l'époque, prononce un discours quasi révolutionnaire qui tente de réconcilier dans un même projet la réussite économique et financière d'une entreprise et sa responsabilité vis-à-vis des salariés et de la collectivité.
    Pour passer du discours aux actes, Antoine Riboud décide la création d'un laboratoire d'innovations sociales. L'expression des salariés et l'auto-organisation sont mises en oeuvre dans les usines mais sont questionnées par la crise pétrolière. Les restructurations, la productivité et l'emploi deviennent alors les enjeux majeurs.
    BSN contribue à transformer le dialogue social en France en signant de nombreux accords de modernisation qui inspirent le rapport Modernisation Mode d'emploi . rédigé en 1987 à la demande du Premier Ministre Jacques Chirac.
    La mondialisation de Danone au cours des années 90 puis la crise autour de la restructuration de LU sont autant de mise à l'épreuve de l'ambition sociale de l'entreprise.
    En 2006, Franck Riboud lance avec Muhammad Yunus, prix Nobel de la paix, le fonds danone.communities dédié à la création de social business. En 2009, en réponse à la crise, est créé le fonds Danone écosystème. Son objet est de renforcer les acteurs vulnérables de l'environnement proche des sociétés de Danone comme les petits producteurs de lait ou le petit commerce informel dans les pays émergents. En 2015, est signé l'accord Livelihoods pour l'agriculture familiale avec l'entreprise Mars pour aider l'agriculture durable en Afrique, Asie et Amérique latine.
    Jérôme Tubiana nous plonge dans cette histoire riche et mouvementée qui se lit comme une saga industrielle des XXe et XXIe siècles où les frottements, les conflits et les tensions ont souvent fini par déboucher sur de profondes métamorphoses.
    Préface de Franck Riboud

    Sur commande
  • Sur commande
  • C'est l'histoire d'un jeune garçon qui se rêve un avenir meilleur et quitte l'Arabie Saoudite pour étudier l'anglais et l'informatique au Pakistan. Deux mois après son arrivée, c'est le 11 septembre 2001. Au mauvais endroit au mauvais moment, le jeune adolescent est vendu par les services secrets pakistanais aux Américains, au prétexte qu'il appartiendrait à Al-Qaïda. C'est une descente aux enfers qui le mène à Guantanamo, au camp X-Ray puis au camp Delta, où il va vitre la routine des tortures, des interrogatoires incessants et vains. Une histoire vraie.

    Sur commande
  • Chroniques du Darfour

    ,

    • Glenat
    • 22 Septembre 2010

    Jérôme Tubiana donne la parole aux groupes ethniques qui s'affrontent dans la guerre civile du Darfour et que ses parents, anthropologues, avaient rencontrés avant lui.Un livre en partenariat avec Amnesty International. La guerre civile qui a débuté au Darfour en 2003 a fait la une de nos journaux occidentaux. Bien souvent, elle a été traitée de manière caricaturale - le  massacre de civils "africains" par un pouvoir et des milices "arabes" -, avec force images des camps de réfugiés. En effet, le gouvernement du Soudan et ses milices "Janjawid" ont réprimé la rébellion en incendiant des centaines de villages, provoquant plus de 300 000 morts et chassant près de trois millions de civils. Pour autant, le conflit ne se résume pas à des tensions ethniques et des revendications politiques. Il est aussi une lutte pour la terre et les ressources naturelles. Pour la première fois, cet ouvrage donne la parole à tous les acteurs de la guerre civile. Ce n'est ni le hasard ni l'actualité qui ont conduit Jérôme Tubiana au Darfour : ses parents, tous deux anthropologues, ont étudié les groupes ethniques de la région - en particulier les Zaghawa, mais aussi les Tunjur et les Fur. Jérôme Tubiana s'est mis en quête des gens que ses parents avaient connus, ou de leurs enfants. Paysans, enseignants, chefs traditionnels, Janjawid, tous sont protagonistes du conflit, qu'ils soient victimes ou bourreaux, rebelles, civils déplacés ou membres du gouvernement. Il les a écoutés, photographiés. Entre journal de voyage et reportage, ce témoignage constitue une tentative d'explication d'un conflit présenté par les Nations unies comme la "plus grave crise au monde", et qui continue de causer violences meurtrières et exil, malgré le cessez-le-feu. "La crise du Darfour a de dramatiques conséquences sur la vie de milliers d'hommes et de femmes dont les droits sont bafoués, dans un climat de quasi-impunité et indifférence. Amnesty International ne cesse de rappeler aux parties en présence et à la communauté internationale leurs responsabilités. L'organisation entend aussi faire prendre conscience de ce drame qui reste mal connu. Elle inscrit son soutien aux Chroniques du Darfour de Jérôme Tubiana dans cette perspective et fait le pari qu'une opinion sensibilisée est déterminante."Amnesty International

empty