Gérard Gilloux

  • Hommages

    Gérard Gilloux

    Sur commande
  • Poèmes vains

    Gérard Gilloux

    Entre cadran solaire et miroir aux alouettes, nous n'y voyons que du feu. L'oreille, pourtant attentive, ne percevra pas le dernier spasme du mot sidéral ni la main rigide ne l'écrira ni la lèvre le perlera. Le lac et son reflet vont de pair. L'arbre les fixe ; le regard les éternise. Nous n'y sommes pour rien sinon, résonnance éphémère, capables seulement d'interroger le silence assourdissant du vide et de souffler sur ses cendres. Pour le reste, nous croirons encore que la nasse est un piège à eau et le souffle, une preuve de notre éternité. Que ces quelques mots soient le miroitement du vent qui passe, bus à même la soif !

    Sur commande
  • Sauf à travailler en studio, la prise de vue classique dépend en permanence de circonstances souvent impossibles à modifier par le photographe qui doit se contenter d'en tirer le meilleur parti possible. Avec les logiciels de synthèse d'images, le soleil se couche lorsqu'on en a besoin et les nuages se forment juste ce qu'il faut pour mettre en valeur le décor. Les acteurs eux aussi virtuels sourient ou pleurent à volonté et ils ne se fatiguent jamais de poser Au hasard des projets il sera possible de passer de représentations hyperréalistes (des photos de synthèse dont on jurerais qu'elles proviennent d'un appareil photo) a des représentations poétiques ou symboliques qui défient les lois de la nature. En effet, l'artiste pilote à son grés les paramètres de création pour copier le réel ou demande à l'ordinateur de s'affranchir des lois de la physique pour faire coexister la glace et le feux par exemple. Il n'y a plus de limite à la créativité ! Et c'est là que le photographe rencontre le poète et où le texte devient une évocation symbolique du non-dit, une exhumation des possibles, un décryptage subliminal. « Il propose, la photo dispose » Réaliser des images avec des logiciels, c'est créer du rêve avec des maths... quel bonheur ! que je vous propose de partager amis lecteur en devenant avec nous non pas le maître du monde, concept beaucoup trop banal mais le maître des mondes.

    Sur commande
empty