Editions Lyonnaises D'art Et D'histoire

  • La commune de Saint-Genis-l'Argentière a vécu, ces dernières années, une histoire assez exceptionnelle, le siècle passé (le Xxe siècle) fut fondamental. Il importait d'en restituer les images essentielles, afin de mieux comprendre le village d'aujourd'hui grâce aux clichés d'hier.

  • L'université Lumière Lyon 2 est née deux fois. À la suite des événements de mai 1968 qui ont diversement affecté les différentes disciplines de l'université de Lyon, une première université Lyon 2 (faisant le pendant de l'université scientifique et médicale Lyon 1) et regroupant le droit, les lettres et les sciences humaines est constituée en décembre 1969. En juillet 1973, deux nouvelles universités sont érigées - Lyon 2 et Lyon 3 - qui doivent se partager les locaux, les personnels enseignants et administratifs, techniques et de service, les enseignements et les diplômes délivrés. Le choix des enseignants fait de l'université Lyon 2 un établissement qui se consacre majoritairement aux lettres et aux sciences humaines et minoritairement au droit. Très vite, le nombre des étudiants d'origines sociales et géographiques variées s'y accrot de manière considérable (10614 étudiants en 1973-1974 ; 20514 en 1991-1992), ce qui ne laisse pas de poser nombre de problèmes résolus après de nombreuses crises et l'utilisation de palliatifs et de politiques divers. Au bout du compte, les personnels, les budgets, les locaux et les diplômes préparés croissent et se diversifient. L'histoire de Lyon 2 ne se résume cependant pas à cette croissance. L'université a été marquée par les hommes qui l'ont faite en rédigeant ses statuts et en la présidant. Ses statuts, par quatre fois imposés par la loi, mais élaborés démocratiquement, utilisent toujours des formules permettant à tous les tenants de l'université de participer à sa vie, ouvrant l'institution vers l'extérieur, la dotant de nouvelles missions tout en accentuant la centralisation. Ils révèlent sa culture qui dépasse l'orientation politique " de gauche " qu'on lui a souvent attribuée. C'est avant tout la volonté de débattre, d'enseigner autrement à tous les publics, de chercher ensemble, de partager des valeurs communes et la fierté d'appartenir à Lyon 2. Cette culture a cependant connu des limites, particulièrement lors des crises négationnistes, et s'érode aujourd'hui avec le départ des fondateurs et les nouvelles conditions de la vie étudiante et enseignante.

  • Une histoire de Lyon même en B.D. ne se raconte pas... de l'Antiquité au XIXe siècle, on y trouvera les grands moments qui ont fait la gloire de la métropole rhodanienne. De Munatius Plancus aux révoltes des Canuts, c'est une grande fresque imagée qui est offerte à tous les amateurs de B.D... de 7 à plus de 77 ans !

empty