Pu De Strasbourg

  • Contrairement à ce que laisseraient accroire certains discours médiatiques, les monothéismes sont tout sauf monolithiques. Chaque religion du Livre est amenée à réguler une étonnante pluralité interne : interprétations des textes, orthodoxies doctrinales, ritualités et expressions de foi, traditions spirituelles, organisations institutionnelles, tout est motif à foisonnement. Mais à cette pluralité interne s'adjoint une pluralité externe : à l'heure de la globalisation des échanges, tout monothéisme est provoqué en rencontrant l'altérité religieuse. Il se doit ainsi de reconnaître que la référence au Dieu Un se retrouve en-dehors de lui-même, et que là aussi elle s'avère plurielle, « buissonnante ».
    Fruit d'une féconde recherche interdisciplinaire, le présent ouvrage interroge la dialectique entre pluralisme interne et pluralisme externe. Comment les juifs se représentent-ils le fait que le judaïsme est pluriel, les chrétiens que le christianisme est pluriel, et les musulmans que l'islam est pluriel ? Et comment cette représentation interne informe-t-elle leur regard sur l'altérité monothéiste : comment les juifs d'une part, les chrétiens d'autre part, les musulmans enfin, se représentent-ils le fait qu'il y a plusieurs monothéismes ?
    Nul ne contestera la pertinence, ni même l'urgence pratique, d'une réflexion de fond et de recherches rigoureuses et détaillées sur ces thématiques. Le croisement des regards d'historiens, de sociologues et de théologiens, ne peut que contribuer à sortir le paysage religieux contemporain aussi bien de son opacité propre que des simplifications outrancières. La connaissance de l'autre et de soi-même est la condition d'une reconn­­aissance mutuelle.

    Sur commande
  • De l'avis unanime, la liberté de l'information est à la fois l'un des piliers et l'un des indices du régime démocratique. La censure d'État, les entraves au libre exercice du métier de journaliste, le mépris du droit du public à l'information, caractérisent les dictatures établies comme les tentations totalitaires que rencontre tout pouvoir. Et cependant, il semble aujourd'hui légitime d'interroger les affinités électives qui sont censées régner au sein du couple « médias / démocratie ». D'autres paramètres que l'intervention directe de l'État sur le contenu de la presse écrite et audiovisuelle, induisent un affaissement sensible de la qualité de l'information, et partant de la construction d'une opinion publique mature et responsable. Lois du marché ? Demande des consommateurs ? Formation des journalistes ? Logique interne aux médias eux-mêmes ? Il convenait d'examiner et de croiser ces différentes hypothèses, mais aussi de se demander si certaines alternatives pouvaient être imaginées.
    Le présent ouvrage est le fruit d'un séminaire interdisciplinaire, rassemblant chercheurs et acteurs sociaux, et organisé par le groupe « Éthique et Droits de l'homme » de l'Université de Strasbourg. Son ambition est de contribuer à penser la condition de l'homme dans le régime de modernité tardive, à partir de sa détermination relative par l'univers médiatique. Il ne s'agit pas de développer un réquisitoire stérile, mais d'analyser les logiques à l'oeuvre, et de discerner les embryons de voies innovantes, afin d'aiguiser et d'enrichir notre propre compréhension d'un phénomène massif, qui constitue à l'évidence l'une des tendances lourdes des mutations contemporaines de notre rapport à nous-mêmes, au monde et à autrui, c'est-à-dire de notre éthique sociale.

    Sur commande
empty