Frédéric Rognon

  • Le pèlerinage aux sources (1943), récit de la rencontre de Lanza del Vasto avec Gandhi en 1937, a fortement marqué plusieurs générations de lecteurs. " Gandhien d'Occident ", " apôtre de la non-violence ", on se souvient de ses engagements de protestation contre la torture en Algérie, contre la fabrication de la bombe atomique et des centrales nucléaires, en faveur des objecteurs de conscience, ou aux côtés des paysans du Larzac contre le projet d'extension du camp militaire. Mais on a trop souvent oublié le versant " positif " de sa vie : son oeuvre politique et économique, et surtout l'expérimentation d'une société alternative à travers les Communautés de l'Arche.

    Cette expérimentation concrète, depuis 1948 et jusqu'à aujourd'hui, d'un mode de vie simple, fondé sur l'agriculture, l'artisanat et l'accueil, constitue l'une des plus puissantes contributions à la mouvance de la décroissance. Montrer qu'il est possible de vivre ainsi, en frères et soeurs, en simplifiant son existence quotidienne, en révisant ses besoins pour les réduire à l'essentiel, en partageant les ressources, en travaillant de ses mains, en veillant à ne peser ni sur la planète ni sur autrui, en redécouvrant la vie spirituelle et le sens de la fête, et que cela n'est ni difficile ni pénible : tel est l'apport fondamental de Lanza del Vasto.
    Les limites de ses thèses et les aléas de l'expérimentation peuvent être analysés ; il n'en reste pas moins une féconde dialectique entre théorie et pratique, oeuvre écrite et vie concrète.

    Sur commande
  • Martin Luther King a fait le choix de la non-violence dans son combat pour l´égalité des droits. Il l´a payé de sa vie. Mais quelle était la source de son engagement ?
    Dans cette biographie qui va à l´essentiel, l´auteur remet en perspective deux aspects inséparables dans le cheminement de Martin Luther King : sa foi chrétienne et sa compréhension de la non-violence.
    Martin Luther King fut, de son vivant, l´homme à la fois le plus admiré et le plus haï des États-Unis, mais il sut remettre debout des femmes et des hommes assoiffés de justice et de paix.

    Sur commande
  • Inconnu de son vivant, Dietrich Bonhoeffer est devenu une icône pour nombre de chrétiens du monde entier : un modèle de foi incarnée et de cohérence entre les convictions et la vie, une sorte de saint martyr protestant, « le pasteur qui voulait tuer Hitler », un chrétien courageux qui a sauvé l'honneur de l'Église voire même de l'Allemagne, l'artisan d'un discours théologique enfin audible dans notre monde sécularisé Mais au-delà de ces stéréotypes, que savons-nous vraiment de l'homme et de sa pensée ? Ce petit ouvrage retrace sa vie, analyse ses écrits et montre la fécondité et l'actualité de sa pensée.

    Sur commande
  • Quand les nazis sont venus chercher les communistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas communiste.
    Quand ils ont enfermé les sociaux-démocrates, je n'ai rien dit, je n'étais pas social-démocrate.
    Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas syndicaliste.
    Quand ils sont venus me chercher, il ne restait plus personne pour protester.

    Martin Niemöller passa 8 ans en camp de concentration sur ordre de Hitler auquel il s'était opposé à partir de 1934. Ancien officier nationaliste de sous-marin allemand durant la Grande Guerre devenu pasteur par refus de tuer des innocents, il est au début attiré par les thèses du parti nazi mais réalise très vite la perversion du national-socialisme et organise, avec Dietrich Bonhöffer, la dissidence anti-régime et la résistance d'une partie de l'église allemande.
    Arrêté en 1937 et enfermé à Sachshausen puis Dachau, il sera libéré par les Américains en avril 1945

    Sur commande
  • Deuxième édition revue et augmentée.
    Comme tout groupe humain, l´Eglise est traversée par des conflits. Mieux vaut le reconnaître que de le nier, car ... attention au retour du refoulé ! Pour gérer ces tensions relationnelles , la bonne volonté ne suffit pas. Deux conditions sont requises : un savoir-faire technique et une espérance à toute épreuve. Or, bien souvent, l´une des deux conditions fait défaut. D´où les crises, les ruptures, les blessures et l´amertume qui minent la vie des Eglises locales.
    Pour mieux vivre ensemble en Eglise, et témoigner du Royaume qui vient, l´auteur propose ici d´ébaucher une éthique du conflit, nourrie à la fois d´une relecture de certains textes bibliques, et d´une prise en compte des acquis les plus récents des sciences humaines. Dans une seconde partie, il évoque plusieurs situations de conflit dans l'Eglise en proposant des solutions concrètes pour en sortir sans préjudice.
    Frédéric ROGNON est pasteur de l´Eglise réformée de France, et maître de conférences en philosophie, éthique et anthropologie de la religion à la Faculté de théologie protestante de Strasbourg (Université Marc Bloch). Il est à titre bénévole président de la Commission justice et aumônerie des prisons de la Fédération protestante de France.

    Sur commande
  • On commémore largement le centenaire de la Première Guerremondiale en 2014. Il importe d'offrir pour cette occasion une réflexion de fond sur les mutations des réalités militaires, et partant, des modalités de construction de la paix, depuis un siècle et tout particulièrement depuis la fin de la guerre froide. Tel est l'objet de cet ouvrage, issu d'un Séminaire et d'un Colloque qui ont rassemblé à Strasbourg plusieurs des principaux spécialistes de ces questions. Ce livre est l'occasion de croiser les regards et les disciplines : histoire, sciences politiques, études stratégiques, polémologie et irénologie, médiation internationale, droit, philosophie, théologie, éthique. Un véritable dialogue interdisciplinaire s'est ainsi instauré entre les vingt-quatre contributeurs, qui livrent ici le fruit de leurs recherches en cours, dans un domaine qui demeure encore en grande partie en friche.

    Sur commande
  • "Vivre la Fraternité" : telle était la thématique du rassemblement Protestants en fête, qui s'est déroulé à l'occasion du 500ème anniversaire de la Réformation. La "Nuit des thèses" en a été l'un des temps forts. Il s'agissait de donner l'occasion à quinze théologiens, de sensibilités diverses, d'exprimer en français courant leur propre approche de la Fraternité. Voici le fruit de cette belle aventure.

    Sur commande
  • Nos relations humaines sont soumises à de nombreux aléas : tensions, conflits, indifférence, ingratitudes, infidélités, reniements, trahisons, ruptures... Nous en faisons tous l'expérience. Par définition «toute relation est relative ». Dieu seul est « relation absolue » : il est amour, fidélité, pardon et plénitude. Si nous lui sommes infidèles, lui-même nous est toujours fidèle. Le Carême est un temps privilégié pour reconsidérer notre vie avec Dieu et avec nos frères et s urs, et pour nous souvenir de l' uvre réconciliatrice du Christ : il nous a réconciliés avec Dieu, afin que nous soyons ambassadeurs de réconciliation les uns envers les autres. L'auteur aborde six thèmes : déjà réconciliés ; « laisse là ton offrande... » ; le prix de la réconciliation : le combat intérieur ; réconciliés... pour mieux se séparer ; réconciliations personnelles et collectives ; se réconcilier sans bouc émissaire.

    Sur commande
  • De l'avis unanime, la liberté de l'information est à la fois l'un des piliers et l'un des indices du régime démocratique. La censure d'État, les entraves au libre exercice du métier de journaliste, le mépris du droit du public à l'information, caractérisent les dictatures établies comme les tentations totalitaires que rencontre tout pouvoir. Et cependant, il semble aujourd'hui légitime d'interroger les affinités électives qui sont censées régner au sein du couple « médias / démocratie ». D'autres paramètres que l'intervention directe de l'État sur le contenu de la presse écrite et audiovisuelle, induisent un affaissement sensible de la qualité de l'information, et partant de la construction d'une opinion publique mature et responsable. Lois du marché ? Demande des consommateurs ? Formation des journalistes ? Logique interne aux médias eux-mêmes ? Il convenait d'examiner et de croiser ces différentes hypothèses, mais aussi de se demander si certaines alternatives pouvaient être imaginées.
    Le présent ouvrage est le fruit d'un séminaire interdisciplinaire, rassemblant chercheurs et acteurs sociaux, et organisé par le groupe « Éthique et Droits de l'homme » de l'Université de Strasbourg. Son ambition est de contribuer à penser la condition de l'homme dans le régime de modernité tardive, à partir de sa détermination relative par l'univers médiatique. Il ne s'agit pas de développer un réquisitoire stérile, mais d'analyser les logiques à l'oeuvre, et de discerner les embryons de voies innovantes, afin d'aiguiser et d'enrichir notre propre compréhension d'un phénomène massif, qui constitue à l'évidence l'une des tendances lourdes des mutations contemporaines de notre rapport à nous-mêmes, au monde et à autrui, c'est-à-dire de notre éthique sociale.

    Sur commande
  • En 2012, on fête le centenaire de la naissance de Jacques Ellul (1912-1994).
    Comme souvent pour les figures qui anticipent de leur vivant des problématiques du futur, ce penseur visionnaire se fait mieux entendre aujourd'hui qu'au siècle dernier. Sur des domaines comme la technique, la propagande ou la croissance, Jacques Ellul a écrit des dizaines de livres que l'on réédite largement aujourd'hui tant ils permettent de donner au présent des clés de compréhension et aussi des moteurs pour l'action.
    En 2012, de nombreux hommes et femmes politiques, scientifiques, philosophes, journalistes, écologistes ou théologiens s'inscrivent ouvertement dans la filiation intellectuelle d'Ellul, ce que décrit cette anthologie alphabétique de soixante figures essentiellement françaises, mais également coréennes, suisses, américaines et anglaises.
    De José Bové à Jean-Claude Guillebaud en passant par Noël Mamère, Denis Tillinac, Olivier Abel, Dominique Bourg ou Jean Baubérot, ces soixante héritiers de Jacques Ellul se sont confiés à Frédéric Rognon pour expliquer leurs dettes, mais aussi leurs réserves à l'égard de Jacques Ellul.
    Leurs témoignages permettent d'entrer de façon percutante dans sa pensée qui éclaire les grands défis contemporains en matière d'écologie, de développement, de communication ou de religion.

    Sur commande
  • Contrairement à ce que laisseraient accroire certains discours médiatiques, les monothéismes sont tout sauf monolithiques. Chaque religion du Livre est amenée à réguler une étonnante pluralité interne : interprétations des textes, orthodoxies doctrinales, ritualités et expressions de foi, traditions spirituelles, organisations institutionnelles, tout est motif à foisonnement. Mais à cette pluralité interne s'adjoint une pluralité externe : à l'heure de la globalisation des échanges, tout monothéisme est provoqué en rencontrant l'altérité religieuse. Il se doit ainsi de reconnaître que la référence au Dieu Un se retrouve en-dehors de lui-même, et que là aussi elle s'avère plurielle, « buissonnante ».
    Fruit d'une féconde recherche interdisciplinaire, le présent ouvrage interroge la dialectique entre pluralisme interne et pluralisme externe. Comment les juifs se représentent-ils le fait que le judaïsme est pluriel, les chrétiens que le christianisme est pluriel, et les musulmans que l'islam est pluriel ? Et comment cette représentation interne informe-t-elle leur regard sur l'altérité monothéiste : comment les juifs d'une part, les chrétiens d'autre part, les musulmans enfin, se représentent-ils le fait qu'il y a plusieurs monothéismes ?
    Nul ne contestera la pertinence, ni même l'urgence pratique, d'une réflexion de fond et de recherches rigoureuses et détaillées sur ces thématiques. Le croisement des regards d'historiens, de sociologues et de théologiens, ne peut que contribuer à sortir le paysage religieux contemporain aussi bien de son opacité propre que des simplifications outrancières. La connaissance de l'autre et de soi-même est la condition d'une reconn­­aissance mutuelle.

    Sur commande
  • Cet ouvrage retrace l'évolution des grandes Églises historiques sur la question de l'écologie.
    C'est au cours des années 1960 que les premiers penseurs protestants identifient un lien possible entre croyances et crise environnementale. Une importante réflexion a été menée au sein du Conseil oecuménique des Églises. Elle a débouché sur un programme mis en place dès les années 1980, «Justice, paix et sauvegarde de la création», ainsi que plusieurs documents et prises de position théologiques. Malheureusement, ce travail est demeuré celui d'une élite. Il n'a jamais concerné les paroisses locales. Pourquoi cet échec? C'est une des premières questions à laquelle cet ouvrage répond.
    Ensuite, l'encyclique du pape François Laudato si' a mis l'Église catholique au centre de l'agenda du verdissement des Églises. Après avoir montré que déjà au XIXe siècle plusieurs scientifiques catholiques essayaient de concilier leur foi et leurs connaissances environnementales, nous verrons que c'est surtout à partir du sud du monde, avec notamment la théologie de la libération et par l'engagement de la Compagnie de Jésus, que cette prise de conscience a pu avoir lieu, tardivement, dans le catholicisme. Mais là encore, sans réel impact en ce qui concerne l'engagement local des paroisses en Europe.
    Si les discours théologiques des Églises intègrent de plus en plus la dimension environnementale, le temps des paroisses prophétiques ou exemplaires dans ce domaine en Europe semble encore bien loin.

  • Cet ouvrage est une pierre dans le débat actuel sur le sens de la peine dans notre société. Il aborde des questions fondamentales : comment faire respecter la loi et garantir la sécurité de tous, sans penser nécessairement que la prison soit la seule issue à la délinquance ? Comment faire pour éviter que la peine ne soit qu'une abstraction qui tienne plus compte de son inscription dans le Code pénal que de la souffrance des victimes et par extension de la société ?

    Sur commande

  • auteur d'une oeuvre considérable (cinquante-huit livres, plus d'un millier d'articles), jacques ellul (1912-1994) est cependant resté dans l'ombre toute sa vie.
    critique de la modernité technique à l'époque des trente glorieuses, réticent à l'égard des utopies séculières au temps du "tout est politique", en dialogue exigeant avec le marxisme lorsque celui-ci, véritable "idéologie dominante ", ne souffrait aucune mise en question, confessant sa foi chrétienne quand on ne parlait que de fin de la religion, il ne fit preuve d'aucune complaisance à l'endroit des modes intellectuelles et culturelles.
    on le redécouvre aujourd'hui, plus de dix années après sa mort, en se disant qu'il avait peut-être tout simplement eu raison trop tôt, avant tout le monde. sa critique de la société technicienne, en particulier, rencontre un écho grandissant dans les milieux écologistes et altermondialistes, mais aussi auprès de nombre de nos contemporains soucieux de l'avenir de la planète et des générations futures.
    intellectuel protestant du xxe siècle, jacques ellul se révèle être un penseur du xxie siècle : un homme de notre temps, qui nous aide à comprendre notre condition moderne, et plus particulièrement la mission des chrétiens pour aujourd'hui.

empty