Eva Debray

  • Si la philosophie de Spinoza nous parle, c'est par son aptitude à s'emparer, sans aucun égard pour la distance dans le temps, des objets et des problèmes de notre monde, sa puissance de défaire nos manières ordinaires de les penser, et de nous les faire voir autrement. Les contributions réunies dans cet ouvrage ont pour but d'éprouver à nouveau cette puissance et d'en montrer l'actualité. Elles se proposent de le faire à partir du double point de vue qui considère, d'une part, que le social est le milieu de la vie des hommes et, d'autre part, que, de ce milieu, les passions sont l'élément. Les individus n'ont d'existence que sociale, et cette nature sociale consiste en une certaine organisation du jeu des affects. Les passions du social s'en trouvent alors repérables à tous les niveaux : celui de la constitution de l'individualité, de l'opération des institutions, ou des processus de l'histoire.

    Ce recueil est donc par destination une contribution au dialogue de la philosophie (spinoziste) et des sciences sociales. Les secondes offrent les questions qu'elles ont construites à la première, qui leur rend sa manière singulière de les envisager voire de les reformuler. Et cette mise au travail de la pensée spinoziste poursuit par là même l'exploration de ce qu'elle peut.

  • L'oeoeuvre de G.H. Mead constitue une source majeure de la théorie sociale récente et contemporaine, de la psychologie sociale aux Théories critiques de J. Habermas et A. Honneth, en passant par l'interactionnisme symbolique initié par H. Blumer ou la sociologie pragmatiste héritière de l'école de Chicago. La réédition récente de son ouvrage le plus célèbre, L'esprit, le soi et la société, a permis à un public large de redécouvrir la richesse de ses analyses de l'expérience sociale, de la communication et de la coopération. Son traitement original, dans une perspective pragmatiste, des problèmes méthodologiques, sociologiques et politiques qui orientent l'élaboration de toute théorie sociale, est plus que jamais aujourd'hui au coeoeur de l'enquête des philosophies et des sciences sociales.
    Cet ouvrage collectif, qui réunit des spécialistes et des jeunes chercheurs en philosophie et en sociologie, propose d'examiner les sources de sa théorie, de discuter le sens de certains des concepts qui se trouvent aujourd'hui au coeur du débat interprétatif de son oeoeuvre, et enfin de mettre en lumière le potentiel critique et créateur des perspectives qu'elle ouvre pour la théorie sociale contemporaine.
    Il montre comment les concepts constitutifs de sa pensée - le soi, l'Autrui généralisé, l'interaction, le processus social - et son analyse des problèmes liés à la conscience de soi, à la reconnaissance et au contrôle social, se construisent, se distinguent et dialoguent ou peuvent être mis en dialogue avec les analyses de A. Smith, G. W. Hegel, W. James, J. Dewey, E. Goffman, H. Blumer, A. Schütz, H.
    Garfinkel, J. Habermas ou encore A. Honneth.
    Il offre des traductions inédites de textes de G.H. Mead qui permettent de saisir l'élaboration et la richesse de sa psychologie sociale. Il propose enfin des pistes en vue de réactualisations et de prolongements rigoureux de sa théorie sociale dans la perspective d'une analyse critique des sociétés contemporaines.
    A la fois introduction, mise en perspective et examen critique, ce livre s'adresse aux philosophes, sociologues et psychologues, étudiants ou chercheurs, intéressés par l'auteur et/ou la théorie sociale.
    Comblant une lacune éditoriale importante en langue française, il constituera un ouvrage de référence sur l'oeoeuvre de G.H. Mead.

    Sur commande
empty