Claude Marin

  • Né en 1581 près de Dax, Vincent connaît l'enfance simple d'une famille paysanne. Ordonné prêtre en 1600, capturé en 1605 par des pirates, il s'évade de Tunis, retrouve une paroisse et devient précepteur. Après avoir été aumônier général des galères, il "lance" avec Louise de Marillac, les Filles de la Charité en 1634.

    Entreprenant, inventif, intrépide, perrsuasif, reçu et écouté à la Cour de France, il initie par sa détermination et son amour des pauvres une action toujours actuelle cinq siècles plus tard.

    Préface inédite de Soeur Emmanuelle.

    La BD Monsieur Vincent a paru dans le journal Bayard en 1959, nouvelle mise en couleurs de Vittorio Leonardo, Marcinelle.

    Sur commande
  • Cet ouvrage offre une nouvelle édition d'une conférence du psychanalyste anglais Donald Winnicott, intitulée « Cure » qui fut prononcée en 1970 devant des soignants dans une église, et la fait suivre de plusieurs lectures, pensées comme des conversations entre l'auteur et des philosophes, anthropologues, sociologues et médecins. Ces lectures mettent en évidence la richesse de cette conférence et l'importance de cette réflexion sur l'articulation de la dépendance et de la fiabilité, que ce soit dans le cadre d'une relation médicale ou dans la perspective d'une anthropologie philosophique. Comment repenser la dépendance et la vulnérabilité ? Qu'est-ce qu'offrir un cadre professionnel à la confiance ? C'est la posture du soignant, sa capacité à se mettre à la place de l'autre sans se laisser envahir par sa souffrance, mais sans non plus la nier, qui est ici très finement analysée. Dans ce bref texte, Winnicott fait pivoter toute sa pensée autour de la question du soin.

    Sur commande
  • « Je m'appelle Paul. Un jour, j'ai eu un nouveau copain, un type génial, mais, des fois, il était tout bizarre, Martial. C'était à cause de Lili Pepsi, elle l'empêchait même d'aller à l'école. J'ai mis longtemps à comprendre qui c'était, Lili Pepsi. Maintenant, je sais, et je peux vous dire que c'est une vraie peste, un vrai poison, cette Lili Pepsi. »

    Sur commande
empty