Cécile Péchu

  • Bons squatters ou fauteurs de troubles ? L'image des squatters est contrastée, autant que le sont leurs actions, qu'il s'agisse d'occupations de locaux par des sans-logis ou sans-papiers, de centres sociaux autogérés, de " squarts " d'artistes ou de modes de vie alternatifs.
    Les mouvements sont multiformes, et leurs motivations nombreuses... L'intérêt de cet ouvrage est de retracer les étapes de l'invention du squat comme mode d'action collective, de la fin du XIXe siècle jusqu'à nos jours et dans différents pays. Il met en lumière deux grands types, le squat " classiste " qui revendique un droit au loge-ment, et le squat " contre-culturel " qui met en avant le droit à un espace pour vivre autrement.
    Dans tous les cas de figure, le squat a ceci de remarquable qu'il constitue ipso facto la réponse à la demande dont il est porteur.

    Sur commande
  • " La thèse que Cécile Péchu propose aujourd'hui au lecteur est exemplaire à plusieurs titres.
    Elle l'est d'abord par l'intérêt du sujet traité, les mobilisations destinées à obtenir des logements, au besoin illégalement, au profit de ceux qui en sont privés. Elle l'est par l'ampleur des domaines sollicités pour expliquer ces actions collectives, qu'il s'agisse de l'histoire sociale [...], de la sociologie de l'immigration africaine, de l'analyse du système des partis dans les années quatre-vingts et de bien d'autres.
    Exemplaire, cette thèse l'est encore par la richesse de sa bibliographie relative aux mouvements sociaux [...]. Cécile Péchu a l'aptitude remarquable de confronter constamment ses matériaux empiriques et les théories qui les éclairent. [...] On passe sans discontinuité des données de faits aux propositions théoriques construites pour s'y appliquer et la discussion s'engage aussitôt sur ce qu'il convient d'en retenir pour leur donner sens.
    Lorsqu'on saura enfin que le style est toujours clair, efficace, sans apprêts excessifs, on comprendra qu'un tel travail méritait d'être accessible à un public élargi. " Pierre Favre

    Sur commande
  • Mouvements des « sans », des parapluies, des places, mais aussi Mai 68, lutte contre le CPE, grèves contre la « Loi travaille », mobilisations féministes et homosexuelles, contre-sommets altermondialistes, blocages d'universités, gilets jaunes: les mouvements sociaux constituent une composante essentielle de la vie politique et sociale. Loin de relever de brutales poussées de révolte, l'action collective contestataire obéit à des logiques complexes et adopte des formes qui évoluent sans cesse, que la sociologie politique se donne pour tâche d'analyser.
    Devenu ouvrage de référence sur le sujet, ce dictionnaire répertorie l'ensemble des concepts clés pour analyser les mouvements sociaux, retrace leur origine et leur développement, précise les usages et les débats qu'ils suscitent en France comme à l'étranger. Dans cette deuxième édition entièrement actualisée et enrichie de 20 nouvelles notices, près de 100 notions sont ainsi expliquées, illustrées d'exemples (de « Nuit debout » aux divers Printemps). Chaque entrée s'achève sur les références bibliographiques fondamentales au concept.

  • Beaucoup de choses ont été écrites au sujet de l'Union Démocratique du Centre et de sa progression. Au-delà des commentaires et des analyses électorales, cet ouvrage innove en se penchant sur les militants de ce parti, provenant de deux sections cantonales aux histoires contrastées, Genève et Zurich.

    Plutôt que de dresser l'irréel portait d'un militant UDC au singulier, ce livre met au jour une diversité de profils militants. Le lecteur aura ainsi l'occasion d'opérer un voyage auprès de plusieurs catégories de militants, non uniquement des personnes appartenant aux catégories populaires; de découvrir les logiques et motifs multiples, parfois décalés par rapport à la ligne officielle du parti, qui conduisent à cet engagement politique.

    Cet ouvrage remet en cause les interprétations qui attribuent d'abord aux "perdants de la mondialisation", pris dans des logiques de frustration, la responsabilité du succès de ce parti. En s'appuyant principalement sur une étude par entretiens approfondis, cette analyse va au-delà d'une recherche de causalité simple. Elle restitue la complexité du phénomène, situé au croisement des caractéristiques sociales et idéologiques des personnes, forgées tout au long de leur vie, du contexte politique et de l'offre mobilisatrice du parti. Elle montre tout l'intérêt de mobiliser les méthodes qualitatives et l'étude intensive des engagements pour les saisir véritablement.

    Sur commande
  • Le «succès» politique de l'Union démocratique du centre (UDC) conduit le politologue à s'emparer scientifiquement d'un thème qui interpelle l'espace public suisse mais aussi les comm entateurs et les chercheurs au-delà des frontières : la progression de la droite dite populiste en Europe, à laquelle l'UDC est souvent associée. Ce livre entend participer à ce débat. Il s'inscrit dans une soci ologie des logiques plurielles (idéologiques, sociales et organisationnelles) qui caractérisent les partis politiques comme des phénomènes complexes. Il combine plusieurs angles d'attaque pour aborder une série de question s: Comment définir l'UDC, parti singulièrement controverséoe Quels sont les difficultés liées à son étudeoe Comment expliquer sa capacité à se situer à la fois en posture de gouvernemen t et d'oppositionoe Comment son action a-t-elle influencé et tiré parti des transformations du paysage politique suisseoe Que doit la progression de l'UDC aux changements affectant le champ médiatiqueoe Qui sont ses électeur s ? Comment s'exprime sa propagande politiqueoe Comment se décline la diversité de valeurs de ses militantsoe Parler sereinement de l'UDC, peser son action dans le champ politique, analyser les soutiens que sont ses électeurs et militants, tels sont finalement les objectifs de cet ouvrage.

    Sur commande
empty