Baruch Spinoza

  • L'Ethique parut en 1677, après la mort de Spinoza.
    Par sa perfection formelle de diamant taillé et par son monisme déterministe intransigeant, proche d'une " ivresse de Dieu " (Novalis) ou d'un " athéisme poli " (Henri Gouhier), l'oeuvre manifesta immédiatement son pouvoir de subversion. Elle ouvrit et rendit possibles le XVIIIe siècle et les Lumières. Aujourd'hui, sa fécondité reste entière. Une nouvelle traduction française, rigoureusement argumentée, et un nouveau regard prenant en compte l'ensemble de l'ouvrage révèlent l'Ethique comme une philosophie du désir accompli et de la joie extrême.
    Par son cheminement vers " l'homme libre " et vers " la félicité ", elle rend possible la naissance d'une philosophie contemporaine qui soit à la fois une sortie de crise et une éthique de la vraie vie. Une étude introductive approfondie et des commentaires largement développés éclairent la cohérence conceptuelle et le propos existentiel de l'oeuvre en même temps qu'ils justifient les choix du traducteur.

  • «Je compose actuellement un traité sur la façon dont j'envisage l'Ecriture et mes motifs pour l'entreprendre sont les suivants : 1° Les préjugés des théologiens ; je sais en effet que ce sont ces préjugés qui s'opposent surtout à ce que les hommes puissent appliquer leur esprit à la philosophie ; je juge donc utile de montrer à nu ces préjugés et d'en débarrasser les esprits réfléchis. 2° L'opinion qu'a de moi le vulgaire qui ne cesse de m'accuser d'athéisme ; je me vois obligé de la combattre autant que je pourrai. 3° La liberté de philosopher et de dire notre sentiment ; je désire l'établir par tous les moyens : l'autorité excessive et le zèle indiscret des prédicants tendent à la supprimer.» Lettre de Spinoza à Oldenburg, 1665.

  • L'Ethica more geometrico demonstrata fut publiée après la mort de Spinoza, en 1677. Bernard Pautrat en propose la plus rigoureuse des traductions avec un dossier présentant deux « vies » de Spinoza (datant de 1706 et 1735), qui le situe déjà entre anathème et immortalité, ainsi qu'un très bel inventaire des biens du philosophe à sa mort.
    Un livre clé de la modernité, à la fois classique et hétérodoxe, dans sa plus réfléchie et précise traduction française, avec le texte latin en regard, indispensable.

  • « Prince des philosophes », selon Deleuze, « moment crucial de la pensée moderne », selon Hegel, Baruch Spinoza (1632- 1677) est considéré comme le philosophe le plus dérangeant du XVIIe siècle. Héritier dissident de Descartes, il décida de suivre la raison jusqu'au bout et élabora ainsi une philosophie radicalement neuve, aux conséquences révolutionnaires.
    Ce volume permet d'accéder à l'intégralité de ses écrits dans les traductions originelles de Charles Appuhn, depuis Les Principes de la philosophie de Descartes jusqu'au chef-d'oeuvre qu'est l'Éthique, en passant par le Traité politique, le Traité théologico-politique, le Traité de la réforme de l'entendement, le Court Traité, les Pensées métaphysiques et la correspondance.
    Outre la rigueur métaphysique préfigurée par le Court Traité et accomplie dans l'Éthique, on voit ici se déployer une réflexion de grande envergure et aux directions multiples. Politique d'abord : Spinoza traite du droit naturel, du contrat social, de la nature des régimes et des États, comme de la place des affects dans l'élaboration d'un champ social. Théologique ensuite : il teste une nouvelle méthode littérale de lecture de la Bible, en attribuant à l'interprétation une portion congrue. Morale enfin : le philosophe interroge les thèmes de la liberté, du bien et du mal dans leur existence même.
    Autant de domaines où s'affirme la volonté de n'obéir qu'à la raison et d'en accepter les verdicts et les principes. Nul n'a mieux défini que Spinoza ce que signifie philosopher : « Ne pas rire, ne pas déplorer, ne pas haïr, mais comprendre. »

  • Oeuvres t.1

    Baruch Spinoza

    «Je résolus de chercher s'il existait quelque objet qui fût un bien véritable, capable de se communiquer, et par quoi l'âme, renonçant à tout autre, pût être affectée uniquement, un bien dont la découverte et la possession eussent pour fruit une éternité de joie continue et souveraine.» Traité de la réforme de l'entendement

  • Éthique

    Baruch Spinoza

    • Allia
    • 20 Février 2020

    «Les superstitieux, qui ont appris à tonner contre les vices bien plus qu'à enseigner les vertus, et qui s'étudient à conduire les hommes, non point par la raison, mais à les contenir par la crainte, de telle sorte qu'ils fuient le mal plutôt que d'aimer la vertu, les superstitieux ne visent qu'à une chose, à rendre les autres aussi misérables qu'eux-mêmes. Aussi n'est-il pas étonnant qu'ils soient presque toujours insupportables et odieux aux hommes.» Dieu en tant que nature et origine de l'âme, des passions et de la servitude humaine, force des passions, de la puissance de l'entendement, ou de la liberté de l'homme?: voici les grands thèmes dont traite l'oeuvre philosophique de Spinoza, dont l'Éthique, imprimée en 1677, est la clef de voûte.
    Dans ce texte fondateur de la philosophie moderne, Spinoza entend montrer ce que la raison peut sur les passions et énonce une certaine théorie de la volonté. Ce qu'il appelle servitude, c'est l'impuissance humaine à modérer et réprimer ses passions. Une volonté, quelle qu'elle soit, est une idée par laquelle l'âme affirme ou nie quelque chose, fait ou ne fait pas quelque action. Ce traité pratique de sagesse nous enseigne que le philosophe l'emportera toujours sur l'ignorant, car il possède la connaissance de l'âme. Le lecteur pourra le découvrir dans la traduction de Jules Prat. Jusqu'ici publiée seulement partiellement, cette version que l'on doit aux recherches de Bernard Pautrat est ici proposée dans son intégralité.

  • Peut-on concilier variété des désirs individuels et quête universelle du bonheur ? Y aurait-il un dénominateur commun aux désirs de chacun ? Peut-on imaginer des principes nous permettant de bien vivre ? Spinoza distingue d'emblée actions, portées par la raison, et passions, contraintes depuis l'extérieur. Parce qu'indépendantes de notre seule volonté, les passions sont généralement mauvaises. Le libre examen et l'intelligence confèrent au contraire à l'homme une puissance d'agir, garantie de son bien-être. Il faut donc oeuvrer à parfaire ses facultés d'entendement. D'un même allant, être de nature, l'homme ne peut faire fi des contingences extérieures, et encore moins d'autrui. Spinoza expose les fondements de la sociabilité humaine, vertu à laquelle accéder par l'exercice de la raison.

  • Oeuvre

    Baruch Spinoza

    «Je suis aise d'apprendre que les philosophes dans le cercle desquels vous vivez, restent fidèles à eux-mêmes en même temps qu'à leur pays. Il me faut attendre, pour connaître leurs travaux récents, le moment où, rassasiés de sang humain, les Etats en guerre s'accorderont quelque repos pour réparer leurs forces. Si ce personnage fameux qui riait de tout, vivait dans notre siècle, il mourrait de rire assurément. Pour moi, ces troubles ne m'incitent ni au rire ni aux pleurs ; plutôt développent-ils en moi le désir de philosopher et de mieux observer la nature humaine. Je ne crois pas qu'il me convienne en effet de tourner la nature en dérision, encore bien moins de me lamenter à son sujet, quand je considère que les hommes, comme les autres êtres, ne sont qu'une partie de la nature et que j'ignore comment chacune de ces parties s'accorde avec le tout, comment elle se rattache aux autres. Et c'est ce défaut seul de connaissance qui est cause que certaines choses, existant dans la nature et dont je n'ai qu'une perception incomplète et mutilée parce qu'elles s'accordent mal avec les désirs d'une âme philosophique, m'ont paru jadis vaines, sans ordre, absurdes. Maintenant je laisse chacun vivre selon sa complexion et je consens que ceux qui le veulent, meurent pour ce qu'ils croient être leur bien, pourvu qu'il me soit permis à moi de vivre pour la vérité.» Lettre de Spinoza à Oldenburg, 1665.

  • Collection « Classiques de la philosophie » dirigée par Jean-François Balaudé Spinoza Traité politique J'avertis le lecteur que j'ai démontré tous mes principes en m'appuyant sur la nécessité de la nature humaine prise en général, c'est-à-dire sur l'effort universel que font les hommes pour se conserver, lequel est inhérent à tous, sages ou ignorants ; et par conséquent, dans quelque condition que vous considériez les hommes, soit que la passion, soit que la raison les conduise, la conclusion sera la même...
    Spinoza.

    Entre Machiavel - auquel le Traité politique rend explicitement hommage - et Marx, Spinoza (1632-1677) prend place comme le philosophe qui fait entrer dans la réflexion politique la question même de la multitude, des masses. La puissance de la multitude c'est, en effet, cet «être infini» comme «affirmation absolue de l'existence d'une nature quelconque» (Ethique I, 8 sc. 1), que le Traité politique (1677) place, pour la première fois, au coeur de la question de la politique et de l'histoire. Il opère pour ce faire un déplacement radical, du domaine juridique et moral (dans lequel la question politique est habituellement posée en termes de contrat et de droit naturel, ainsi de Grotius et Hobbes) au domaine de l'ontologie : le «droit» s'y révèle être la nécessité d'une puissance d'affirmation et de résis-tance, ou encore l'effort naturel (et, avant tout, passionnel) de chaque être pour persévérer en son être.

    Traduction d'E. Saisset, revue par Laurent Bove.
    Introduction et notes par Laurent Bove.

  • Dans cet ouvrage rédigé en 1661 et autrefois connu sous le titre de Traité de la réforme de l'entendement, Spinoza part du constat que notre expérience du quotidien nous procure de grandes joies mais aussi des frustrations et déceptions. Chaque moment d'euphorie est phases descendantes.
    Poursuivant inlassablement le bonheur, nous n'atteignons jamais la sérénité ni une véritable satisfaction pérenne. Asservis par ce désir de bonheur via des joies fragiles ; les honneurs, la richesse, les loisirs, etc, les hommes ont perdu le sens même de la véritable félicité. Le penseur invite ici à envisager une "nouvelle manière d'être", encourage à voir et à percevoir par le biais de l'intelligence afin d'approcher la vérité et le savoir, car seules elles peuvent conduire au bonheur et à la joie.

    Indisponible
  • Le Traité théologico-politique, que Spinoza a publié anonymement en 1670, élabore les concepts et pose les principes qui nous permettent encore aujourd'hui de préserver à la fois la liberté des cultes et l'autonomie individuelle du jugement. Car la religion est compatible avec la libre pensée, pourvu que ceux qui ont des convictions acceptent de ne pas les imposer à ceux qui n'en ont pas.

    Le dossier - l'architecture de l'oeuvre - l'auteur et le contexte - chronologie - thèmes et problématiques de l'oeuvre - glossaire

    Sur commande
  • « On pourrait concevoir différentes espèces de démocraties. Je n'ai pas l'intention d'examiner ici successivement chacune d'entre elles. Je n'en analyserai qu'une seule : celle où tous les habitants, sans exception, pourvu qu'ils n'obéissent point à d'autres lois que celles de leur patrie, que, par ailleurs, ils soient indépendants et mènent une vie honorable, jouissent du droit de voter à l'assemblée suprême et de revêtir les charges publiques. Je dis expressément : pourvu qu'ils n'obéissent point à d'autres lois que celles de leur patrie, afin d'exclure les étrangers, présumés soumis à une autorité politique différente. J'ajoute : et soient par ailleurs indépendants, afin d'exclure tant les femmes et les esclaves (au pouvoir de leurs maris et de leurs maîtres) que les enfants et les pupilles (dans la mesure où ceux-ci subissent le pouvoir de leurs parents et de leurs tuteurs). Enfin, j'ai dit : pourvu qu'ils mènent une vie honorable, afin d'exclure sans recours ceux qui sont déshonorés par un crime ou une conduite honteuse quelconque. »

    Sur commande
  • " en résumé :
    1â° il est impossible de priver les individus de la liberté d'exprimer ce qu'ils pensent.

    2â° la reconnaissance de la liberté individuelle de juger ne menace ni le droit, ni le prestige d'arbitre, incarnés par la souveraine puissance. avec la réserve, toutefois, que nul n'abusera de cette liberté pour introduire dans la communauté une espèce quelconque de législation nouvelle, ou pour se livrer à quelques activité que ce soit, contraire aux lois traditionnelle.
    3â° la jouissance individuelle de la liberté du juger ne représente aucun danger pour la paix et n'entraîne aucun inconvénient, auquel il ne soit très facile de prévoir un remède.

    4â° elle ne menace, en aucun cas non plus, quelque ferveur sacrée que ce soit.
    5â° les lois instituées, concernant des problèmes spéculatifs, sont tout à fait inopérantes.
    6â° enfin, la jouissance individuelle de la liberté de juger (qui ne menace ni la paix, ni aucune ferveur véritable au sein de la communauté publique, ni le droit de la souveraine puissance) est en outre elle-même indispensable à la conservation de la paix, de la ferveur et du droit politique souverain.
    ".

  • la pensée des lumières lui doit l'essentiel : l'émancipation de la raison de toute espèce d'autorité extérieure.
    au regard de certaines questions qui nous taraudent, des défis que nos sociétés doivent relever, les pages qu'il consacre aux rapports de la religion et de l'etat sont d'une actualité brûlante et peuvent être l'occasion d'approfondir le sens et l'approche que nous avons de la liberté. "j'ai cru faire une bonne chose et de quelque utilité peut-être en montrant que la liberté de penser, non seulement peut se concilier avec le maintien de la paix et le salut de l'etat, mais même qu'on ne pourrait la détruire sans détruire du même coup et la paix de l'etat et la piété elle-même.
    "

  • Voici Spinoza tel qu'en lui-même : il plaisante, travaille, s'inquiète, s'enthousiasme, parfois même se fâche.
    Des amis proches ou des lecteurs lointains lui écrivent des questions, auxquelles il répond comme il peut. Ses réponses ne sont pas celles d'un maître dispensant son enseignement, mais celles d'un homme construisant sa pensée dans la pensée des autres, avec leurs mots. On ne trouvera donc pas ici le philosophe en gloire, mais le philosophe en difficulté, embarrassé à son bureau, mordant sa plume. Et c'est lorsqu'il est parfaitement pris au piège que Spinoza écrit ses pages les plus inspirées.
    Pour la première fois, sa correspondance est reconstituée à l'aide de tous les documents disponibles et dans l'ordre chronologique : on y trouvera notamment les indications expédiées en urgence par Spinoza au moment d'éditer son manuscrit des Principes. Le dossier de cette édition propose en outre quatre textes devenus introuvables: le brouillon envoyé à Oldenburg, les notes de Blyenbergh sur l'échange oral qu'il eut avec Spinoza, les lettres de Huygens à propos du " Juif de Voorburgh ", et la Profession de foi de son proche ami Jarig Jelles.

    Sur commande
  • Longtemps considéré comme un « brouillon » de « L'Ethique », le « Traité », véritable méthode, d'ailleurs sous-titrée « Traité de la meilleure voie qui mène à la vraie connaissance des choses », délivre un message philosophique original : l'Homme peut être sauvé. Par quelque intervention divine, par quelque grâce de la Providence? Nullement. Par ses propres moyens, par ses propres forces. Telle est, sans doute, la thèse la plus « hérétique » de la philosophie de Spinoza, aujourd'hui encore inacceptable.

  • Dans Folioplus philosophie, le texte philosophique, associé à une oeuvre d'art qui l'éclaire et le questionne, est suivi d'un dossier organisé en six points :
    Les mots du texte : Dieu, mal, liberté L'oeuvre dans l'histoire des idées La figure du philosophe Trois questions posées au texte : Dieu est-il cause de tout ? Qu'est-ce qu'une imperfection ? Tout est-il permis ?
    Groupement de textes : L'homme méchant Prolongements.

    Sur commande
  • Le traité de la réforme de l'entendement et le court traité représentent les premières rédactions de la pensée spinoza.
    Le philosophe y constitue sa problématique et son langage à la fois en utilisant les doctrines et les lexiques existants et en construisant les moyens effectifs de s'en libérer. à ce titre, l'intérêt de ces deux textes est triple : ils ont une thématique propre, fortement articulée et dont les architectures conceptuelles donnent un sens nouveau à la réflexion sur dieu, la connaissance, les affects et les relations entre les hommes ; ils permettent aussi de mieux reconstituer l'itinéraire qui conduit à l'éthique et aux deux traités consacrés à la vie politique ; enfin, ils donnent à lire les prises de position de spinoza dans les débats de la nouvelle philosophie de l'âge classique, notamment avec descartes et face à descartes - c'est toute l'insertion d'une nouvelle pensée dans le monde des sciences, des réflexions sur leur méthode, de l'analyse de la vie affective et sociale, des questionnements sur l'itinéraire de l'individu et sur son rapport avec le souverain bien.
    En un temps marqué violemment par la révolution scientifique, les crises politiques et les conflits d'aspirations religieuses multiples, on voit ici s'élaborer les deux premières étapes d'une interrogation sur la nature, la puissance et la raison. ce volume est le premier dans l'ordre, mais le troisième à paraître de l'édition des oeuvres complètes de spinoza, prenant un nouvel établissement du texte, une nouvelle traduction annotée et des instruments de travail - glossaires, index et appendices - qui rendent accessible l'état actuel de la recherche.

    Sur commande
  • Spinoza

    Baruch Spinoza

    Spinoza a la réputation dêtre un auteur difficile, dont les textes déroutent et découragent. Et les multiples controverses qui se sont élevées autour de sa philosophie nont rien arrangé. Pourtant, sa pensée rigoureuse sadresse à chacun, comme le montre ce nouveau volume de la collection « Bibliothèque » qui présente les textes les plus décisifs du philosophe sous une forme claire et synthétique.Viser la béatitude, considérer les hommes tels quils sont et non tels quon les voudrait, se placer sous la conduite de la raison, vivre libre telles sont les injonctions que sadresse Spinoza dans son ½uvre philosophique. Un programme ambitieux et exigeant, qui le mènera à élaborer une pensée habitée par Dieu, que certains qualifieront de religieuse, et dautres dathée Pas le moindre des paradoxes pour ce philosophe qui continue aujourdhui de diviser, alors même que tous lui reconnaissent une place centrale dans lhistoire de la philosophie et de la pensée.

    Frédéric Manzini vient de soutenir une thèse sur Spinoza, Lecteur dAristote (PUF, 2009) et a collaboré à Lectures de Spinoza (Ellipses).



  • Adnotationes ad Tractatum theologico-politicum . Ex autographo edidit ac praefatus est, addita notitia scriptorum philosophi, Christophorus Theophilus de Murr... http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k94364v

    Sur commande
  • Oeuvres de spinoza

    Baruch Spinoza

    Oeuvres de Spinoza / traduites et annotées par Ch. Appuhn,...
    Date de l'édition originale : 1907-1929 Ce livre est la reproduction fidèle d'une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d'une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d'un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l'opportunité d'accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
    Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

    En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d'une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
    Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d'un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d'un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • Dieu, l'homme et la béatitude : supplément aux oeuvres de Spinoza / traduit pour la première fois en français [sur la version allemande de C. Sigwart], et précédé d'une introduction par Paul Janet,...
    Date de l'édition originale : 1878 Collection : Bibliothèque de philosophie contemporaine Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
  • Lettres, inédites en français (2e édition) / B. de Spinoza ; traduites et annotées par J.-G. Prat...
    Date de l'édition originale : 1885 Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.
    HACHETTE LIVRE et la BNF proposent ainsi un catalogue de titres indisponibles, la BNF ayant numérisé ces oeuvres et HACHETTE LIVRE les imprimant à la demande.
    Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.
    Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique.
    Le sens de notre démarche éditoriale consiste ainsi à permettre l'accès à ces oeuvres sans pour autant que nous en cautionnions en aucune façon le contenu.

    Pour plus d'informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

    Sur commande
empty