Entreprise, économie & droit

  • Jamais entreprise collective n'a suscité autant de publications que les réflexions conduites autour de la genèse de l'État moderne depuis une quinzaine d'années. A partir de dix-huit articles exclusivement consacrés à ce thème pour la période du bas Moyen Âge, l'ouvrage qui s'ouvre par une large rétrospective en manière de bilan et se termine par l'évocation de vastes perspectives de recherche, s'interroge en quatre temps sur quatre facteurs déterminants dans la reconstruction de l'État depuis le début du XIIIe siècle jusqu'à l'aube du XVIe siècle. Convient-il, dans cette évolution d'accorder à la romanité retrouvée un rôle aussi déterminant qu'on a bien voulu le dire ? Dans quelle mesure le pouvoir royal restauré a-t-il constitué un instrument de premier ordre pour redonner vie au politique ? Quelle place revient, dans cette vaste entreprise de reconstruction d'un appareil d'État, à des structures politiques et administratives profondément repensées ? Enfin, et peut-être surtout, comment évaluer à sa juste mesure l'impact d'une fiscalité nouvelle dont on a voulu faire un des facteurs déterminants de la genèse de l'État moderne ? A travers elle, c'est tout le problème qui est posé de la puissance de l'argent au coeur de l'État médiéval.
    Albert Rigaudière, membre de l'Institut, est professeur à l'université Panthéon-Assas Paris II

    Sur commande

  • droit et institutions de la france médiévale et moderne sont ici présentés en quatre tableaux dynamiques pour en saisir les évolutions intimes et inséparables, en démonter les mécanismes subtils et toujours imbriqués, en comprendre les temps forts et en connaître les multiples artisans.
    l'ensemble s'inscrit dans la courbe constamment ascendante de reconstruction d'un etat mis à mal au lendemain de la chute de l'empire romain et fortement contesté à la fin de l'ancien régime, mais désormais assez, fort pour ne pas être à nouveau emporté dans le naufrage d'un système politique qui avait duré neuf siècles. tout au long de ces pages, le souci a été constant de démontrer que la lente redécouverte du legs politique et juridique romain dans m1 occident médiéval déstabilisé au lendemain des invasions, a largement servi la renaissance de l'etat.
    mais elles veulent aussi prouver qu'il serait faux d'en rester à cette image stéréotypée d'un modèle institutionnel imposé par la romanité, tant les traditions germaniques, la pratique ecclésiale, l'apport du droit féodal, l'action des princes et des rois, tout comme la force de persuasion de leurs conseillers et de leurs légistes, sans oublier le poids de l'opinion, ont admirablement contribué à façonner l'etat ro val.
    un etat constamment construit sur les droits et le droit, autour d'un maillage d'institutions aux facettes perpétuellement mouvantes et toujours plus finement ciselées par les orfèvres du politique. droit et institutions se croisent en permanence dans ce livre pour en faire tout autant une introduction historique au droit qu'une histoire des institutions, deux pôles intimement liés et pourtant dissociés dans les programmes.
    cette introduction historique à l'étude du droit et des institutions, destinée aux étudiants en droit de première année vise donc à couvrir, en un seul ouvrage, les programmes du premier et second semestre. elle s'adresse aussi à tous les jeunes historiens désireux d'acquérir une culture juridique et institutionnelle de base.

  • Cette Histoire du droit et des institutions de la France médiévale et moderne vise à décrire, en quatre temps, comment s'est lentement construit le système juridique et institutionnel français.
    Droit et institutions s'y croisent en permanence pour montrer que la lente découverte du legs politique et juridique romain dans un Occident médiéval déstabilisé au lendemain des invasions, a largement servi la renaissance de l'Etat. Mais il serait faux d'en rester à cette image stéréotypée d'un modèle institutionnel imposé par la romanité, tant les traditions germaniques, la pratique ecclésiale, l'apport du droit féodal, l'action des princes et des rois, tout comme la force de persuasion de leurs conseillers et de leurs légistes.
    Ont admirablement contribué à façonner l'Etat royal. Un État constamment construit sur les droits et le Droit, autour d'un maillage d'institutions aux facettes perpétuellement mouvantes et toujours plus finement ciselées par les orfèvres du politique.

empty