Calmann-levy

  • Décembre 1999. Marc, médecin humanitaire, apprend entre deux missions lointaines le décès de son père frappé par un arbre déraciné lors de la « tempête du siècle » qui vient de saccager les Landes.Il n'a pas l'intention de s'attarder après les funérailles mais une question se pose : que faire de la maison familiale et des quelques hectares de pins magnifiques que son père a laissés ? Tout incite Marc à s'en débarrasser : il se veut sans attaches ; la succession est grevée de lourdes dettes et ses oncles, sylviculteurs, lui en proposent un prix alléchant.Pourtant Marc hésite. La mémoire dont le lieu est empreint le retient. Surtout, il trouve en Solange, une cousine fragile et sauvage, exempte de l'insouciance de la jeunesse, une initiatrice troublante aux secrets de la pinède. Cette forêt blessée, née de la main des hommes mais accrochée à la terre de toute la force de sa sève.D'une tempête à l'autre, de 1999 à 2009, la quête de renaissance d'un French doctor, loin des mascarades de l'humanitaire et des pusillanimités de notre modernité. S'enracinant dans la réalité actuelle des Landes dont il est un observateur passionné, Alain Dubos signe ici, dans un style sensible et nerveux, son roman le plus personnel et le plus accompli.

    Sur commande
  • De nos jours, dans les Landes. Philippe Cassagne vient d'enterrer son fils unique. Veuf, tuteur de fait d'un petit-fils autiste, l'ancien médecin semble voué à une fin de vie plutôt triste entre sa demeure, ses nostalgies et les landes humides où il chassait autrefois : un univers d'eau et de vents désormais convoité tant par la ville en expansion que par les asphaltiers des contournements et bretelles diverses.
    Son avenir paraît d'autant plus gris qu'un accident cardiaque concentre sur lui des attentions pas toujours chrétiennes. Famille, édiles, industriels : sa maison, près de la forêt, est source de quelques convoitises. Les choses n'iront cependant pas comme on pouvait le supposer. C'est un lutteur philosophe et lucide qui sortira, solide dans sa tête et sur ses jambes, de quelques signalées épreuves.

  • 1899. Marthe, infirmière parisienne, épouse un fermier sud-africain rencontré en France, Piet Marais, qui la ramène chez lui au moment où la guerre commence entre les Boers (« fermiers » en néerlandais), les premiers colons de langue néerlandaise, et les nouveaux maîtres britanniques qui cherchent à mettre la main sur les mines d'or et de diamants du pays. Arrivée au Transvaal dans la ferme de Bonne-Espérance, Marthe est rapidement entraînée dans la tourmente par Piet qui participe activement aux combats et la met à contribution pour soigner les blessés. D'abord contenus, les Anglais percent le front et gagnent du terrain, brûlant les fermes, confisquant le bétail, déportant la population dans des camps de concentration. La situation du couple est bientôt désespérée. Marthe n'échappe à une embuscade anglaise en pleine brousse que pour être capturée par les Zoulous qui veulent se servir d'elle comme monnaie d'échange. Quant à Piet, chargé de transférer en lieu sûr des réserves d'or du Transvaal, il tombe dans les filets d'Howard, un agent britannique qui le surveille sans relâche depuis son séjour en France.

    Sur commande
  • La corne de Dieu

    Alain Dubos

    1953, en Chalosse, dans les Landes. À dix-neuf ans, Michel Lacaze, fils de métayers installés sur les terres de la famille de Salians, consacre le plus clair de son temps au jeu dangereux de la course landaise dont il est une étoile montante. Tout son petit monde rural bien ordonné vacille quand il se laisse séduire par une Bordelaise invitée pour les vacances par les Salians. Son frère aîné, sorti infirme de Buchenwald, prend cette liaison peu convenable avec philosophie, mais ses relations s´enveniment avec son autre frère, sous-officier en Indochine, qui le jalouse. L´affrontement devient inévitable quand, par représailles, l´aîné des Salians qui courtisait la vacancière annonce son intention de mettre un terme au contrat de métayage des Lacaze...
    />

empty