Agnès Reynaud

  • Chaque année depuis des siècles, lorsque l'été s'annonce et que l'air se fait plus lourd, les bergers conduisent les brebis sur les hauts pâturages, là où l'herbe est riche et abondante. C'est la transhumance : pendant trois mois, hommes et bêtes vivront ensemble, au même rythme. De retour à la ferme, les brebis donneront naissance à leurs petits et un nouveau cycle pourra commencer. C'est à un lent et beau voyage dans les Cévennes que les auteurs nous convient ici : pendant cinq jours et cinq nuits, ils ont vécu au milieu des troupeaux, marchant le jour, mangeant le temps de courtes pauses, dormant à la belle étoile, escortés de près d'un millier de brebis. Ils ont emprunté les chemins de traverse, tracés au fil des siècles par les troupeaux transhumants, qui ne suivent pas les vallées mais coupent à travers les montagnes, montant et descendant sans arrêt, passant les cols et longeant les lignes de crêtes. De forêts de hêtres en landes de genêts, de catisses en châtaigneraies, la finesse et le réalisme des aquarelles nous plongent au coeur de paysages somptueux, le temps d'une aventure dépaysante, bien loin de notre réalité quotidienne.

  • Témoignage troublant ! « Toute ma vie se résumait dans ces deux valises noires, mais celle que je portais en moi était bien plus chargée. Elle renfermait toute ma honte, ma culpabilité, ma colère, ma haine, ma souffrance, ma peine et tout mon désespoir. Vingt et un ans de consommation, d'errance, d'échecs, d'une immense perte de temps, vingt et un ans d'irresponsabilité, de mensonge et de manipulation. [.] J'avais de graves problèmes de santé. Je m'étais malmenée durant toutes ces années. Ma maigreur me rendait presque invisible et ma démence envahissait le peu d'espace que j'occupais. Je n'avais jamais eu autant de tics. Mes yeux étaient grands ouverts en permanence, même si je n'avais pas eu ma dose, et mon regard halluciné donnait froid dans le dos. »

    Sur commande
empty