Parascolaire

  • Le succès rencontré par la « nouvelle formule » du livret du candidat de l'Éducation musicale nous engage à poursuivre dans cette voie : celle de la couleur, des tableaux, des flash-codes, mais aussi de l'adéquation des questionnements aux problématiques imposées par l'Éducation nationale.

    Alors que les sujets du bac se modifient lentement vers une interrogation d'ordre esthétique et philosophique plus qu'une véritable étude des oeuvres et une connaissance des périodes et écoles, cela peut paraître paradoxal. D'autant plus que le ministère a définitivement opté pour une étude comparative, aussi bien en option facultative qu'en enseignement de spécialité. C'est pourtant bien à cette comparaison que nous préparons les candidats, sans jamais cependant perdre de vue le fait que cette comparaison doit être étayée par une connaissance solide des oeuvres au programme, mais aussi des principes d'écriture musicale.

    C'est pourquoi nous tenons depuis plusieurs années à combler d'éventuelles lacunes des candidats sur le plan théorique. On présente à tort la théorie musicale comme une matière rébarbative, alors qu'elle n'est que l'apprentissage d'un outil indispensable à qui veut vraiment pénétrer les arcanes des oeuvres. Aussi avons-nous choisi de placer en fin de volume une petite "mise à niveau solfégique", pour ceux qui en ont besoin. Les oeuvres de Debussy et Ravel imposées cette année sont difficiles pour qui souhaite aller à fond dans leur étude. Et nous espérons que ces petits "mémentos" aideront les plus démunis.

    Comme nous le redirons plus loin, les analyses sont conçues pour les plus exigeants d'entre eux. Nous avons fait en sorte que ceux qui souhaitent se limiter à l'essentiel puissent le faire.

    Cependant les candidats à l'option facultative comme à l'option de spécialité auront intérêt à lire l'ensemble des analyses, en plus des annexes.

  • Le succès rencontré par la « nouvelle formule » du livret du candidat de l'Éducation musicale nous engage à poursuivre dans cette voie : celle de la couleur, des tableaux, des flash-codes, mais aussi de l'adéquation des questionnements aux problématiques imposées par l'Éducation nationale. Alors que les sujets du bac se modifient lentement vers une interrogation d'ordre esthétique et philosophique plus qu'une véritable étude des oeuvres et une connaissance des périodes et écoles, cela peut paraître paradoxal. D'autant plus que le ministère a définitivement opté pour une étude comparative, aussi bien en option facultative qu'en enseignement de spécialité. C'est pourtant bien à cette comparaison que nous préparons les candidats, sans jamais cependant perdre de vue le fait que cette comparaison doit être étayée par une connaissance solide des oeuvres au programme, mais aussi des principes d'écriture musicale.

  • Avant-propos
    Quel sera le contenu exact de l'enseignement de la musique au lycée à partir de 2019 ? Nous l'ignorons encore. Il faudra pourtant qu'il soit réformé ; car il semble bien que l'esprit et le contenu des épreuves se sclérosent d'année en année ! Témoins le manque de renouvellement de certains sujets (quatre ans pour le jazz oriental, trois pour l'affaire Tailleferre), et l'indigence du programme limitatif pour la session 2019 qui perd encore en quantité et en intérêt : deux nouveaux morceaux seulement, et tous deux associés au même mouvement - par essence lui-même limité : le minimalisme !
    Charge aux professeurs de verdir cette siccité en l'irriguant de leur savoir et de leur passion ! Nous chercherons ici à les aider, et également à fournir à ceux qui n'ont pas d'enseignement musical dans leur établissement, les outils indispensables au bon déroulement de leur apprentissage. Ils trouveront des réponses à leurs interrogations théoriques, des pistes pour leurs recherches personnelles, et des précisions quant au déroulement des épreuves. Puisse ce petit livret les initier à la musicologie, et leur donner envie de poursuivre dans cette voie !
    P. Morant

empty