Éditions Hurtubise

  • L'Allemagne n'a pas encore rendu les armes, et voilà qu'une autre menace plane à l'horizon, celle-là plus menaçante encore que la guerre, car elle ne connaît ni frontières ni océans. Venue d'Asie, cette grippe sévère que la tradition appellera «espagnole» touche bientôt l'Europe de l'Ouest, les États-Unis et le Canada. Des millions de personnes, le plus souvent jeunes, sont atteintes. À travers le monde, la maladie fait en quelques mois deux fois plus de victimes que la Grande Guerre.À Québec, les autorités municipales sont particulièrement lentes à réagir pour limiter la contagion. Cela suffira-t-il à préserver les membres des deux familles Picard? Thalie, qui a entrepris ses études de médecine à McGill, revient à Québec pour aider à soigner les malades de la grippe. Cette dure épreuve confirmera-t-elle sa vocation? Toujours aussi frivole, Édouard se désole de la disparition de Clémentine. Cherchera-t-il à la retrouver ou se contentera-t-il de la remplacer par une autre maîtresse? Qui sait, un événement dramatique en fera-t-il peut-être un homme?Sans nouvelles de Mathieu depuis des mois, Marie et Françoise désespèrent de le voir revenir du grand carnage. Est-il encore vivant et, si oui, dans quelle condition? Quant à Élisabeth, elle demeure l'incarnation de la parfaite épouse. Mais sa vie sera bouleversée par la révélation d'un grand mystère, qui nous renvoie au tout début de cette saga...

  • Le roman s'ouvre sur le naufrage de l'Empress of Ireland, le 29 mai 1914, dont Alfred Picard est l'une des nombreuses victimes. Avec l'aide de ses enfants, Marie assumera l'avenir du commerce. Maintenant adolescente, Thalie désire devenir médecin, un rêve presque impossible pour une Canadienne française de l'époque. Mathieu, de son côté, poursuit ses études dans le but d'être avocat.L'autre famille Picard, celle de Thomas, continue de vivre avec les conséquences des événements survenus en 1908. Les funérailles d'Alfred fournissent l'occasion à Fernand Dupire de renouer avec Eugénie. Son jeune frère Édouard, enfin libéré des études classiques, a entrepris son apprentissage de futur commerçant au détail et courtise une jeune beauté du Faubourg Saint-Roch.Le calme relatif de ces existences se trouve bouleversé par le déclenchement de la Première Guerre mondiale, pendant l'été 1914. Durant des mois, la vie ne semble guère différente, excepté les emplois devenus plus nombreux. Mais l'enlisement du conflit rend bientôt probables des mesures de conscription. Les nationalistes de langue française s'opposent de façon véhémente à cette éventualité, alors que les Canadiens de langue anglaise exigent qu'ils partagent avec eux le «prix du sang». Mathieu et Édouard sont en âge de grossir les rangs de l'armée. Le premier verra de près la boucherie; le second tentera d'y échapper, préférant les plaisirs de la vie bourgeoise et de la chair aux horreurs de la guerre.À la fin du mois de mars 1918, alors que la tension est à son comble, les militaires tirent sur la foule. Le sang coule dans les rues de la Basse-Ville. Le prix du sang, les Canadiens ne le paieront pas qu'en Europe.

  • Premier tome d'une nouvelle saga romanesque, Faubourg Saint-Roch se déroule dans le quartier du même nom, dans la ville de Québec, à la fin du XIXe siècle. Jean-Pierre Charland met en scène de manière saisissante la vie quotidienne d'une époque marquée par la rigidité morale du clergé et la disparité des niveaux de vie entre bourgeois et petites gens.En 1896, une couventine est recrutée pour servir de gouvernante aux deux enfants de Thomas Picard, commerçant en vue de Québec, qui est rapidement séduit par cette jeune personne. Malgré sa maladie, la femme de Picard multiplie les subterfuges et traquenards pour éloigner de son toit celle qu'elle juge, à juste titre, la nouvelle flamme de son mari. À force de messes basses, elle convainc sa fille Eugénie d'aller en pension chez les ursulines, et Picard ne voit pas comment il pourra justifier encore très longtemps la présence de la gouvernante sous son toit...Avec sa parfaite maîtrise de l'histoire et son talent à créer des personnages attachants, Charland nous offre une oeuvre prenante, un roman de moeurs bruissant de secrets de famille, dont on tourne les pages avec frénésie.

  • Dans le Québec de la Belle Époque, en 1907, la population fait l'expérience d'une prospérité nouvelle et l'avenir paraît radieux malgré l'effondrement du pont de Québec. Toutes les attentions se portent sur les grandes fêtes prévues pour le tricentenaire de 1908, un événement en compétition avec l'Église, qui de son côté entend célébrer avec faste le bicentenaire de la mort de Monseigneur de Laval.Les deux familles Picard poursuivent leur quête de bonheur. Alfred s'exerce au délicat métier de père tandis que sa femme Marie souffre d'avoir un époux qui préfère des bras masculins aux siens. Quant à Thomas, les félicités de ses secondes épousailles résistent à l'usure du temps. Élisabeth assume ses rôles d'épouse et de belle-mère à la perfection. Édouard, lui, montre de belles dispositions à reprendre plus tard la gouverne du magasin Picard. Tout serait parfait si sa soeur Eugénie cessait de faire une vie impossible à ses parents... tout particulièrement sa belle-mère, qu'elle tient toujours pour responsable de la mort de sa mère.

  • Montréal, 1884: la plus grande ville du Canada. À peine descendue du train, Félicité mesure tous les dangers de la métropole. Heureusement, un bon ange veille sur elle, incarné en Phébée, une jolie blonde. Avec elle, l'institutrice déchue fait la connaissance d'une faune humaine bigarrée, de lieux plus ou moins licites et de plaisirs jusque-là inconnus. Tirée de l'isolement subi dans une école reculée, Félicité commence une nouvelle existence. Elle découvre d'abord une maison où des locataires vivent dans la promiscuité et puis une manufacture où des centaines de femmes tentent péniblement de s'arracher à la misère. Mais Montréal, c'est aussi les parcs et surtout le carnaval, où les garçons abordent les jeunes filles et où la morale se relâche un peu. Or, là encore, des hommes en soutane veillent, assistés des plus curieux auxiliaires, prêts à fustiger le péché où qu'il se trouve. D'autres fardeaux se font omniprésents: la pauvreté et l'effroyable saleté de la ville pèsent sur chacun. Dans l'univers de Félicité, la vie demeure d'une infinie fragilité.

  • Saint-Malo, 1588. La France s'enlise dans une nouvelle guerre de Religion qui pousse des milliers de miséreux sur les routes de France ou de l'exil. L'intolérance religieuse sévit et tue. La noblesse se déchire.

    Ville d'ouverture, Saint-Malo doit désormais fermer ses portes et protéger ses privilèges. Ses marchands rivalisent pour s'accaparer les richesses d'outre-mer. Parmi ceux-ci, les plus cupides lancent à la hâte une expédition, composée en bonne partie de prisonniers, pour implanter un premier établissement commercial à Tadoussac, « en Canada », comme on dit alors.

    Au retour de cette catastrophique aventure, Dreux, le seul forçat ayant survécu, est emprisonné de nouveau. Pourquoi ? Jehanne, une novice, Guillaume de Saint-Hippolyte, un chanoine, et Cédric, le geôlier, se mobiliseront pour lui. Cette lutte pour la libération du prisonnier deviendra la quête de leur propre liberté, de leur identité. Dreux relatera le récit bouleversant de cette misérable expédition au Nouveau Monde, et les tragédies d'un rigoureux hiver qui est venu en décimer les rangs.

    Vers la Nouvelle-France est une oeuvre portée par un souffle inspiré, à l'intrigue palpitante, dont on tourne les pages comme celles d'un thriller. Une réussite exceptionnelle qui nous fait pénétrer corps et âme dans deux univers fascinants : la France tourmentée de la fin du 16e siècle et la Nouvelle-France à ses balbutiements.

  • Comme dit le proverbe, « Ce que femme veut, Dieu le veut! » Et la belle Hélène poursuivra ses rêves d'amour. Avec Ludovic, le pelletier de son coeur, elle soutiendra Champlain. Ensemble, ils feront naître Québec et la colonie souhaitée par le cardinal de Richelieu. Pourtant, entre une France déchirée par les guerres et les famines et une Amérique si difficile à apprivoiser, rien ne sera facile. Courageusement, Hélène se battra, même contre les démons qui l'habitent, car, pour elle, toutes les aventures ne sont-elles pas désirables?

  • «Le regard perdu dans le lointain, il fixait sur sa droite, comme envoûté, le spectacle formé par le soleil maintenant couché qui avait créé une ligne violacée au-dessus de l'horizon. Les Laurentides ressemblaient à un immense dinosaure nonchalamment endormi. Il désira du plus profond de lui-même que le meilleur puisse arriver à ce jeune couple charmant, mais novice dans les choses de la vie. Était-ce l'effet du soleilcouchant? Était-ce le fait de ressasser tous ces souvenirs? Ou les étincelles de bonheur qu'il avait décelées dans les yeux des nouveaux mariés? Wilbrod Roquemont pleurait.» 1936, Saint-Raymond, comté de Portneuf. Le jour même de son mariage avec Anna Robitaille, la perle rare du canton, Majella Roquemont, jeune homme volontaire et courageux, se voit proposer une offre qu'il ne peut refuser. C'est ainsi que s'amorce l'épopée de Majella qui, pour assurer la survie des siens, ne recule devant aucun défi, aucun métier: arpenteur, bûcheron, draveur, guide, contremaître, entrepreneur forestier, commerçant. La vie est rude, les embûches, nombreuses. Le couple jure que sa progéniture ne connaîtra pas les mêmes misères et se promet bien de la pousser vers les études. Que deviendront les petits Roquemont, Charles, Véronique et Paul?

  • 1. L'âme soeur
    Mars 1967: un puissant vent de changement souffle sur la province... Si la révolution est néanmoins tranquille, l'existence de Maurice Berger, professeur de collège à Saint-Hyacinthe, est secouée de véritables bouleversements. Sa fille Marie-Andrée, la prunelle de ses yeux, qu'il élève seul depuis la mort de son épouse quatre ans auparavant, noue une relation sentimentale avec le jeune Jeannot, apprend à conduire et prendra bientôt son envol pour aller étudier à Montréal...

    2. Une ingénue à l'Expo
    Été 1967: des milliers de gens, venus de tous les coins du monde, se précipitent à Montréal pour admirer les pavillons de Terre des Hommes. Alors que Marie-Andrée, vêtue de l'uniforme du St-Hubert Barbecue, reçoit les touristes de l'Expo pour leur servir de quoi manger pendant la journée, sa cousine Nicole, déguisée en bunny de Playboy, les fait boire en soirée. Maurice, quant à lui, met à profit son congé d'été en solitaire pour multiplier les aventures.

    3. L'impatience
    Septembre 1967 voit Marie-Andrée commencer sa formation d'institutrice. Si elle se moule assez bien à la vie à l'école normale, Clément, son amoureux, lui procure de fortes émotions, assorties d'un lot d'inquiétudes et de difficultés. Quant à son père, ses débuts comme professeur de cégep lui réservent d'heureuses rencontres.

  • 1920. La Grande Guerre et la grippe espagnole sont maintenant de mauvais souvenirs, la vie reprend son cours. Au sein de la famille de Marie Picard, les enfants suivent leur destin. Thalie réside à Montréal, engagée plus que jamais dans ses études de médecine. De son côté, Mathieu découvre les aspects déplaisants de la pratique du droit. Son emploi au bureau du procureur général le conduit à jouer un rôle de premier plan dans une des affaires criminelles les plus tragiques du Québec: celle d'Aurore Gagnon, l'enfant martyre. Lorsque Mathieu visite Sainte-Philomène-de-Fortierville pour la première fois, la petite victime a déjà rendu son dernier souffle. Il fait alors la connaissance de sa soeur aînée, Marie-Jeanne, qui a été témoin de tous les mauvais traitements. Sa déposition sera déterminante lors du procès. Mais pourra-t-elle accabler ses parents, passibles de la peine de mort s'ils sont reconnus coupables? Le jeune homme réussira à tisser avec la fillette une relation de confiance. En recueillant ses confidences et en l'accompagnant tout au long du procès, Mathieu, qui occupe la place centrale de ce roman, apprendra à se réconcilier avec son propre passé tumultueux et l'horreur dont l'humanité sait faire preuve.

  • 1925. Un vent de modernité souffle des États-Unis, alimenté par la presse à grand tirage, la musique populaire et le cinéma. Une façon de vivre plus libre naît, davantage orientée vers le plaisir. Mais l'Église catholique entend protéger les âmes en multipliant les interdits. Dans ce contexte, Thalie, devenue médecin, doit maintenant se battre contre les conventions sociales pour exercer librement son métier et gagner la confiance d'une clientèle inquiète. Le face à face avec la misère humaine ajoute à ses difficultés. Heureusement son frère Mathieu, jeune professionnel désormais père, peut lui offrir sa sympathie. Thalie et son oncle, Émile Buteau, curé de la paroisse Saint-Roch, s'opposent dans une guerre de principes autour du jeune Raymond Lavallée, candidat à la sainteté âgé de seize ans. Si l'ecclésiastique encourage l'adolescent dans sa crainte morbide du péché et sa quête de mortification, la jeune femme entend le ramener à des habitudes de vie plus saines. Jusqu'où ira cette confrontation?

  • 1928-1929. Le Québec connaît une prospérité sans précédent. On la croit sans fin, et pourtant... Les héritiers Picard vivent de nombreux bouleversements. Édouard constate qu'une épouse ne peut subir tous les affronts et il doit faire l'apprentissage de la vie en solitaire. Thalie, qui a pu asseoir sa carrière, est charmée par un homme aux occupations équivoques rencontré dans des circonstances spectaculaires. Mathieu réussit à donner une impulsion nouvelle à ses affaires, mais se trouve du coup dans une position vulnérable. Eugénie fait, quant à elle, face au plus grand chaos. La maladie la ronge et elle doit se rendre à l'évidence: le bilan de sa vie ne peut lui apporter la sérénité. Pour ajouter à son désarroi, un enfant né hors des liens du mariage refait surface. Au tournant de la vingtaine, ce jeune homme se montre déterminé à connaître ses origines et entend déployer toutes les ruses pour parvenir à ses fins. Le temps étant compté, des retrouvailles entre la mère et le fils sont-elles possibles?

  • La vie d'un gardien de phare et des siens, sur l'Île d'Anticosti, au tournant du XXe siècle.

  • Québec, 1962. Aglaé approche de l'âge adulte. Deux scénarios s'offrent à elle : terminer son cours classique pour faire plaisir à sa mère ou travailler à la radio - un rêve qu'elle caresse depuis qu'elle est enfant. En même temps, elle réalise que ses ambitions professionnelles ne plaisent pas à tous les hommes. Heureusement, certains ne s'effraient pas de son désir d'autonomie! De son côté, Édouard a vent des projets d'Aglaé et tente de l'aider. Mais Thalie veille sur sa fille et ne voit pas d'un bon oeil cette présence envahissante.

    Aussi, Édouard doit faire le deuil d'Élisabeth, qu'il a toujours considérée comme sa mère. Béatrice sera une oreille attentive; au passage, elle en apprendra un peu plus sur Eugénie, cette mère qui ne l'a jamais aimée. Et Thalie, après une vie d'efforts, aspire à la retraite pour mieux profiter des années qui lui restent avec son mari.

    Dans le dernier volet de cette trilogie, la Révolution tranquille marque le début d'une ère de liberté et d'optimisme au Québec. Les Picard seront au premier plan de ce changement de mentalité.

  • Kingston, Haut-Canada, années 1830. Le paysan William Bates fait scandale, tant par son comportement volage avec Nakeena, une Indienne mississauga, que pour son penchant pour la bouteille. Un avocat véreux convoitant sa terre et un pasteur anglican désirant son épouse forment une alliance machiavélique contre lui. Bates entend se défendre. Arrivera-t-il à échapper à leurs manigances ? Un retentissant procès viendra alors bouleverser la population de Kingston.

    Au même moment, les Mississaugas sont de plus en plus refoulés par les Blancs et songent à partir. La jeune Nakeena, amoureuse de William, réussira-t-elle à composer avec les passions de son coeur ?

    Un roman bouleversant qui évoque une affaire judiciaire célèbre de l'époque. Un habile dosage de fiction et de faits historiques.

  • Dans la région du Saguenay, dans une ferme du rang Saint-Louis à l'Anse-aux-Foins, la jeune Alice-Lauretta Gagnon se rebelle contre le sort réservé aux filles aînées : servante de la famille, non merci! Elle déteste ce prénom de Lauretta, tout comme la ferme et l'étable qui empestent la vache. En ce début de 20e siècle, hors de question de passer sa vie dans une paroisse reculée. Elle ira à l'école, elle étudiera le plus longtemps possible. Elle sera Alice, fille de la ville, libre et indépendante.

    La ville, celle de ses rêves, s'appelle Chicoutimi, la « reine du royaume » du Saguenay. Une ville moderne et électrifiée, avec son usine de pulpe de bois réputée jusque dans les vieux pays, sa rue Racine, ses magasins, sa belle cathédrale. Alice est prête à abandonner ceux qui l'aiment à l'Anse-aux-Foins et à tenir tête à son père et au monde entier s'il le faut. Prête même, à refuser sa main à ses prétendants, Théo Tremblay, l'ami d'enfance, et Patrice Lalancette, qui participe à la construction de barrages hydroélectriques.

    C'est ne pas compter sur le destin, cet éternel joueur de tours...

  • Québec, 17 février 1770. Il fait plus froid que froid. Un mort gît dans la côte de la Montagne, la gorge tranchée. Pierre Dubois, un Français arrivé depuis peu en ville, est un des premiers à voir le corps. Suspecté, il décide de mener une enquête pour découvrir l'auteur du crime. Au coeur du régime britannique, il évolue dans un monde où l'armée est omniprésente. Son ami, Peter O'Sullivan, un Irlandais de la Royal Artillery, va l'aider dans ses recherches - tout comme Madelon, prostituée, qui n'attend plus rien de la vie et qui trouve en Dubois une oreille attentive. Les indices s'accumulent, comme les obstacles. S'agirait-il d'un complot ?

    Dubois rencontre toute une galerie de personnages : un curé, une maquerelle, des francs-maçons, un marchand et un juge en chef. Tous veulent connaître la vérité... mais quelle vérité ?

  • Montréal, 1775. La guerre est proche, trop proche. Les Américains envahiront le Canada dans quelques jours. Les habitants se préparent du mieux qu'ils le peuvent tandis que les derniers Britanniques encore en ville prennent la fuite. Pierre Dubois observe ceux qui attendent impatiemment les prochains conquérants, mais il n'en a cure puisqu'il a déjà tout perdu. En ayant enfin trouvé son coin de paradis, le Québec, il croyait en avoir terminé avec le mauvais sort. Mais la femme qu'il aime a été sauvagement assassinée. Et il y a aussi cet homme qui veut se venger de lui.

    Les souvenirs de son enfance à Paris, de sa vie à Montréal et de cette fameuse journée d'avril 1770 à Québec lui reviennent en mémoire et, avec eux, les fantômes oubliés du passé.

    Dans ce second tome de L'Homme de l'ombre, nous découvrons avec délice un Québec peu connu, un Québec divisé entre les Américains et les Britanniques.

  • Montérégie, 1943. Le spectre de la conscription plane encore et toujours au-dessus de la tête des jeunes Canadiens français. Leurs seules chances d'y échapper : la prêtrise, le mariage « de raison » ou l'amputation d'un doigt...

    Fernand Dupré, 30 ans, fait partie de ces célibataires qui ne peuvent avoir leur dispense. Le mariage devient la seule avenue possible pour ce fils de cultivateur qui rêve de reprendre la terre paternelle, mais dont les projets seront contrecarrés par son père, peu enclin à céder ce qu'il considère comme son bien, et l'arrivée inopinée d'un frère détesté qui revient le hanter.

    La vie de Fernand bascule soudain grâce à la rencontre fortuite d'Henriette Camirand, une bien jolie orpheline... Les deux jeunes gens sont devant le néant : Henriette n'a plus d'autre ressource que de prendre mari pour sortir de sa misère et Fernand, lui, doit à tout prix éviter l'armée.

    Par la faute des autres, mais surtout victimes d'un destin capricieux, Fernand et Henriette se retrouveront unis, pour le meilleur et pour le pire, tout en donnant une chance à l'amour qui pointera bientôt le bout de son nez...

    À travers l'existence de ses héros et des personnages qui gravitent autour d'eux, Josée Ouimet fait revivre le quotidien de ces temps troublés où le nécessaire remplaçait le meilleur, où l'accommodement remplaçait le bonheur, mais, surtout, où le désir d'aimer et d'être aimé animait les rêves et les passions oubliées.

  • Pendant que l'Europe se dirige vers une guerre inévitable, Renaud Daigle, avocat de Montréal chargé de faire la lumière sur le meurtre d'une femme juive, oriente son enquête vers les milieux montréalais d'extrême droite dirigés par Adrien Arcand. Une intrigue policière qui met en lumière les tensions sociales d'une époque marquée par l'intolérance et le racisme.

  • À 19 ans, Laurette commence sa vie de femme en s'installant dans un appartement dans le quartier ouvrier du Centre-Sud de Montréal. Bercée par ses rêves de liberté et de loisirs, la jeune femme sera toutefois rapidement rattrapée par la réalité des maternités successives (cinq!), de la gestion du trop maigre budget, des tâches ménagères, de l'importance des apparences, et, surtout, de la désapprobation constante de sa belle-mère. N'en faisant pourtant qu'à sa tête, comme à son habitude, Laurette tiendra son rôle de d'épouse et de mère chrétienne comme elle l'entend et gare à qui viendrait la contredire!

    Découvrez l'histoire de cette attachante femme de tête qui se déroule entre 1930 et 1967. Une grande saga familiale et urbaine.

  • Toute la série Sur les berges du Richelieu dans un coffret !

    Sur les berges du Richelieu T1 - La tentation d'Aldée
    Sur les berges du Richelieu T2 - La faute de monsieur le curé
    Sur les berges du Richelieu T3 - Amour contrariées

  • Né dans le quartier Saint-Henri, rien ne destine ce garçon très tôt orphelin de père à devenir l'un des hommes politiques les plus influents de son époque.
    Député provincial aussi bien que fédéral, chef de l'opposition, cinq fois maire de Montréal, Houde se bat pour améliorer le sort du petit peuple dont il est issu, surtout aux heures les plus sombres de la Grande Crise, allant jusqu'à convertir des pièces de sa résidence en service d'aide directe aux nécessiteux...
    Aimant afficher ses opinions sans détour, il incite ses compatriotes à bouder la conscription lors de la Seconde Guerre mondiale, ce qui lui vaut d'être arrêté et jeté, sans procès, dans un camp d'internement pendant quatre ans. Rusé mais impulsif, ambitieux mais dispersé, coloré mais sensible, Camillien est l'homme de tous les paradoxes et de tous les extrêmes.
    Redécouvrez un personnage unique, l'orateur fougueux qui s'adressait à la Chambre en citant des tirades de son héros Cyrano de Bergerac!

  • Îsle-aux-Coudres, printemps 1759. Jean-Gabriel ne demande qu'une chose: vivre paisiblement sur son lopin de terre qu'il se prépare à ensemencer. Mais un beau matin, son voisin l'avise que des canonniers ont été aperçus au Bic. Les Habits rouges sont là.

    Pendant qu'on se prépare à affronter l'ennemi, Jean-Gabriel, exempté du service militaire à cause d'une mauvaise blessure, reçoit l'ordre de construire des camps-refuges dans la montagne du Cap de la Baie. Le 8 août, alors qu'il est descendu dans la vallée de la baie Saint-Paul pour s'approvisionner, il doit reculer devant des Yankees à la solde des Britanniques qui pillent et brûlent tout sur leur passage. Avec sa famille et d'autres «déplacés» comme lui, il passe l'hiver dans des cabanes de bois ronds, harcelé par la faim et le froid.

empty