Jean-François Charles

  • Alors qu'elle arrive à Paris, Li y termine ses études secondaires et entame une licence de journalisme. Dans le même temps, depuis son pays d'origine, Monsieur Zhang lui apprend par courrier que Mao lève une armée et que la famine sévit. Deux ans plus tard, la Manchourie sera envahie par le Japon. Li voudrait pouvoir aider son pays et revoir son mentor, Monsieur Zhang. Par ailleurs, à Paris, elle découvre l'amour. Comment concilier cet amour naissant et son besoin d'aider son pays ?

  • Jean-François Charles est un virtuose de la bande dessinée. Il a su sublimer tous les continents et toutes les époques. Nous retraversons sa carrière et le monde au travers d'une monographie qui nous fait redécouvrir les Etats-Unis, l'Inde, l'Afrique ou encore la Chine. Depuis ses débuts dans le dessin de presse jusqu'à ses dernières oeuvres, Charles-Louis Detournay revient sur la carrière passionnante de Jean-François Charles.

  • Cet art book prolonge la série à travers le récit de Percy Law et les carnets de Reginald Sybellius.
    Un Artbook qui synthétise en dessins et en textes cette nouvelle grande aventure clôturée par le tome 9 (cycle de 4 albums), ainsi que les raisons de ce nouveau cycle, plus proche de l'esprit de La Route des Indes de Forster, adapté au cinéma par David Lean.

  • 1965. L'Inde est indépendante, le pouvoir des maharadjahs s'effrite comme leurs palais, la guerre menace aux frontières, quand un fait divers trouble le Rajasthan et provoque, etamp;ldquo;à l'ombre des bougainvilléesetamp;rdquo;, les retrouvailles d'Emy et de Jarawal. Pourquoi l'a-t-elle trahi ? Et pourquoi a-t-elle appelé sa fille Kamala ? Pendant ce temps, à Cambridge, Kamala et son ami Jay terminent leurs études. Portés par l'air du temps, ils décident d'entreprendre avec des hippies, à bord d'un vieux minibus, un voyage dans l'Himalaya, terre d'élection de la nonviolence. Mais cette quête initiatique qui devait les mener jusqu'à Katmandou va tourner au cauchemar.

  • Mai 1945. Dans l'immédiat après-guerre, Emy et Jarawal entreprennent, par un été torride, un long périple à travers l'Inde du nord, du Radjasthan à Goa, en passant par le Cachemire, le Ladakh et Bénarès, à la recherche de Mr. Lowther, leur ancien professeur, qui semble connaître la vérité sur ces événements qui ont meurtri leur enfance. Dans cette Inde tourmentée, confrontés à la violence de groupuscules extrémistes, Emy et Jarawal vont se découvrir et s'aimer avec passion, malgré leurs différences culturelles et sociales. Mais un jour, revient la mousson...

  • Fin du XIXe siècle. Arrivés en Inde depuis Londres, tous les protagonistes de ce nouveau cycle d'India Dreams se mettent peu à peu en place pour que se noue un nouveau drame... À Calcutta, le juge Arthur Byle, nommé à la Cour Suprême, a bien du mal à faire accepter à son épouse Cybill l'exotisme envahissant de leur nouveau cadre de vie. Au Rajasthan, affecté au 8e régiment de lanciers du Bengale, le jeune capitaine Redfield doit supporter l'hostilité déclarée de son officier supérieur, tout en se préparant à affronter la terrible communauté des sectateurs de Kâli, les étrangleurs thugs. Tandis que dans l'état d'Awadh, accompagné de ses jeunes protégés Percy et Abe, le professeur Sybellius, fraichement exclu des grandes écoles d'Angleterre pour érotomanie, déclame des vers à tue-tête du haut de sa monture éléphantesque, sur la piste entre Calcutta et Agra : « Entendez-vous le silence annonciateur des tempêtes sur terre comme dans le coeur des hommes... »

  • Trois tranches de vie, trois cahiers composent ce carnet de voyage, trois femmes qui se racontent, qui nous font partager leurs émotions et la découverte de l'Inde au travers d'images sépia pour Amélia, noir et blanc pour Emy, et d'aquarelles pour Kamala. Trois femmes, trois visions différentes de l'Inde malgré des paysages immuables et l'omniprésence des trains et de l'eau (océan, fleuve, lac...) symbolisant eux aussi le voyage. Le fil conducteur de ces pérégrinations est kenneth Lowther, qui les a toutes trois bien connues et aimées. Il clôture son récit en nous donnant la clé de etquot;l'homme aux animauxetquot;, présent lui aussi dans les quatre albums du cycle. Ainsi s'achève le voyage en Inde de trois femmes passionnés, de trois Anglaises confrontées au choc des cultures.

  • Angleterre, fin du 19e siècle. Londres, un paquebot quitte la métropole à destination de Calcutta. Pour la plupart des passagers dont c'est le premier voyage au Raj, les Indes apparaissent à la fois fascinantes et effrayantes. Le peu qu'ils en connaissent provient de récits, d'aquarelles, de la vie sur le sous-continent reconstituée dans la mère patrie par les nababs nostalgiques de cet autre monde. Parmi ces passagers se trouvent le professeur Sybellius, pour qui ce départ est la seule chance d'échapper à un scandale et aux rigueurs de l'époque victorienne ; le juge Arthur Byle, nommé à la Cour Suprême de Calcutta et qui embarque avec toute sa famille ; un militaire voulant réhabiliter son père, ancien officier dans l'armée des Indes ; une jeune femme, Virginia Moore, accusée d'un horrible meurtre et ayant réussi à embarquer sous une fausse identité. Sur ses pas, le terrible et déterminé enquêteur Abott Pimlicott, bien décidé à la poursuivre jusqu'au bout du monde. Destins croisés, aventures, sensualité et histoires d'amour dans l'empire des Indes jugées impudiques par la puritaine Angleterre.

  • Katmandou, Népal, 1965 etamp;ndash; Flanquée de ses amis hippies, la jeune Kamala affronte une épreuve difficile : passer en jugement pour avoir provoqué la mort accidentelle d'un policier local corrompu. Acquittée contre tout attente, la jeune femme se retrouve un peu plus tard, à la demande de sa mère Emy, au chevet du Prince Jarawal, gravement blessé à la suite d'un attentat. Mais elle ignore encore que celui-ci n'est autre que son père biologique, qu'elle a toujours cru mort... Alors que le dénouement s'approche, se dévoile un autre pan, jusque-là secret, de toute l'histoire, à travers le journal intime d'un ancien colonel britannique de l'Armée des Indes, qui n'est autre que l'arrière-grand père de Kamala.

  • Du caoutchouc fait de sang, de pleurs et de mains coupées.

    1903. Afin de recueillir les souvenirs et le témoignage de celui qui fut l'un des héros de la colonisation de l'Afrique, et notamment du Congo pour le compte du roi Léopold, un jeune reporter belge rend visite à Henry Morton Stanley dans son domaine du Surrey, où l'explorateur vieillissant, malade et presque infirme s'est retiré du monde. En veine de confidences, Stanley se remémore pour son visiteur la célèbre expédition de secours à Emin Pacha. Ses souvenirs sont enchanteurs, éblouis. Mais à mesure que le flash back se précise, la violence barbare du comportement de Stanley à l'égard des Africains se révèle dans toute son horreur sanglante. L'expédition Emin Pacha est restée célèbre parce qu'elle fut la dernière grande expédition privée du XIXe siècle au coeur de l'Afrique, mais aussi pour avoir été la plus meurtrière pour les populations qui avaient le malheur de se trouver sur son chemin... Voici le troisième volume de la saga africaine de Frédéric Bihel et Maryse et Jean-François Charles. Adossée à une solide reconstitution historique, cette histoire âpre et prenante évoque de manière saisissante la cruelle histoire du Congo au tournant des XIXe et XXe siècles, mis en coupe réglée par le Roi des Belges et son représentant le plus impitoyable, l'explorateur Stanley.

  • 1897. Dans le port d'Anvers, on charge et on décharge les vapeurs qui « font le Congo ». Cargaisons d'ivoire et de caoutchouc d'un côté, d'armes et de chaines de l'autre... Car en dépit du nom officiel de cette lointaine possession africaine ? E.I.C., pour Etat Indépendant du Congo ?, c'est bien le Roi Léopold qui en est l'unique propriétaire légal. Et sa consigne est claire : rentabiliser au mieux et au plus vite cette immense colonie, quitte à y faire régner l'arbitraire le plus absolu. Loin des regards, un quasi esclavage est imposé aux populations locales, comme l'a constaté depuis sa récente arrivée au Kivu le jeune missionnaire Paul Delisle. En dépit des discours « civilisateurs », éducation et évangélisation ne sont décidément pas les priorités du tyran de Bruxelles...

  • 1903. Les pratiques coloniales de Léopold II sont de plus en plus controversées. Stanley, fidèle ami du roi convaincu que toute modernisation d'un pays a un prix ? dut-il se payer en vies humaines ?, revient sur l'expédition qu'il a menée quinze ans plus tôt afin d'aider Emin Pacha dans le cadre des projets coloniaux de Léopold. Paul Delisle, quant à lui, a quitté les ordres, dégoûté par ce qu'il a vu depuis qu'il est arrivé au Congo : les colons ne sont pas là pour évangéliser ou aider, mais pour rentabiliser l'investissement de Léopold... C'est donc seul et à sa manière qu'il va dorénavant aider la population locale.

  • Printemps 1889. Plusieurs mois ont passé depuis les événements qui ont ensanglanté Whitechapel et la vie a repris son cours pour tous les miséreux qui y résident. L'inspecteur Frederick Abberline fait la chasse aux souteneurs, qui ont fait mettre les bouchées doubles à leurs filles pour combler le manque-à-gagner imposé par Jack. Mais son obsession de justice le pousse à des méthodes peu conventionnelles pour Scotland Yard, et son fidèle compagnon George Godley le met en garde. Il est peut-être temps qu'il prenne le large. Une série de meurtres similaires dans leur mode opératoire à ceux de Jack a été commise à Paris. Tandis qu'Abberline traverse la manche pour débusquer le tueur, Godley est sollicité pour une nouvelle affaire : un docteur retrouvé éventré dans une pièce fermée de l'intérieur. Seul indice : un manuscrit en arcado-cypriote qui contient des révélations troublantes. Deux enquêtes, deux tueurs. Tout est lié, le protocole Hypnos est la clé et Abberline va devoir affronter l'insoutenable vérité : il est Jack l'éventreur.

  • Laure Dechamps, étudiante d'une vingtaine d'années, a choisi pour rédiger son mémoire de fin d'études de se pencher sur les dommages collatéraux subis lors de la dernière guerre mondiale, dans le Pas-de-Calais, dans la région située « entre les deux caps ». C'est en effet là qu'enfant, elle passait ses vacances chez son grand-père. Hasard ou prédestination, elle est aussi la petite-fille du photographe de Lille qui avait immortalisé Laure et Julien avant leur séparation. À la demande du maire, Julien, d'abord réticent, accepte de lui parler sommairement du S.T.O. et de la résistance, puis troublé par cette gamine qui porte elle aussi le prénom de Laure, il en vient à quelques confidences, premiers pas vers une rédemption.


    />
    Pour aider Laure dans ses recherches, il lui suggère de rendre visite à l'Anglais et à l'Allemand qui habitent désormais le village et qui ont sans doute connu la guerre eux aussi, ici ou ailleurs. Plus tard, Laure entrera en contact avec Joe dont elle obtiendra l'adresse à l'hôtel de la Plage.



    Ainsi, les quatre vétérans hantés par leur passé vont se raconter à cette jeune femme qui découvre que leurs destins se sont croisés dans ce petit village au bord de la mer, même s'ils ne se sont jamais rencontrés pendant la guerre.

  • Protéger l'environnement est devenu un impératif incontournable des politiques publiques et un enjeu central des débats de société. Mais on oublie trop souvent l'ancienneté des actions de protection dont l'environnement a fait l'objet et la complexité des questionnements qu'elles ont soulevés à travers le temps. C'est cette lacune que le présent ouvrage entend combler : en s'interrogeant plus précisément sur les spécificités historiques de la protection de l'environnement en France et dans ses colonies depuis deux siècles, il entend offrir le recul nécessaire pour mieux comprendre les enjeux d'aujourd'hui. Y a-t-il une singularité des parcs nationaux ou régionaux français ? La France a-t-elle influencé ses partenaires européens dans leurs politiques environnementales, ou est-ce l'inverse ? Quel rapport les Français entretiennent-ils historiquement avec leur environnement ? La religion, l'éducation ont-elles établi un lien spécifique qui nous différencie de nos voisins ? A travers des exemples aussi diversifiés que la protection des oiseaux, du loup, des cours d'eau, la lutte contre les pluies acides, l'établissement des parcs ou de la réserve de Camargue, cet ouvrage propose, pour la première fois depuis vingt ans, un état des lieux de la connaissance historique sur le sujet. Charles-François Mathis, normalien, agrégé et docteur en histoire, enseigne à l'Université Paris-Sorbonne. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, dont In Nature We Trust. Les paysages anglais à l'ère industrielle (PUPS, 2010). Jean-François Mouhot est docteur en histoire, Marie Curie Fellow à l'Université de Georgetown et à l'École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris. Il est l'auteur de plusieurs autres ouvrages, dont Des esclaves énergétiques : réflexions sur le changement climatique (Champ Vallon).

  • 1944, Pas-de-Calais. Entre les 2 caps, à 7 km des côtes, une forteresse dissimulée sous une colline est construite par les Allemands. Elle abrite bientôt la nouvelle arme secrète d'Hitler : « Le Mille-Pattes », un canon à air comprimé, capable d'envoyer sur Londres les fameux V3. De retour en Angleterre, Archie a pu localiser le site grâce à l'aide du père d'Opale, chef de réseau dans la résistance.

    Churchill en décide immédiatement la destruction, sacrifiant les quelque 5000 ouvriers etamp;ndash; S.T.O., juifs et prisonniers politiques etamp;ndash; qui y travaillent dans des conditions épouvantables.

    C'est Joe, à bord de son B17, qui réussira un nouveau fait d'armes en envoyant une bombe Tall Boy sur la forteresse.
    />
    Peu de temps après, Erwin et Opale sont séparés : Erwin est envoyé sur le front russe. Il ne rentrera chez lui qu'après la chute du mur de Berlin.

  • Charles Pasqua a brutalement disparu le 29 juin 2015. Les mois précédents, avec Jean-François Achilli, il s'était lancé dans le récit de sa vie, en remontant aux origines d'une famille pauvre et unie, de la Corse à Grasse, en passant par les maquis pendant la guerre et par quinze années chez Ricard. C'est la première fois qu'il acceptait de parler de ces chapitres intimes dans un livre. Mais ce récit explore aussi sa longue carrière politique, entre ombre et lumière, de l'engagement gaulliste à la litanie des affaires qui aura occupé la fin de sa vie publique. Les racines corses, Chirac, le SAC, Malik Oussekine... Autant de sujets sur lesquels on aimait le chatouiller, et à propos desquels il avait souvent botté en touche. L'homme d'État, enfin, se livre sur lui-même, sa vie au côté de son épouse, la disparition de son fils, ses regrets. Du Pasqua parlé dans le texte, parfois abrupt, souvent tendre. Charles Pasqua restera un monument de la vie politique française, qui a traversé un demi-siècle d'histoire, ne laissant jamais personne indifférent. Charles Pasqua, résistant, fidèle parmi les fidèles du général de Gaulle, député puis sénateur des Hauts-de-Seine, fut l'homme-clef du RPR et deux fois ministre de l'Intérieur. Il n'aura pu voir la publication de cet ouvrage très personnel. Jean-François Achilli est journaliste politique et éditorialiste sur France Info et LCP, passé par France Inter, iTélé, BFM TV et RMC, ayant commencé sur Radio Corse. Il a publié deux livres sur Nicolas Sarkozy.

  • Une entrevue avec Odile Tremblay, critique cinéma au Devoir, fait office d'introduction à une réflexion sur le métier de critique, puis ouvre la voie vers un bilan du cinéma québécois que la revue nous offre juste à temps pour le gala des Jutra. C'est le film La danse de la réalité, nouvelle réalisation d'Alejandro Jodorowski après plus d'une décennie d'abstinence, qui fait la couverture de ce numéro. Une analyse d'Élie Castel est suivie d'une entrevue avec le légendaire iconoclaste. À découvrir aussi dans ces pages, les critiques du dernier opus des frères Cohen (Inside Llewyn Davis), du nouveau film de Podz (Miraculum) et du provocant long métrage de Lars Von Trier (Nymphomaniac).

  • C'est à un voyage dans les coulisses de la Confédération que nous convie ce numéro de printemps. En effet, c'est il y a 150 ans que l'Acte de l'Amérique du Nord britannique fut proclamé, réunissant les provinces canadiennes en une seule et même puissance. Les événements commémoratifs se multiplieront donc cette année, et Cap-aux-Diamants s'invite naturellement dans la discussion. Pour mieux appréhender les principes fondamentaux et l'évolution du fédéralisme canadien, la revue nous propose de plonger dans les débats et les questionnements de son origine - avec parfois un détour par des pensées plus contemporaines. Le dossier principal rassemble ainsi les textes de huit auteurs s'intéressant aussi bien aux manifestations étatiques (la conférence de Londres de 1866-1867) et aux figures incontournables (Louis-Joseph Papineau) qu'aux conséquences sur les groupes jugés marginaux par les puissants (les peuples autochtones) et aux regards postérieurs (les intellectuelles féministes des années 1960).

  • IL est onze heures du matin. Un abbé, assez semblable à une poupée de quatre pieds de haut, sourit aux dernières épreuves d'une brochure de sa composition. Il s'applaudit d'avoir fait une Épître en vers, et se promet de la faire servir pour toutes les femmes. Il la relit avec complaisance ; ordonne à son laquais de voler chez son imprimeur, de faire vite tirer quelques exemplaires, et de les lui apporter au Palais-Royal. Il se met à sa toilette, cache artistement sa petite bosse dans les plis d'un manteau de soie, est content de lui, et se trouve en état de figurer au lever de quelque jolie femme.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • JE n'ai pas la prétention de faire prévaloir mon opinion sur l'opinion générale : je pense au milieu de la foule des hommes, où chacun a des droits égaux à la recherche de la vérité. Je n'envie point une célébrité littéraire ; je cède à l'impulsion de mes sentimens, et ne veux point bercer mon amour-propre d'un mérite chimérique. Avant de prendre la plume, je me suis interrogé sur le résultat de mes pensées dans l'ordre social : qu'il soit nul, je n'en serai point tourmenté ; mais qu'il fût dangereux, j'en frémirais de trouble et d'horreur.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Jadis les animaux parlaient ;
    Leur langue était simple, naïve,Mais féconde en bons tours et surtout expressive ;Souvent en deux mots ils disaientVingt choses, et jamais ils ne se répétaient.Par malheur ne pouvant écrire,
    A des poètes ils dictaientLeurs pensers, leurs exploits, les lois de leur empire,
    Et pour l'instruction ce qu'ils imaginaient,Puis le lendemain détruisaient,
    Une autre fois reconstruisaient.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Deux révolutions, deux coups d'État, un consulat, deux empires, deux monarchies, deux républiques et une commune, ce n'est pas sans raison qu'on surnomme le 19e le "Siècle des révolutions". Les dix ouvrages proposés ici, dont aucun n'est un classique de l'histoire politique, ne prétendent nullement faire le tour d'un siècle aussi riche en événements. Ils nous présentent différents moments ou morceaux du 19e siècle. Biographie ou essais biographiques sur Napoléon et Saint-Just (Chaptal, Sainte-Beuve), histoire de France de la Révolution de 1789 jusqu'à celle de 1848 (Guizot), histoire anecdotique de 1830 à la naissance de la IIIe République (Du Camp), essai politique sur le phalanstère et la pensée sociétaire (Cantagrel), sur 1848 (Proudhon), sur le "trop d'État" (Laboulaye), nouvelles littéraires sur la guerre de 1870 (Céard, Huysmans), souvenirs d'un boulangiste antidreyfusard (Meyer), ces dix regards croisés nous font sans cesse changer d'optiques et d'échelles de temps.
    Ce coffret contient dix oeuvres de la littérature française, avec une préface et une présentation de Jean Demerliac : Mes souvenirs sur Napoléon de Jean-Antoine Chaptal, L'Histoire de France depuis 1789 jusqu'en 1848 racontée à mes petits-enfants de François Guizot, Galerie de portraits historiques de Charles-Augustin Sainte-Beuve, Les Confessions d'un révolutionnaire de Pierre-Joseph Proudhon, Le Fou du Palais Royal de François Cantagrel, L'État et ses limites d'Édouard Laboulaye, Souvenirs d'un demi-siècle de Maxime Du Camp, La Saignée de Henry Céard, Sac au dos de Joris Karl Huysmans, Ce que mes yeux ont vu d'Arthur Meyer.
    Retrouvez dans la même collection : Le Siècle positif, Le siècle de fer, Argent, bonheur et richesse, Esprit es-tu là ?, Le Tour du monde, L'Invention de Paris : des bas-fonds au Gai Paris, Des Parisiens et des Parisiennes, L'Amour dans tous ses états, Miscellanées.

  • Résultats des recherches effectuées de 1989 à 1992 par la Mission archéologique française. Quatre parties : Le milieu naturel de la région de Bayhân ; La nature et l'irrigation ; Les établissements antiques ; La céramique.

empty