Frédéric Amiel

  • Le néolibéralisme ne s'est jamais aussi bien porté. Dans une économie mondiale dérégulée, les inégalités explosent. Dans le même temps, les mouvements sociaux, éclatés sur plusieurs fronts, peinent à se réunir autour d'une lutte commune.
    Pourtant, les opposants à l'ordre néolibéral n'ont pas dit leur dernier mot. En silence, patiemment, ils ont façonné de nouveaux outils, pour mettre enfin un terme à l'impunité historique des multinationales.
    Parmi ces outils, le contentieux juridique : de grandes affaires judiciaires se sont multipliées au cours des dernières décennies, mettant en cause tour à tour Lafarge, Auchan, Vinci, BNP Paribas, Bolloré, Samsung, Total, Chevron... Et les premières condamnations ont été prononcées.
    Si discrètes qu'aient été ces victoires, elles constituent un renversement de perspective fondamental. Et si nous étions sur le point d'assister à une mise au pas des puissances économiques par la puissance du droit ? Autrement dit, à la mort prochaine du néolibéralisme ? Dès lors, comment faire pour ne pas manquer cette opportunité historique ?

  • Ta vie, âme immortelle,
    A quoi ressemble-t-elle ?
    A la cascade. - L'eau
    Vient du ciel, brille et tombe,
    Remonte à son berceau,Colombe,Puis sur terre, en ruisseauRetombe :Cercle toujours nouveau.Du rocher qui surplombe
    Si la fluide trombe
    Glisse en nappe d'argent,
    Autour d'elle, en buée,
    D'une molle nuée
    Luit le voile changeant ;
    Et le roc nu s'enroule
    Dans la chaste blancheur,
    Et l'eau, sous la vapeur,
    Frais murmure qui croule,
    Fuit vers la profondeur.Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • Amiel (1821-1881) a fait de son existence ascétique l'exceptionnel poste d'observation de la conscience de soi dont témoignent les 17000 pages de son journal intime. Qu'il se penche sur l'oeuvre de Ronsart ou de Rousseau, de Malherbe ou de Proudhon, c'est une même passion de comprendre qui habite ces essais.

empty