Puf

  • Ferdinand Tönnies (1855-1936) fut l'un des premiers sociologues allemands, contemporain et co-fondateur de la sociologie avec Georg Simmel (1858-1916) et Max Weber (1864-1920).
    Il qualifie lui-même son travail de « tentative pour faire une analyse nouvelle des problèmes fondamentaux de la vie sociale ». Cet ouvrage est devenu aujourd'hui un classique dont la réédition est indispensable pour nourrir le débat intellectuel, malgré les critiques et reproches concernant son « romantisme social » ou sa « nostalgie d'une société rurale ». Il est nécessaire de le relire et de redécouvrir son analyse du lien social.

    Sur commande
  • La collection "Le lien social", dirigée par Serge Paugam, directeur de recherche au CNRS, propose des essais d'interprétation sociologique, historique et économique des sociétés contemporaines. Elle a pour ambition de s'appuyer sur les méthodes et les moyens techniques des sciences sociales, sans renoncer pour autant à la réflexion philosophique sur le sens des expériences vécues et l'interprétation des évolutions globales de la société.

    Sur commande
  • Quitter ses parents, entrer dans la vie active, construire son autonomie : comment devient-on vraiment un adulte ? cet ouvrage est le fruit d'une vaste enquête comparative sur les expériences contemporaines du passage à l'âge adulte, conduite au danemark, au royaume-uni, en france et en espagne.
    Il s'attache à analyser, sous l'apparente multiplicité des itinéraires familiaux, professionnels et identitaires, les logiques sociales fondamentales qui sous-tendent les différentes formes de ce passage en europe occidentale. l'empreinte des sociétés sur les parcours de vie est aujourd'hui profonde, clivant les trajectoires individuelles de jeunesse, jusqu'aux définitions mêmes de l'adulte. ce livre soumet à une lecture comparative la question du traitement de la jeunesse dans différentes sociétés européennes, choisies pour leurs contrastes, et met en perspective la façon dont elle est posée dans le débat public français.
    Les configurations générationnelles actuelles font de la jeunesse un âge soumis plus que d'autres à un sentiment de déclassement et de précarité. ce sentiment, très aigu en france, est différemment modulé en europe. sans éluder la question générationnelle, l'originalité de la démarche tient en son analyse transversale et comparée de jeunes européens suivis dans leurs cheminements vers l'âge adulte.
    Parce qu'il s'interroge sur les significations contemporaines de ce long processus, cet ouvrage devrait intéresser tout lecteur désireux de comprendre les métamorphoses qui touchent aujourd'hui le passage à l'âge adulte

    Sur commande
  • Revenant sur l'histoire longue du travail, cet ouvrage éclaire la façon dont nos sociétés sont devenues des " sociétés fondées sur le travail " et les causes de cette évolution. Il présente ensuite les données les plus récentes sur l'importance que les Européens accordent aujourd'hui au travail, mais aussi sur la place que celui-ci occupe à côté d'autres sphères porteuses de sens pour eux (en particulier la famille). Il pointe la contradiction entre les immenses attentes projetées aujourd'hui par les individus sur le travail et les changements en cours sur le marché de l'emploi et dans les conditions de travail, au coeur du mal-être de nombreux travailleurs. Il s'interroge sur la capacité des organisations à concrétiser ces attentes, et notamment sur la possibilité de promouvoir un projet européen fondé sur la qualité de l'emploi. Adoptant une perspective générationnelle pour saisir les transformations du rapport au travail, il répond à plusieurs questions : qu'en est-il du rapport des jeunes générations au travail ? Dans quelle mesure l'âge, la génération ou le genre expliquent-ils la grande diversité des rapports au travail ? Réinventer le travail, c'est prendre au sérieux les attentes nouvelles exprimées par les Européens, notamment les femmes et les jeunes.

    Sur commande
  • Loin d'être une simple étiquette neutre, la notion de consommateur est le résultat d'une histoire dont les dimensions sont intellectuelles et politiques.
    Au consommateur « aliéné » mis en avant par les critiques radicales de la « société de consommation », les libéraux ont opposé la vision optimiste d'un agent économique libre et informé, trouvant dans une offre abondante, diversifiée et renouvelée les moyens de son épanouissement. Le débat a confronté, au cours des années 1970-1980, journalistes, hommes politiques, hauts fonctionnaires, juristes, etc. Pour l'essentiel, les choses en sont là aujourd'hui encore.
    Les libéraux l'ont emporté : qui oserait s'opposer au libre choix d'un consommateur souverain, pierre de voûte d'un ordre social fondé sur les valeurs marchandes ?
    Le livre éclaire cette consécration du consommateur à travers plusieurs angles :
    L'action gouvernementale, celle des militants consommateurs et de la presse consumériste, le droit de la consommation, la formation des vendeurs.

    Sur commande
  • Examiner l'oeuvre d'Émile Durkheim (1858-1917) revient avant tout à faire un bilan de son influence sur la sociologie et ceux qui la font aujourd'hui. Cent ans après la mort de son auteur, elle peut incontestablement nous aider à mieux comprendre le monde d'aujourd'hui, du fait de la similitude entre la France du tournant du XXe siècle et celle du tournant du XXIe siècle, caractérisées par la crise du lien social, la question de l'intégration sociale, les incertitudes concernant la sécularisation des sociétés et la place des religions, ou encore les définitions de la démocratie et des fonctions de l'État. Que doit la discipline à celui qui passe pour en être l'un des fondateurs ? Quels questionnements et quelles réponses nouvelles a-t-il suscités ? Ses ambiguïtés, ses apories ou encore ses échecs ont-ils été dépassés, et comment ? En quoi, comment et pourquoi la sociologie contemporaine est-elle redevable, pour le meilleur comme pour le moins bon, tant à l'oeuvre scientifique de Durkheim qu'à ses orientations idéologiques ?

    Sur commande
  • Sur commande
  • Si, dans les années 1970-1980, l'"échec scolaire" était au centre des discours sur l'école dans les quartiers populaires, les questions de "violences scolaires" ou de "déscolarisation" dominent la scène depuis les années 1990, surtout à propos du collège présenté comme le "segment" où se concentrent les difficultés de l'école.
    Une attention nouvelle est ainsi portée aux processus de ruptures scolaires qui touchent d'abord des collégiens issus de milieux populaires. Les auteurs reconstruisent les parcours de ruptures scolaires de ces collégiens et analysent tour à tour l'effet de plusieurs dimensions : la précarité et les ruptures familiales ; les difficultés scolaires où se nouent apprentissage, conflits avec les enseignants, sanctions de l'institution ; la sociabilité juvénile qui oscille entre l'isolement et l'attraction du groupe de pairs.
    Refusant la vaine quête d'une cause unique, ils insistent sur l'articulation entre ces différentes dimensions et montrent l'enchaînement des processus au sein de plusieurs parcours de collégiens. S'appuyant sur une enquête intensive de deux ans, ce livre aborde des questions qui taraudent en profondeur l'école et alimentent le débat sur le "collège unique". Il apporte aussi des connaissances fines sur la dégradation des conditions d'existence d'une fraction des familles populaires et sur ses effets en termes de scolarisation et de socialisation.
    Il s'adresse à tous ceux qui sont concernés par les questions scolaires et sociales ainsi qu'aux étudiants et chercheurs en sciences sociales et en sciences de l'éducation.

    Sur commande
  • Le livre traite de parcours individuels marqués par un changement radical de métier et de domaine professionnel et s'ouvre sur quelques données statistiques permettant de délimiter la population concernée en France (rôle de l'âge, du sexe, du niveau d'études et du statut socioprofessionnel).
    Basée sur des entretiens biographiques menés auprès d'hommes et de femmes ayant changé de métier, l'enquête cherche à répondre à une double interrogation :
    - Quel processus mène des acteurs à changer de métier et de domaine professionnel ?
    - Les bifurcations professionnelles sont-elles des bifurcations biographiques ?
    L'auteur propose donc de reconstruire les étapes du processus, de la naissance des premières insatisfactions au « choix » du nouveau métier, en pointant d'importantes disparités sociales et sexuées à l'oeuvre. Entremêlant les histoires professionnelles, familiales et amicales, l'auteur montre également que les bifurcations professionnelles ne riment pas toujours avec changement de vie, mais permettent parfois d'assurer une continuité individuelle. Autrement dit, certain(e)s changent de métier pour ne pas changer.

    Sur commande
  • À partir d'une enquête dans une agence immobilière parisienne, Lise Bernard nous montre les coulisses d'un monde de l'immobilier largement fantasmé.
    Contrairement à une image très répandue, les agents immobiliers sont exposés à une forme de précarité : s'ils peuvent percevoir des rémunérations élevées, leurs revenus sont incertains car déterminés en grande partie, voire entièrement, par les ventes qu'ils réalisent. Nombreux sont d'ailleurs ceux qui quittent le métier faute de pouvoir en vivre.
    Ce livre explore l'univers de ces hommes et de ces femmes confrontés à ce que Lise Bernard nomme une « précarité en col blanc ». Il fait le récit de leur quotidien, de leurs inquiétudes, de leurs aspirations, de leurs valeurs.
    Il donne à voir une condition professionnelle emblématique de transformations profondes affectant la société française. Contribution originale à l'analyse de la structure sociale, ce livre aide à réfléchir aux manières de travailler et de vivre dans une société où les services à la personne, les relations de clientèle et l'individualisation des trajectoires ne cessent de se répandre.

    Sur commande
  • Comment donc l'État peut-il promouvoir l'autonomie des jeunes ? Tom Chevalier répond à cette question en comparant les différentes façons dont l'État promeut cette autonomie en Europe. Depuis le début de la crise économique de 2008, l'actualité est jalonnée de manifestations et de protestations. Occupy Wall Street aux États-Unis, Nuit Debout en France, Indignados en Espagne : ces mouvements se multiplient avec pour points communs la présence des jeunes et leur demande d'accès à l'autonomie. Les réponses que peut apporter l'État en la matière sont donc absolument cruciales, au risque de faire émerger une « génération sacrifiée », non seulement souffrant de formes d'exclusion, mais pouvant également remettre en cause la légitimité des gouvernements et des systèmes démocratiques en présence, comme les votes croissants en faveur des partis populistes parmi les jeunes le laissent penser.

    Sur commande
  • L´image de l´analphabétisme ou de l´inculture est souvent associée à la pauvreté. Il peut sembler aller de soi que les pauvres sont peu disposés à fréquenter les bibliothèques ; il leur manquerait les ressources élémentaires pour se fondre dans un espace

    Sur commande
  • Le halal apparaît régulièrement dans les médias comme une menace au principe de laïcité. Les interdits alimentaires, jugés "traditionnels", s'opposeraient à la "tolérance" occidentale des pratiques et contribueraient à essentialiser la dialectique supposée "islam/civilisation chrétienne". Orienté sur sa seule interprétation religieuse, le halal serait donc incompatible avec les pratiques alimentaires des "non-musulmans", amenant de facto une interprétation réductionniste des pratiques alimentaires.
    Pour éviter cet écueil, cet ouvrage nous conduit à observer les pratiques alimentaires quotidiennes au sein des familles, de l'approvisionnement à l'assiette, en passant par les préparations culinaires. Le respect de l'interdiction alimentaire apparaît, à l'instar d'autres signes visibles du religieux, comme un critère majeur d'appartenance et de filiation à l'islam. Au-delà de l'observation du terrain, l'ouvrage amène le lecteur à repenser certaines grilles de lecture et le traitement de l'objet d'étude "islam".
    En s'appuyant sur les approches de Michel de Certeau, de Jean-Noël Ferrié et de Saba Mahmood, l'ouvrage conduit le lecteur à saisir comment un acteur matérialise sa foi et construit ses appartenances.

    Sur commande
  • La notion d'intégration est omniprésente dans le débat social et politique. En s'inscrivant dans la tradition des sciences sociales, ce livre entend explorer la relation entre les défaillances contemporaines du système d'intégration et la production des inégalités. Il contribue à renouveler le regard sur la stratification sociale en partant de l'hypothèse que non seulement les capitaux économiques et culturels sont répartis de façon inéquitable, mais que les liens qui rattachent les individus aux groupes et à la société sont de force et d'intensité très inégales.
    Ce livre entend également souligner que les politiques de lutte contre les effets délétères de la désintégration tendent paradoxalement à renforcer la visibilité des catégories jugées "désintégrées" et consacrent ainsi le processus de leur disqualification sociale. Enfin, loin de se fonder uniquement sur les immigrés ou les classes pauvres, il interroge le système social dans sa globalité en prenant notamment en compte la manière dont les classes moyennes et supérieures essayent de se protéger de la proximité des "exclus" et de la menace que ces catégories font peser sur leur bien-être.
    Ce livre est le résultat d'un travail d'équipe. Il a été élaboré au sein de l'Equipe de recherche sur les inégalités sociales (ERIS) du centre Maurice Halbwachs.

    Sur commande
  • Pour la première fois en france, des sociologues ont réussi à enquêter sur la violence carcérale.
    Ce livre analyse l'ensemble des relations entre personnes incarcérées, entre personnels et détenus, ainsi que les effets de la structure sécuritaire de l'institution sur ces relations. il montre que la violence légale du cadre carcéral est l'un des facteurs essentiels des violences en prison, malgré les moyens institutionnels et les efforts déployés par les professionnels et par les personnes incarcérées pour la limiter.
    L'absence de but et d'objet communs, sinon celui de résister aux effets destructeurs de l'enfermement, le manque de lieux de parole, l'oisiveté, la promiscuité, l'allongement des peines ouvrent la voie aux actes de violence. les efforts pour prendre sur soi, pour se protéger, les savoir-faire de chacun des acteurs ne suffisent pas à empêcher les violences, qui se manifestent le plus souvent sous une forme explosive.
    Cet ouvrage, issu d'une longue recherche de terrain menée au sein de cinq prisons d'hommes, à partir d'observations, d'entretiens et de questionnaires, accorde une large place à la parole des détenus et à celle des professionnels qui analysent avec eux les ressorts de la violence de la prison.

    Sur commande
  • " Ce volume réunit pour la première fois deux livres depuis longtemps introuvables de Maurice Halbwachs. Le premier, La classe ouvrière et les niveaux de vie. Recherches sur la hiérarchie des besoins dans les sociétés industrielles contemporaines, date de 1912. Le second, L'évolution des besoins dans les classes ouvrières, a été publié en 1933 à la suite du séjour de l'auteur à l'université de Chicago à l'automne 1930. Ces deux livres ont en commun de traiter des ouvriers et de ce qu'ils consomment sur des bases statistiques de grande qualité.
    Ils portent sur la réalité sociale de la première moitié du dix-neuvième siècle. Nos sociétés ayant connu depuis des transformations considérables, à quoi bon rééditer deux ouvrages centrés sur les dépenses des ouvriers allemands en 1907 et en 1927 ou l'évolution des consommations des ouvriers américains de la fin du dix-neuvième siècle jusqu'au début des années trente ? L'intérêt historique de ces études est certes immense : fondées sur l'analyse détaillée des carnets de compte, elles permettent de connaître avec une grande précision les parts respectives de leurs budgets que consacraient les ouvriers et les employés de l'époque en fonction de leur salaire à leurs aliments, leurs vêtements ou leurs logements. Ce n'étaient pas les mêmes. Mais au-delà de cet intérêt historique, la réédition de ces deux livres concerne aussi le présent de nos propres sociétés puisqu'elle permet de mesurer sur des bases précises l'évolution des consommations sur un siècle. Les statisticiens d'aujourd'hui ne se privent pas de prendre du recul pour mieux comprendre l'actualité. La qualité des travaux produits par Halbwachs permet de disposer d'un recul plus grand encore et de comparer avec précision la classe ouvrière contemporaine avec celle d'il y a cent ans. Ces deux livres constituent des jalons dans l'histoire sociale des ouvriers mais aussi de la consommation et des façons de l'appréhender. Ils enregistrent déjà à vingt ans d'intervalle, entre l'avant et l'après 14-18, des transformations considérables. Les faits sociaux prennent leur sens dans leur histoire. " (extrait de la Préface).
    Maurice Halbwachs (1877-1945), élève de Bergson et de Durkheim, fut l'un des principaux sociologues de l'entre-deux-guerres. Il a fondé la sociologie de la mémoire collective. Ses travaux sur la formation des villes et la transformation des classes sociales ont nourri la sociologie d'après guerre. Peu après son élection au Collège de France, il fut arrêté par la police française en juillet 1944, remis par elle aux autorités d'Occupation, puis déporté à Buchenwald où il est mort le 15 mars 1945.

    Sur commande
  • Les enquêtes montrent que la plupart des parents souhaitent avoir le droit de choisir l'établissement de leur enfant.
    Beaucoup optent pour le secteur privé, mais d'autres contournent la carte scolaire du secteur public en exprimant des préférences pour certaines options ou en demandant des dérogations. Un autre type de choix est celui de parents qui, envoyant leurs enfants dans les établissements du quartier, s'y investissent fortement pour surveiller leur scolarité. Si l'on ajoute à cela le fait que les choix résidentiels sont souvent motivés par le désir d'habiter à côté d'un « bon » établissement, force est de constater que le choix de l'école est un phénomène social majeur.
    On ne disposait cependant que d'analyses encore partielles des stratégies de choix des parents. Prenant appui sur une enquête par entretiens dans quatre communes de la périphérie parisienne, cet ouvrage s'intéresse plus particulièrement aux parents des classes moyennes. Il étudie finement les clivages entre les différentes fractions de ce groupe social autour de choix qui constituent pour leurs membres d'importants enjeux tant du point de vue des carrières scolaires de leurs enfants que de la protection de leur statut collectif.
    Mobilisant une vaste littérature sociologique, l'auteur développe une analyse compréhensive originale. Elle intègre l'étude des différents déterminants des choix : les visées, valeurs, « bonnes raisons » et ressources des parents. Elle examine aussi comment ces choix se construisent dans les espaces familiaux et les réseaux de voisinage en interaction avec l'offre éducative et la régulation locale.

    Sur commande
  • Le titre de cet ouvrage a une apparence paradoxale, voire provocatrice.
    Il accole en effet une condition stigmatisée, celle d'« assisté », et une valeur reconnue et centrale dans les sociétés modernes avancées : « l'autonomie ». Le paradoxe n'est cependant qu'apparent. S'interroger sur l'autonomie des assistés revient simplement à se défaire de la prénotion selon laquelle les assistés sont passifs et dépendants, pour se demander comment des individus qui reçoivent une assistance de la part de la collectivité parviennent à faire face au stigmate et à la pauvreté.
    Ce livre se présente tout d'abord comme la restitution des résultats d'une enquête de terrain menée auprès d'allocataires du RMI interrogés en île-de-France dans les années 2000. L'auteur restitue le sens que ces individus donnent à la norme institutionnelle d'autonomie à laquelle ils sont soumis via la signature d'un « contrat d'insertion ». Comment les individus font-ils face à l'injonction à se raconter jusque dans leur intimité et à se réaliser dans leur « projet » personnel alors qu'ils sont souvent dépourvus de ressources ? Pourquoi et comment certains individus, mieux dotés que d'autres en capitaux économiques et culturels, peuvent-ils résister à l'incitation forte à rentrer dans les rangs du « précariat » ? Quelles marges de liberté les individus les plus vulnérables peuvent-ils conquérir ? En apportant des éléments de réponse à ces questions, cet ouvrage contribue à approfondir les logiques et les paradoxes de l'insertion des populations qui dépendent des services sociaux pour leur survie.
    Il constitue en cela une référence incontournable aussi bien pour la réflexion que l'action dans ce domaine.

    Sur commande
  • Sur commande
  • Dans les pays développés, l'expérience des dernières décades montre à l'évidence un tournant qui se caractérise par une reprise de l'accroissement des inégalités.
    Les éléments qui appuient ce constat renvoient, tout d'abord, à un déficit d'égalité des chances et à une crise de l'espérance méritocratique ; ensuite, à un renforcement de la ségrégation résidentielle aux deux extrémités du spectre social (développement d'un entre-soi des nantis et d'une relégation des pauvres) ; enfin, à l'affaiblissement des protections sociales et de l'action redistributrice de l'Etat-providence, auquel ne suppléent pas les solidarités familiales.
    Dans un contexte marqué à la fois par une ethnicisation des inégalités (dont témoignent amplement les discriminations), par le creusement des écarts intergénérationnels et l'âpreté des luttes autour des enjeux scolaires, apparaissent donc des menaces nouvelles sur la cohésion organique des sociétés modernes, lesquelles ne peuvent plus se penser à partir de catégories strictement nationales. Présentant ici les analyses issues de leurs travaux les plus récents, les chercheurs de l'Observatoire sociologique du changement brossent un large tableau de l'évolution de la société française et la compare à celles que connaissent les autres pays développés.

    Sur commande
  • en quoi les usages de drogues telles que le cannabis, l'alcool ou le tabac peuvent-ils être considérés comme sociaux ? cet ouvrage met en lumière les mécanismes de construction du savoir dans ce domaine et apporte un éclairage nouveau sur des notions et des chiffres qui occupent une place toujours plus importante dans le débat public en france.
    il étudie les produits les plus consommés par les jeunes et met en perspective quelques-uns des principaux problèmes liés aux addictions dans la société française contemporaine. la dimension sociale des usages de drogues apparaît ainsi comme une caractéristique essentielle, trop souvent oubliée ou sous-estimée : sa prise en compte permet de mieux comprendre les demi-succès, les difficultés et les échecs de la prévention.

    Sur commande
  • Quartiers gays

    Colin Giraud

    A Paris comme à Montréal, l'émergence des quartiers gays montre le rôle spécifique des gays dans la revitalisation des quartiers centraux depuis une quarantaine d'années. Leur implantation commerçante, résidentielle et symbolique a contribué à la métamorphose complète d'anciens quartiers populaires, peu attractifs et vétustes : les gays apparaissent ainsi comme des acteurs spécifiques de la gentrification urbaine.
    Plus précisément encore, l'étude des trajectoires et des modes de vie d'habitants gays du Marais et du Village montre aussi leur rôle plus quotidien dans la gentrification (logement, consommation, sociabilités). Ce rôle n'est pourtant pas homogène : les rapports au quartier sont socialement diversifiés, notamment en fonction des trajectoires individuelles et des variations nationales. Mais les quartiers gays ont aussi des effets sur les parcours gays.
    Instances de socialisation et lieux d'élaboration de normes spécifiques, ils produisent des manières spécifiques d'être homosexuel et apprennent ainsi aux individus à " devenir gay ". Les effets de cette socialisation restent cependant soumis aux socialisations antérieures, aux origines sociales et aux appartenances de génération.

    Sur commande
  • Comment expliquer la réaction sans précédent que la tuerie de Charlie Hebdo et l'attentat de l'Hyper Cacher ont déclenché en France et dans le reste du monde ? Poser cette question, c'est essayer de comprendre ce qui se passe lorsque la société est mise à l'épreuve de l'attentat terroriste devenu événement mondial. C'est tenter d'élucider les raisons pour lesquelles, du 11-Septembre au 11-Janvier, des centaines de millions de personnes ont pu se sentir à ce point concernés par un événement alors qu'ils ne connaissaient personnellement aucune des victimes.
    En sociologue, Gérôme Truc analyse la façon dont les individus ordinaires que nous sommes ont vécu et ont répondu à la violence de l'événement attentat. À partir des mots laissés, des images transmises, des minutes de silence décrétées, il interroge les manières d'exprimer son sentiment de solidarité avec les victimes du terrorisme. Il met ainsi au jour les différents types de réactions que les attentats ont suscités aux États-Unis, en Espagne, au Royaume-Uni et en France comme ailleurs dans le monde. Pour mieux comprendre « ce qui nous touche ».

    Sur commande
empty