Langue française

  • Mais qui est Lazlo Parker ?

    C'est un artiste me´connu, survenu des tre´fonds du subconscient Moebiusien, c'est un ge´nie des formes me´canico-organiques, un dessinateur compulsif obsessionnel, un poe`te du dimanche...

    « Le but, c'e´tait d'obtenir des formes ne repre´sentant rien, mais habite´es et nourries par un souci puissant et absolument sans frein de repre´sentation, de lumie`re, d'ombre, de formes, de perspectives, de savoir-faire. ».

    Au-dela` des repre´sentations guratives qui ont fait son succe`s, Moebius s'inte´ressait a` des formes plus abstraites, des cre´ations hybrides e´voquant a` la fois la logique naturelle de l'ale´atoire et le fonctionnement me´canique du re´gulier. Le myste´rieux Lazlo Parker est l'alias qui habite l'un des carnets dans lesquels Moebius a pu expe´rimenter un style inattendu, avec des formes nouvelles et intrigantes, e´largissant ainsi son registre de´ja` particulie`rement vaste..

    Sur commande
  • La faune de mars

    Moebius

    Sur commande
  • Le major

    Moebius

    Sur commande
  • Sur commande
  • Arzak, l'arpenteur

    Moebius

    Qui est Arzak ? Que cherche t-il ? D'ou vient t-il ? L'album de 1977 ne le dit pas...On ne connaît de lui que son visage brûlé par les vents du désert, sa grande cape et son chapeau en forme de cône. On sait qu'il chevauche un curieux volatile d'un blanc éclatant. Ensemble ils survolent un univers de fin du monde, aux perspectives désolées et stériles. Ils y croisent les lambeaux d'une civilisation engloutie. Ils traversent des situations absurdes, aux prises avec une faune et une flore tour à tour cocasses, inquiétantes et mortelles.Moebius répond aujourd'hui à l'appel muet de ce mystérieux héros. Il lui redonne la parole, l'humanise. Le plonge dans des aventures qui révèlent au lecteur l'origine des secrets du monde dans lequel il évolue.L'Arpenteur est le premier tome d'une aventure qui en comportera trois.L'histoire s'ouvre sur deux actions apparemment sans aucun lien entre elles.La première nous emmène dans l'espace profond où un vaisseau de la confédération Dessmez est attaqué par Kimorg Barbax, le redoutable pirate.La deuxième se déroule sur Tassili, la planète d'origine des Wergs. L'ancienne race dominante a été vaincue par l'avancée irrésistible de la confédération Dessmez dans sa conquête humaine de la galaxie. Tassili, ruinée, désertique et abandonnée de tous, peuplée d'une maigre colonie humaine, se meurt doucement.La mission d'Arzak consiste à arpenter sans fin ce territoire chaotique pour y traquer l'anomalie et assurer l'ordre humain. C'est dans l'accomplissement de cette mission qu'il découvre un odieux trafic perpétré à l'encontre des survivants Wergs. Arzak entame son enquête ; il traversera épreuves et dangers, découvrira les secrets de Tassili et plongera dans les abîmes des passions de l'âme humaine.Le monde d'Arzak est maintenant un livre ouvert et Arzak en est le héros.Le mythique Arzak a laissé une empreinte inoubliable dans l'univers de la bande dessinée et continue trente ans après, à être lu dans le monde entier. Ce nouvel album d'Arzak est une coproduction des éditions Moebius Productions et Glénat.

    Sur commande
  • Tout inside Moebius

    Moebius

    La série Inside Moebius, construite dans l'improvisation la plus totale, conjugue l'humour et l'auto-dérision. Moebius s'y met en scène lui-même parmi les différents personnages qui ont accompagné sa vie de dessinateur : Blueberry, Arzach, Le Major, Stel et Atan, Malvina. À travers un dessin très libre et aux couleurs subtiles, il exprime une réflexion sur lui-même portée par ses experiences vécues et son extraordinaire créativité. Une formule qui a d'ores et déjà ravie de nombreux amateurs et dont le succès ne fait que de s'accroître!

  • « Déposer ma langue sur un crochet, crier enfin : "je suis rentrée à la maison!" » scande le numéro hivernal de la revue Moebius. « Le crochet c'est naturel pour le manteau, ça lui va. Tandis que la langue... Encore faut-il pouvoir séparer son muscle le plus puissant du corps, la couper cette langue bien pendue, muer le secret des portes closes en parure. À quelle nudité, pure ou honteuse, nous oblige le silence ? [...] » (liminaire, extrait) En poésie, lisez Laurence Gagné, Martin Hervé, Marise Belletête, et Anthony Lacroix. En fiction, lisez Kaliane Ung, Louis-Philippe Labelle, Mahité Breton, Francis Paradis, Mathieu Villeneuve et Diane-Ischa Ross. Voyez à travers « les yeux fertiles » de Guylaine Massoutre et Martina Chumova. Aussi, « Penser la création avec Stéphane Martelly » avec Stéphane Martelly, Catherine Mavrikakis écrit une « Lettre à Forest », Lucile de Pesloüan est l'écrivaine en résidence et Julie Delporte l'artiste ayant reçu la mission d'illustrer les numéros de l'an 2019.

  • « La matière bouge par elle-même, incontrôlable. Démesure ! Exagération ! Étrangeté ! Autonomes, les corps se servent de leur propre matière afin de danser, au risque même de déborder. Mais de quelle matière s'agit-il lorsqu'on parle d'elle ? » (extrait du liminaire) Le numéro printanier de la revue Moebius, « la matière s'est de tout temps mise à bouger seule » (Nicole Brossard, L'amèr ou Le chapitre effrité) a été dirigé par Baron Marc-André Lévesque et Chloé Savoie-Bernard. Avec la poésie de Valérie Lefebvre-Faucher, Marie-Hélène Constant, Mimi Haddam, Patricia Houle, et des fictions de Mélodie Bujold-Henri (La possessivité du Scorpion), Mégane Desrosiers (Johanne), Brigitte Vaillancourt (Entre deux eaux), Nancy Rivest (L'amour au micro-ondes), Mélanie Landreville (LITS) et Sanna (Madjnouna). Lucile de Pesloüan est l'écrivaine en résidence et Julie Delporte, l'artiste. Laurance Ouellet Tremblay réfléchit à la création et Daria Colonna écrit à Emmanuelle Riendeau.

  • Moebius no 151

    Collectif

    • Moebius
    • 23 Mai 2017

    En cette année où fleuriront les célébrations du 375e anniversaire de la ville, le dernier numéro de la revue de création littéraire se titre Montréal est une ville de passages secrets. Le passage secret : quel thème évocateur! Réminiscences du ludisme de l'enfance, fantastique et possibilités, jeux du hasard, un motif qui inspire ici dix-neuf auteurs. Ceux-ci sont encore étudiants et nouveaux dans les pages de Moebius ou, au contraire, des plumes confirmées. « Qu'on l'entende au sens littéral ou figuré, bibliothèque pivotante ou altération subtile de la réalité, la découverte du passage secret est une expérience éminemment singulière », comme nous le dit Lucie Bélanger dans sa présentation. On parcourt des quartiers et des rues connues, et l'on en révèle le potentiel caché ou surprenant. C'est à un beau voyage au sein de la « ravissante étrangeté » que le numéro 151 de Moebius nous convie.

empty