Littérature argumentative

  • Lorsque J.R.R. Tolkien créa l'univers de la Terre du Milieu, c'est à peine si le monde le remarqua. A la fin des années cinquante, les ventes aidant, le visage de la fantasy changea... à tout jamais.
    Dans ce recueil, vingt et un auteurs à succès, anglais, américains mais aussi français, de la fantasy actuelle partagent avec vous la relation toute personnelle qu'ils entretiennent avec les mythologies de Tolkien.
    En effet, sans Le Seigneur des Anneaux, il n'y aurait eu ni le Disque-Monde de Terry Pratchett, ni L'Apprenti assassin de Robin Hobb, ni Le Trône de fer de George R.R. Martin, ni Alvin le Faiseur d'Orson Scott Card, pour ne citer qu'eux. Tous ces auteurs ont été influencés par le maître et ils révèlent ici leur découverte de son oeuvre et la nature de leur relation avec le plus grand roman de fantasy jamais écrit en langue anglaise, reconnu comme l'un des chefs-d'oeuvre du xxe siècle.
    Si vous ne connaissez pas les livres de Tolkien, lisez ces essais et découvrez la profondeur et la beauté de son travail. Si vous êtes un fan du Seigneur des Anneaux, les réflexions de ces créateurs de mythes modernes vous donneront de nouvelles perspectives sur la subtilité, la puissance et la majesté des récits de Tolkien.
    Tous ces articles sont accompagnés de dessins inédits de John Howe, qui est avec Alan Lee le principal illustrateur mondialement célébré de la Terre du Milieu.
    Découvrez les articles des auteurs et artistes suivants :
    George R. R. Martin, Raymond E. Feist, Poul Anderson, Michael Swanwick, Esther M. Friesner, Harry Turtledove, Terry Pratchett, Robin Hobb, Ursula K. Le Guin, Diane Duane, Douglas A. Anderson, Orson Scott Card, Charles de Lint, Lisa Goldstein, Tim et Greg Hildebrandt, Terri Windling, Henri Loevenbruck, Mathieu Gaborit, Fabrice Colin, Laurent Genefort, Ange et John Howe.

    Sur commande
  • Ecrit par le meilleur spécialiste de J. R. R. Tolkien, cet ouvrage présente toute l'oeuvre de Tolkien, depuis Le Hobbit jusqu'au Seigneur des Anneaux, en passant par Le Silmarillion, mais aussi tous les contes (Feuille de Niggle), les essais sur la littérature... avec un souci constant de pédagogie, mettant à la portée des profanes comme des amateurs de Tolkien les problématiques les plus complexes liées à la création d'un monde.
    Comment peut-on écrire une mythologie ? Pourquoi les Hobbits semblent ils si proches de nous ? Les méchants sont-ils vraiment mauvais ? Pourquoi Le Seigneur des Anneaux, publié il y a soixante ans, nous paraît-il si actuel ? La clarté de Tom Shippey passe par un style enlevé, mais aussi humoristique, lorsqu'il s'en prend aux critiques jugeant l'oeuvre de Tolkien le plus souvent sans l'avoir lu. Il répond finalement à cette question : pourquoi la Fantasy et Tolkien dérangent-ils tant ? N'est-ce pas parce que le genre de la Fantasy parvient, mieux que d'autres, à parler au lecteur de son monde et de lui-même ?

    Sur commande
  • Pas de panique, grâce au NaNoWriMo !
    Vous vous êtes déjà dit : « Un jour j'écrirai un roman » sans jamais arriver au bout du projet, vous n'avez pas le temps d'écrire, pas de plan, pas d'idée, pas de personnages, vous n'avez jamais réussi à dépasser le chapitre 2 de vos manuscrits, vous pensez que l'écriture c'est pour les autres, vous aimeriez mais vous ne pouvez pas ? Écrivez un roman en 30 jours est fait pour vous.
    Les conseils, trucs, astuces et témoignages compilés par Chris Baty, fondateur du NaNoWriMo (mois national de l'écriture de romans) vont vous donner la motivation et le coup de pied (amical) aux fesses dont vous avez besoin pour vous lancer. Durant un mois de folie frénétique, abandonnez-vous à l'écriture, déchaînez votre créativité, réveillez le romancier qui sommeille en vous ! Écrivez un roman en 30 jours, vous en ressortirez transformé !

    Sur commande
  • Ce colloque est dirigé et animé par les rares (donc précieux) et éminents chercheurs universitaires travaillant sur l'imaginaire, ainsi que par des acteurs de la SF-Fantasy (écrivains, éditeurs, critiques) tels que Jean-Claude Dunyach, Francis Berthelot, Jacques Goimard ou Pierre Pevel. Après la mort des « grands récits », utopies et idéologies qui essayaient d'apporter des modèles, la SF cherche aujourd'hui des réponses différentes, en se distanciant de l'univers technocratique et des mythes brisés de l'ancien âge d'or. Elle exprime en outre le désir de revisiter les univers archaïques, les mythes, les légendes, démontré par l'essor de la Fantasy. Ces questions sont abordées à travers la littérature (J.G. Ballard, S. Brussolo, G. Bear, U. Le Guin, S. Baxter, H.G. Wells), le cinéma et le film d'animation (A. Tarkovski, Dark City, Alien, Babylon 5, Ghosts of Mars, Total Recall, The Truman Show, Gattaca, Existenz, L'armée des 12 singes, Ghost in the shell)...

    Sur commande
  • Triomphes cinématographiques et romanesques auprès du grand public ont imposé la fantasy comme un phénomène culturel et commercial incontournable. La recherche universitaire y appliquant une démarche réflexive qui fait partie des étapes nécessaires à la légitimation du genre, c'est de cette petite révolution - la fantasy à l'Université ! -, que témoigne en pionnier le colloque des 16 et 17 mars 2006 dont on trouvera ici les actes réunis, la première rencontre d'universitaires de tous horizons à se tenir sur le sujet en France, regroupant des spécialistes des littératures de l'imaginaire contemporaines et une majorité de médiévistes. La fantasy est interrogée comme un avatar contemporain du merveilleux médiéval, mais cet héritage est-il bien le même chez Tolkien, grand médiéviste, David Eddings, aux inspirations plus indirectes, ou encore dans le courant de « fantasy arthurienne » qui se donne explicitement comme prolongeant une lignée de réécritures de la mythique « Matière » ? Les motifs et figures repris ne le sont pas sans évolutions, qu'il s'agisse de revisiter la mythologie nordique ou de réévaluer le sens de la monstruosité, de retrouver, sous de nouvelles incarnations et dans de nouvelles fonctions, jeunes sorciers, cartes « géographiques » ou titres de « chroniques » . La catégorie même du « merveilleux » n'a cessé de se modifier dans son champ d'application, et c'est toute la question de la sensibilité au sacré et au religieux qui se pose. Ce « merveilleux » n'en constitue pas moins un critère générique, définitoire pour la fantasy aujourd'hui : quand il s'agit de déterminer l'espace qu'elle occupe au sein des littératures de l'imaginaire, et bien sûr en concurrence avec sa cousine la science-fiction, ce sont deux conceptions du merveilleux qui se dégagent, et des rapports du même type interviennent pour évaluer les mouvements internes qui agitent les différents sous-genres de fantasy et en permettent l'évolution sans essoufflement.

    Sur commande
  • En imaginant des Elfes immortels, Tolkien entendait représenter le problème de notre mort : ce n'est pas que les Elfes ne connaissent pas la mort, mais ils se réincarnent.
    On lira ici un ensemble de textes, inédits, de Tolkien répondant aux questions que le lecteur se pose, en songeant au bouddhisme, aux Celtes, à la résurrection. On lira aussi un résumé, inédit en français, du Silmarillion par C.S. Kilby qui avait aidé Tolkien à préparer sa publication (avortée) en 1966.

    Troisième volume de La Feuille de la Compagnie qui poursuit le programme d'une prise au sérieux de l'oeuvre de l'auteur du Seigneur des Anneaux, cet ensemble d'études développe, notamment, des thèmes affleurant dans les inédits de Tolkien dont les harmoniques sont ainsi explorées. Qu'il s'agisse du « marrissement d'Arda » (conçu différemment par les Valar ou les Elfes), de la transmission de pensée, de la Lórien, ou de la figure de Tom Bombadil, les enquêtes ici rassemblées déploient les questions linguistiques, philosophiques, et parfois théologiques, que se posait Tolkien. En se concentrant sur un personnage, un lieu, le rapport aux autres, ou une vision du monde : elles nous aident à pénétrer, chacune à sa manière, en Terre du Milieu.

  • La médecine fait rêver dans de multiples directions : de la mort soudainement éloignée jusqu'aux cauchemars du corps ouvert, de la figure bienveillante jusqu'à la profanation, de l'antalgique salvateur jusqu'à d'horribles supplices. Alors que le corps intérieur nous est obscur, la science-fiction, le fantastique, la Fantasy et l'horreur nous font découvrir des paysages du corps splendides, étonnants ou répugnants, mais toujours prenants.
    Pourquoi cette profusion de l'imaginaire médical ? Avec une médecine aujourd'hui rationnelle, on s'attendrait à la fin des passions imaginatives, mais au contraire la science médicale nouvelle a démultiplié les perspectives. La prolifération de l'imaginaire médical est naturelle, car la littérature et le cinéma aiment ses images fortes. Les effets de science sont aussi des effets de fiction et de merveilleux.Le lecteur comprendra l'intérêt de ce travail collectif (grâce au réseau CERLI), mais aussi notre humilité, car nous n'épuisons en rien la thématique.

    Sur commande
empty