Raoul Marc Jennar

  • quelles menaces pèsent sur le vin aujourd'huioe rien moins que légaliser au niveau européen "l'arrangement" de nos vins, afin de les rendre compatibles avec un standard de consommation imaginé par les spécialistes du marketing des grands alcooliers internationaux.
    on pourra aromatiser le vin, lui enlever de l'alcool, lui rajouter du glycérol, fermenter en europe des moûts concentrés d'argentine ou bien encore importer des jus de raisin pour fabriquer des "vins" suédois! on pourra mélanger les continents et mettre en concurrence les misères afin de profiter de l'exploitation des travailleurs des nouveaux pays producteurs pour payer son vin moins cher en supermarché.
    ce livre est un appel à résister à toutes les réformes européennes, qui font fi de la dimension culturelle, sociale, économique et environnementale de la viticulture et condamnent le vin à l'insignifiance. il reprend en conclusion l'"appel ultime contre les naufrageurs du vin" lancé par la confédération paysanne.

    Sur commande
  • Janvier 1979, l'armée vietnamienne et des milliers d'insurgés cambodgiens mettent fin au régime de Pol Pot et de ses complices. Une coalition avec, derrière la Chine et les Etats-Unis, les pays d'Asie du Sud-est et d'Europe décrète un embargo sur le pays et décide que les seuls représentants légaux du peuple cambodgien sont ses bourreaux : les Khmers rouges. Dix ans plus tard, les accords de paix n'apportent pas la paix, mais permettent au Cambodge de réintégrer la communauté internationale. Il revient alors aux cambodgiens de pacifier le pays et de la faire redémarrer.

  • La vie de Khieu Samphan est le fil rouge de l'histoire du Cambodge. Sa thèse sur le collectivisme agraire est la base économique et sociale du régime khmer rouge. Depuis la mort de Pol-Pot, Khieu Samphan doit répondre de plus de deux millions de morts. Sa défense assurée par Jacques Vergès repose sur la thèse du génocide involontaire. Le récit de ses faits et gestes contredit cette fiction, et permet enfin de juger les crimes de ce régime.

  • Sur commande
  • " L'Europe ne dit pas ce qu'elle fait ; elle ne fait pas ce qu'elle dit.
    Elle dit ce qu'elle ne fait pas ; elle fait ce qu'elle ne dit pas. Cette Europe qu'on nous construit, c'est une Europe en trompe l'oeil. " Voilà ce que pensait Pierre Bourdieu. Sa réflexion est le point de départ de ce livre. Aujourd'hui, l'Europe n'est pas une communauté de valeurs, mais une communauté d'intérêts où l'individualisme l'emporte chaque jour davantage sur le bien commun, à l'image d'une société américaine souvent décriée, mais de plus en plus imitée.
    A l'aide de multiples cas concrets, Raoul Marc Jennar met en évidence cette " trahison " et montre comment l'Union européenne agit à l'opposé de ce qu'elle proclame. Ses institutions ne sont pas démocratiques et transparentes, mais technocratiques et opaques. Ses politiques ne servent pas l'intérêt général, mais celui des milieux financiers et des lobbies d'affaires. Au sein de l'Organisation mondiale du commerce, elle défend parfois les propositions ultralibérales avec plus de force que les Etats-Unis.
    Enfin, sous couvert de " partenariats " avec les pays du Sud, elle se livre en fait à une véritable recolonisation de leurs économies.

  • Ce qui a été sanctionné avant tout, c'est l'incapacité des gouvernements à concrétiser le rêve européen. Ce qui a été refusé, c'est une Europe limitée au commercial, à l'économique et au financier. Ce qui a été condamné, c'est l'absence d'Europe démocratique, d'Europe sociale, d'Europe écologique. Ce que demande l'immense majorité, ce n'est pas moins d'Europe, mais plus d'Europe. Pour réaliser une autre Europe que celle des marchands, des hommes d'affaires et des banquiers.

    Quelle Europe voulons-nous ? Voulons-nous tous une Europe politique ? Quelle organisation de l'Europe voulons-nous ? Voulons-nous une Europe européenne ? Quels rapports entendons-nous établir entre l'Europe et le reste du monde oe

    La réponse à ces questions devrait précéder la rédaction du « traité modificatif » en préparation afin d'enrayer un processus de désintérêt, voire d'hostilité à l'égard du projet européen.

  • Engendrée sous la pression des milieux d'affaires, assemblée dans les couloirs de l'Organisation mondiale du commerce, une formidable machine à détruire les services publics mondiaux entre en action : l'Accord général sur le commerce des services, plus connu sous son sigle AGCS. Son objectif : libéraliser tous les services en supprimant un à un les obstacles au commerce. L'AGCS autorisera par exemple une multinationale à poursuivre pour concurrence déloyale une commune qui subventionne sa cantine scolaire. Chercheurs indépendants, Raoul Marc Jennar et Laurence Kalafatides expliquent les origines et les conséquences de cet accord. Sa mise en oeuvre faisant l'objet de négociations successives, l'AGCS menace à terme l'enseignement, la santé, la culture et l'accès à l'eau potable. Comprendre le fonctionnement de cette canonnière libérale conçue hors de tout contrôle démocratique, c'est se donner les moyens de l'enrayer.

    Sur commande
empty