Pierre-Jean Amar

  • À l'origine une prouesse technique, la photographie s'est peu à peu affirmée comme un art et un moyen d'expression avec ses propres codes. À l'heure des smartphones, les photos - multiples et instantanées - sont tellement à la portée de tous qu'on en oublierait presque la révolution que produisit en son temps cette nouvelle manière de copier le réel.

    De la camera obscura au chlorure d'argent, du trop oublié Niépce au célèbre inventeur du daguerréotype jusqu'au selfie, vous serez incollable sur l'histoire d'un art qui n'a jamais été aussi actuel.

  • La photographie n'a jamais été aussi présente dans notre vie quotidienne. Facebook, Instagram, Pinterest... Chaque jour, des millions d'internautes n'hésitent pas à se raconter en images. Le numérique et les Smartphones ont démocratisé une technique qui n'est plus réservée seulement à la presse ou à la publicité. Témoins les expositions, dans les musées comme dans les galeries, qui a ttirent de plus en plus de monde.
    De Niépce, l'inventeur de la photographie, à Photoshop, célèbre logiciel de retouche, en passant par Avedon et Penn, camera obscura, Cartier-Bresson, Kodak ou encore selfie, Pierre-Jean Amar nous donne quelques clés pour comprendre la photographie, son histoire et ses techniques, mais aussi de bons conseils pour réussir ses clichés. En photographe reconnu et proche de Willy Ronnis, dont il a réalisé les tirages, il illustre un art qui dépend finalement moins de l'oeil du téléobjectif que de l'oeil humain.

  • Présente la photographie, les évolutions techniques qu'elle a connues au cours de son histoire, les dates marquantes, ses grandes figures et ses différentes applications.

  • En 1972, Pierre-Jean Amar, moniteur en histoire de l'art, photographe passionné depuis 10 ans, rencontre Willy Ronis, retiré en Provence, venu enseigner l'histoire de la photographie à la faculté d'Aix-­- en-­-Provence.
    Il suit ses cours en auditeur libre.
    Ils se lient d'amitié.
    Pierre-­-Jean Amar l'assiste dans certains de ses travaux d'illustration, mais ne connaît pas encore son oeuvre.
    En 1976, il la découvre à Arles, lors d'une présentation par Willy de ses 100 meilleures images aux stagiaires de Marc Riboud.
    C'est la révélation !
    Dès lors, il n'a de cesse de le convaincre de faire un livre pour faire connaître cette oeuvre dont il a reconnu immédiatement l'importance.
    En 1978, Willy finit par accepter.
    En 1979 paraît Sur le fil du hasard aux éditions Contrejour.
    En 1980, Willy Ronis est l'invité d'honneur des Rencontres d'Arles.
    À partir de là, il ira de succès en succès et de livre en livre.
    S'ensuit une longue amitié jalonnée de moments importants :
    Expositions, portfolios, conférences, films, mais aussi partage des temps forts de leur vie privée respective.
    Le livre retrace le parcours de cette relation quasi filiale.

    Sur commande
  • Entre 1975 et 1995, alors que les Rencontres Internationales de la Photographie à Arles sont en pleine adolescence, Pierre-Jean AMAR, tout jeune homme côtoie les plus grands photographes du monde. Débats, stages, soirées au théâtre antique, réceptions, vernissages, . le monde (alors petit) de la photographie se retrouve, discute, s´aime, invente, innove, . Dans ces photographies nous retrouvons toute l´ambiance de ces fortes années, quand les Rencontres d´Arles s´appelaient RIP.

    Sur commande
  • Pierre-Jean Amar a abordé le thème du nu féminin en 1980, après avoir réalisé dans la nature une image métaphorique d'un corps de femme. Il a approfondi cette recherche en réalisant plusieurs séries. L'ombre profonde le dispute à l'éclat du soleil, les nus abstraits, et les nus pris dans le mouvement sensuel de la danse. Ces photographies, toutes en noir et blanc, reprennent des typologies que l'on peut retrouver dans d'autres sujets abordés par l'auteur : portraits, natures mortes, paysages, scènes intimistes.

    Sur commande
  • Pierre-Jean Amar, fils unique d'une famille juive algéroise, orphelin de père à quinze ans, sera jusqu'à l'âge adulte prisonnier d'une mère malade et autoritaire, extraordinairement abusive.
    De cette jeunesse confisquée, d'où il ressort une funeste impression de mort dans la vie, naîtra un goût pour l'art et un besoin d'expression que la pratique de la photographie allait combler. C'est donc naturellement par ce moyen qu'il a fait, en fixant divers objets de l'appartement où il vivait près d'elle (l'armoire à pharmacie débordant de remèdes, le placard à vaisselle, le lit, la table de nuit.
    Et jusqu'au coffre-fort tellement symbolique de son enfermement) une manière de portrait par contumace de cette mère aimée autant qu'haïe, et un autoportrait par ricochet. Cette tentative autobiographique - dont le lecteur saisit forcément la dimension d'exorcisme - le mettra dans une position positivement inconfortable : celle d'avoir à reconnaître dans cet étrange cas de possession les marques les plus banales de l'amour et de la vie ordinaire.

    Sur commande
  • Connu pour ses nus et ses paysages, Pierre-Jean Amar photographie ses chats depuis les années 1970.
    La première série regroupe les images faites à Eguilles (prés d'Aix-­-en-­-Provence) essentiellement de Zoé, Mouchette, Mamamouchi et Titou.
    La seconde entièrement réalisée au « smartphone » nous conte les aventures de Scarlett et Biboundé sauvés par un heureux hasard d'une mort certaine.
    Toutes en noir et blanc ces images sont la vision d'un photographe et pas seulement celle d'un amoureux béat de ses chats :
    Comme il l'avait fait avec son fils Aurélien, il a réalisé ici un véritable travail photographique.
    Dans ses textes, Xavier Mauduit laisse libre cours à son imagination empreinte d'humour et de références historiques, qu'il agrémente souvent de dessins pertinents que l'on retrouve tout au long des pages.

    Sur commande
  • Marrakech, le XXIe arrondissement de Paris ? « Le Paris du Sahara », comme le disait Churchill qui venait poser son chevalet de peintre amateur dans les jardins de la Mamounia, le plus célèbre des hôtels de luxe du Maroc. C´est toujours vrai. De Nicolas Sarkozy à Dominique Strauss-Kahn, de Bernard Henri-Lévy à Jean-René Fourtou, le président du conseil de surveillance de Vivendi, les hommes politiques, de droite comme de gauche, les intellectuels de tous bords, les patrons du CAC 40, sans parler des vedettes du show-biz, se retrouvent à Marrakech. Ils y sont chez eux. Et c´est là, dans un riad de la médina, au bord de la piscine d´un palace, ou dans une villa au coeur de la palmeraie, que se nouent des pactes politiques et des alliances industrielles. En arrière-plan se dessine une Marrakech qui, sur fond de misère, offre des plaisirs sexuels interdits en Europe.L´attentat du café l´Argana qui, au printemps 2011, a coûté la vie de 17 personnes, dont 8 Français, a déjà fait vaciller l´engouement des Français pour Marrakech. L´entrée en force des islamistes au gouvernement va-t-elle définitivement détourner les touristes du royaume ? Et l´arrivée en France de la gauche au pouvoir sonne-t-elle le glas des relations franco-marocaines ?Dans une enquête fouillée, menée sur place et côté français, les auteurs de ce Paris-Marrakech dévoilent les relations quasi incestueuses et extravagantes qui unissent la France et le Maroc.

  • Ce livre est une monographie qui présente, en une centaine d'images, une sélection des di érents thèmes abordés par Pierre-Jean Amar en cinquante ans de photographie. Ses photos, en noir et blanc et en couleurs, sont accompagnées d'un texte conséquent de Jacques Terrasa qui analyse l'oeuvre du photographe en regard de son parcours biographique.
    Si le travail de Pierre-Jean Amar a fait l'objet de nombreuses expositions et publications, il n'existait pas encore de rétrospective de l'oeuvre de cet artiste qui, par ailleurs, a contribué à la di usion de la photographie en tant que spécialiste de son histoire et commissaire de nombreuses expositions prestigieuses.

    Sur commande
  • Dans les Bouches-du-Rhône, en plus de son travail très célèbre sur L'Estaque et sur Gardanne, Paul Cézanne a beaucoup représenté la campagne aixoise.
    Ce sont ces paysages de campagne, du plus loin au plus près, de l'emblématique Sainte-Victoire, vaisseau de pierre échoué dans un paysage ouvert, au Tholonet et à l'intimité du jardin de l'atelier de Cézanne (jamais représenté par le peintre) que Pierre-Jean Amar s'est exercé à photographier en laissant le champ libre à sa propre interprétation (en noir et blanc) des lumières de cette Provence. L'écrivain Raymond Jean, romancier (La fontaine obscure, La lectrice, roman adapté au cinéma par Michel Deville), mais aussi essayiste (études sur Sade, sur Cézanne) propose ici un texte inédit en ouverture de ces images.


    Sur commande
empty