Pierre-Antoine Chardel

  • Les écrans numériques nous sont aujourd'hui devenus indispensables. Disponibles, rapides, ils répondent infailliblement. Leur omniprésence, leur usage coutumier, ne permettent pas, au-delà des rituelles proclamations de risques d'addiction, d'apprendre à discerner les métamorphoses de nos vies qui se produisent par eux.
    Cet ouvrage nous invite à quitter notre position d'utilisateur et à chercher des éléments de compréhension de la transformation digitale dans les théories de l'écriture. À l'heure où le traitement par le signal, la rationalité technique et l'automatisation investissent de plus en plus nos interactions sociales, l'art de lire et de déchiffrer les signes, le travail d'appropriation du sens, fournissent un antidote, offrent des ressources insoupçonnées pour nous aider à développer une intelligence des contextes.
    Nos petits écrans du quotidien sont ainsi interrogés par Pierre-Antoine Chardel comme des expériences existentielles à part entière, engageant notre condition d'être interprétant, tout autant que l'avenir de nos sociétés démocratiques.
    Il est encore temps d'intervenir sur l'évolution de nos sociétés hyper-connectées en favorisant l'épanouissement des subjectivités créatives, dont l'avenir demeure à écrire, par-delà l'empire du signal qui croît.

  • Zygmunt Bauman est une figure majeure de la sociologie européenne. Son oeuvre est dominée par l'inquiétude provoquée par la succession des crises politiques, économiques, morales qui affectent nos sociétés contemporaines. Du Coût humain de la mondialisation à L'éthique a-t-elle une chance dans un monde de consommateurs ?, ses travaux portent un diagnostic corrosif sur notre époque sans se laisser enfermer dans des cadres théoriques trop univoques.
    Diversifiant les angles d'interprétation, engagé dans un constant dialogue avec une multitude d'auteurs, de Camus à Levinas, de Gramsci à Arendt, Bauman parvient à embrasser la complexité des phénomènes sociaux en couvrant des champs de réflexion a priori hétérogènes ? de l'interrogation sur le statut de l'Holocauste dans l'histoire de la modernité industrielle à l'avènement du consumérisme dans nos sociétés devenues « liquides ». C'est cette exigence critique singulière que nous rend présent Pierre-Antoine Chardel dans cet essai, le premier en français consacré à ce penseur hors norme.

  • L'expansion des technologies dans le cyberespace menace-t-elle de transformer chaque citoyen en « bête d'aveu », pour reprendre l'expression de Michel Foucault ?
    En répondant à ces questions, cet ouvrage montre que pour surmonter les menaces liées à la cybergouvernance, il est urgent d'adapter la culture scientifique aux défis du numérique, en privilégiant des dynamiques d'innovation qui rendront possible l'exercice du libre-arbitre des sujets, par la possibilité de faire silence, de préserver des zones d'anonymat.
    Une étude argumentée en forme de plaidoyer pour l'autonomie du sujet.

  • Les organisations émergentes (start-up, plateformes), tout autant que les grandes entreprises et les institutions publiques qui se digitalisent, jouent un rôle crucial dans le développement de l'économie ainsi que dans l'évolution de nombre de réalités sociétales. La métamorphose numérique a donné naissance à quelques global leaders bien connus (Apple, Google, etc.) qui sont désormais des catalyseurs importants et souvent indispensables de l'innovation dans le domaine du numérique. Mais cela, pour le meilleur comme pour le pire. Ces modes de développement économique favorisent le primat de la valorisation financière et de la flexibilité, souvent au détriment des équilibres sociaux, des impacts écologiques et des aspirations de plus en plus fortes en termes d'éthique. Et si l'éthique se voit ainsi directement mise en question dans ces jeux de tension qui caractérisent la « nouvelle économie », de telles interrogations demeurent encore trop dissociées d'un nécessaire travail de déconstruction des représentations économiques et sociales dominantes. Vis-à-vis de tels défis, un enjeu important du présent ouvrage est de souligner que c'est au sein des grandes transitions industrielles qu'une part de notre avenir se voit préfigurée. L'économie des plateformes mérite à cet égard une analyse critique approfondie. C'est à cette condition que de nouveaux horizons de sens pourront s'ouvrir, ceci aussi bien à l'échelle des échanges économiques que d'un grand nombre de nos réalités sociales et politiques.

    Sur commande
  • L'espace public, pris entre social et politique, n'est pas seulement un lieu d'échanges d'opinions et de construction de consensus ou de consentement discursif. Il est aussi un lieu où se construisent et se déploient des liens entre les différents acteurs qui le constituent et qui s'exercent dans un espace hiérarchisé et saturé de rapports de pouvoir et de domination.
    La quête de sens, de vision d'un avenir commun, et la création des liens sociaux vont ensemble : elles impliquent et mettent en jeu les finalités de l'agir public. Le lien politique qui pouvait ouvrir à une pluralité d'espaces publics semble aujourd'hui être en question ou, peut-être, est-il dépassé et remplacé par des logiques discursives, médiatiques et technologiques qui affectent les cadres intellectuels et mentaux qui structuraient notre représentation du monde.
    S'arrêtant sur la publicisation et l'importance de la visibilité voire de la célébrité dans l'agir public, ce livre et les 14 contributions qui le constituent s'interrogent sur les formes, les modalités et les enjeux que peuvent avoir aujourd'hui la publicité et l'expression publique. Il tente de comprendre ce qui peut faire le public de l'espace public se demandant alors si la notion d'espace public peut être encore centrale pour la compréhension du lien social et de la politique.

    Sur commande
  • Digital Identities in Tension deals with the ambivalence of universal digitalization. While this transformation opens up new possibilities, it also redistributes the interplay of constraints and incentives, and tends insidiously to create a greater malleability of individuals.
    Today, companies and states are increasingly engaged in the surveillance and management of our digital identities. In response, we must study the effects that the new industrial, economic and political logics have on ethical issues and our ability to act.
    This book examines the effects of digitalization on new modes of existence and subjectivation in many spheres: digital identity management systems, Big Data and machine learning, the Internet of Things, smart cities, etc. The study of these transformations is one of the major conditions for more responsible modes of data governance to emerge.

empty