Economica

  • Sur commande
  • Le colonel Kempf a commandé à des cavaliers et des tringlots, des légionnaires et des marsouins, des appelés et des engagés (d'avant et d'après la professionnalisation), dans des régiments classiques ou expérimentant les bases de défense.
    Il a commandé en métropole, tout comme en opération, dans un cadre onusien, otanien, européen ou national, dans les Balkans, en Côte d'Ivoire ou au Tchad, sans compter d'autres séjours individuels. Comme d'autres, autant que d'autres, il sait ce dont il parle. Cet ouvrage est un recueil de lettres qu'il adressait, chaque mois, à ses capitaines. Non pas pour détailler ce qui était dit au grand rapport ou pour donner des consignes pour la prochaine manoeuvre ou la prochaine Opex, mais pour les aider à lever la tête au-dessus de l'horizon.
    Etre dans l'action du commandement ne doit pas être un obstacle à la réflexion : signature, visites d'autorité, cas de commandement, permissions, absences, ces pratiques anodines et quotidiennes sont souvent négligées, comme si elles n'étaient pas sérieuses. Or, elles préparent tout autant à la guerre, pour peu qu'on y réfléchisse, puisqu'à la fin, le feu tue, et cela n'a pas changé. Un livre pour tous ceux qui ont la responsabilité d'hommes : chefs militaires, bien sûr ; mais aussi manageurs civils.

    Sur commande
  • A quoi sert encore l'OTAN au XXIe siècle ? Créée aux débuts de la guerre froide, en 1949, l'Alliance atlantique continue d'exister plus de vingt ans après avoir défait la menace qui l'avait fait naître, ce qui peut surprendre l'observateur. Ainsi, elle a survécu à bien des crises : politiques (les élargissements à l'est, le difficile dialogue avec la Russie, les relations transatlantiques pas si tranquilles), militaires (la Bosnie-Herzégovine, le Kossovo, le 11 septembre) ou stratégiques (le terrorisme, la prolifération, le bouclier anti-missile). Pour cela elle s'est profondément transformée, que ce soit en accueillant de nombreux nouveaux membres, en inventant de multiples partenariats (Partenariat pour la paix, Dialogue Méditerranéen, Initiative d'Istamboul), en se réorganisant (passant d'une logique géographique à une logique fonctionnelle), en innovant (Commandement pour la transformation, Force de réaction de l'OTAN). Le retour de la France, célébré à l'occasion du sommet du soixantenaire à Strasbourg-Kehl, a toutefois laissé ouvert un double chantier : celui de l'Afghanistan, lieu d'une transformation opérationnelle très profonde et aux résultats encore incertains ; celui du concept stratégique, qui définira les grandes orientations de l'Alliance pour la décennie à venir, afin de répondre aux défis sécuritaires. Au moment de cette réflexion sur l'avenir, il semble donc important d'examiner l'OTAN de manière dépassionnée. C'est la raison qui rend l'ouvrage d'Olivier Kempf particulièrement opportun. En effet, la littérature française sur le sujet se cantonne, la plupart du temps, aux relations France-OTAN : il manquait un livre présentant de façon systématique toute l'alliance : son organisation, ses membres, ses élargissements, ses opérations, ses défis (économiques, nucléaire, terrorisme). Ce livre y répond grâce à une écriture aisée et didactique malgré la complexité des notions abordées et leur charge idéologique. « L'OTAN au XXIe siècle » s'adresse donc à tous ceux que la sécurité de la France intéresse, experts comme curieux, professionnels comme amateurs.

empty