Maurice Olender

  • Singulier Pluriel

    Maurice Olender

    • Seuil
    • 17 Septembre 2020

    « Ce qu'on dit de soi est toujours poésie », écrivait Ernest Renan, phrase mystérieuse, oraculaire, dont on ne retiendra ici que le verbe « dire ». C'est entre fiction et diction, répondant aux questions d'universitaires et de journalistes, que Maurice Olender donne dans ce livre de Conversations quelques clés de son rapport à la lecture, au savoir, à l'édition. En lisant Singulier Pluriel, on est frappé par l'importance que l'auteur accorde à la parole, aux tensions et liens entre l'oralité et l'écriture.
    Archéologue de formation, auteur d'une oeuvre multiforme, Olender travaille sur les sexualités extrêmes, l'origine des langues et les mythologies modernes de la « race ». Intellectuel engagé, doté d'une conscience aiguë de la « responsabilité sémantique » et de la fragilité des démocraties, il est aussi le créateur de « La Librairie du XXIe siècle », une collection au rayonnement international.
    Ce livre fait entrer les lecteurs dans la fabrique d'un funambule, chercheur indiscipliné qui conçoit l'érudition comme une forme de poésie et la pensée comme une aventure. On y trouvera des paroles, devenues traces écrites d'un cheminement intellectuel et sensible, le rappel de compagnonnages, une esthétique de l'amitié. Car lire, écrire, éditer, c'est tout ensemble se situer dans le monde, rendre les savoirs accessibles, construire un univers entre réel et fiction, une « Librairie ».
    Christine Marcandier

  • Il avait tout appris en devenant cliveur de diamants. Sans jamais oublier qu'il était né analphabète. Adolescent, plutôt que de sombrer dans la drogue, il s'était abîmé dans l'érudition.

    Mais que peut signifier pour un savant, un professeur, un éditeur, l'affirmation d'une volonté analphabète ? Peut-on vraiment lire en échappant aux signes, comprendre sans déchiffrer les textes, vivre en écrivain, entouré de livres, sans jamais rien lire ? Et passer sa vie à collecter d'authentiques archives, littéraires et scientifiques, pour en faire des installations archéologiques ?

    Ou alors ces histoires de fantôme dans la bibliothèque ne seraient qu'une ruse, une manière d'inverser les jeux de rôle entre la lettre et l'esprit, le judaïsme et le christianisme ?

    /> Sous tant de questions couve une interrogation inquiète : comment élucider l'obscure intensité des liens entre l'absence et la présence, la mémoire et l'oubli, le poétique et le politique ?

  • Insensiblement, le vieux mot "race" a repris du service. Quelquefois même sans malveillance. Pourtant, penser et classer l'histoire du genre humain en "races", comme le faisait le XIXe siècle, relève d'une vision anachronique des sociétés humaines. En effet, toute communauté a une histoire. Raciser une population, c'est l'enfermer dans un passé sans présent ni avenir, l'assigner à être une Race sans histoire.
    A ceux qu'on enferme ainsi dans "une race", comme dans un cercle magique dont on ne peut sortir, on assène : "Vous, vos enfants, vous êtes et resterez pour toujours les mêmes."

    Sur commande
  • Un premier ensemble est consacré à un jésuite belge, le père Pierre Charles (1883-1954) qui fut le premier à faire, en novembre 1921, la déconstruction philologique des Protocoles des sages de Sion, dans Terre Wallonne, une revue de Charleroi (Belgique), peu après que le Times de Londres eut révélé qu'il s'agissait d'un faux. Puis Maurice Olender étudie les différents usages politiques qui ont pu être faits, depuis le début des années 1940, de l'oeuvre mythographique de Georges Dumézil. S'y trouvent associés deux textes relatifs aux historiens des religions Mircea Eliade et Raffaele Pettazzoni.
    Maurice Olender propose alors toute une série de portraits historiographiques d'auteurs dont l'oeuvre a pu, de diverses manières, aborder des problèmes de racisme mais aussi des questions relatives au couple identité/altérité : Marcel Mauss, Rudolf Schottlaender, Léon Poliakov. Et, parmi nos contemporains : Hans Robert Jauss, Serge Moscovici, Jean-Claude Grumberg, Rachel Ertel, Jean Starobinski.

  • On lira dans ce volume des textes portant sur les nombreux aspects de la vie et de l'oeuvre du grand savant et du grand résistant que fut Jean-Pierre Vernant (1914-2007). Sans s'écarter de la Grèce ancienne, c'est le citoyen Vernant qui est ici à l'honneur.

    Sur commande
empty