Sciences humaines & sociales

  • Après une explication du climat de la Terre, de ses acteurs, de ses mécanismes et de son évolution au cours du temps, un exposé des phénomènes et des causes du réchauffement de la planète illustré de modèles et de scénarios scientifiques à l'étude. Des recommandations en matière de comportement individuel et collectif. Le dernier chapitre est consacré à la France en 2100. Prix Ptolémée 2005.

  • Une fresque magnifiquement illustrée retraçant l'histoire de la classe ouvrière, ses mutations, les conflits et les luttes, les avancées sociales, mais aussi le quotidien de ces hommes et de ces femmes : la dureté de la vie, le travail physique et répétitif. De la naissance du mouvement ouvrier à nos jours, l'auteur nous invite, à travers de superbes photographies, à revisiter cette partie de notre histoire, encore bien présente aujourd'hui.

  • Le changement climatique est en marche, il s'accélère. si on est loin de pouvoir mesurer précisément toutes les conséquences de ce phénomène mondial, une chose est sûre, il n'épargnera pas la ';douce'; france, dont le climat tempéré et les microclimats heureux ne seront peut-être bientôt que des souvenirs nostalgiques. des bouleversements plus forts que ce que nous imaginons sont à envisager ? mais tout se tournera-t-il vers le pire ? le changement fera-t-il des heureux ?
    Frédéric denhez, journaliste scientifique, a mené l'enquête... prospective. se rangeant aux hypothèses les plus probables, se gardant de tout alarmisme, il nous dresse le tableau d'une france remodelée par le changement climatique et son impact sur la nature, faune et flore, sur l'économie comme sur les détails de la vie quotidienne.

  • À force de prélever les ressources naturelles à un taux très supérieur à leur taux de renouvellement, à force d'exporter des volumes tels de déchets que la nature ne peut les recycler, nous avons sérieusement dénaturé les écosystèmes. L'économie mondiale, privilégiant une augmentation croissante de la production, est la principale responsable de la dégradation de notre planète. La question se pose donc aujourd'hui de modifier notre modèle économique. Les résistances sont innombrables, mais une sorte de consensus semble rassembler la plupart des économistes : seul évaluer le prix de la nature permettra de la préserver. La nature devrait être considérée comme une épargne dont les intérêts seuls devraient être prélevés pour la production. Ce livre se propose de comprendre comment et pourquoi l'économie s'est brutalement désolidariser de la nature, de présenter des méthodes utilisées pour tenter de réintégrer l'écologie dans l'économie - ou plutôt l'inverse, c'est-à-dire pour donner une valeur à la nature selon les méthodes des assureurs, la méthode des « services rendus » popularisée par l'ONU, et celles inventées pour rentabiliser la biodiversité. Enfin, l'auteur réfléchit aux pistes qui permettraient de « renaturer » l'économie, c'est-à-dire l'homme.

  • Le matin du 8 mai 1902, Saint-Pierre, située au nord de la Martinique, est soufflée en 90 secondes par l'éruption du volcan qui domine la ville, la montagne Pelée. Quelques jours auparavant, des signes avant-coureurs (fumerolles, pluie de fines cendres tombant sur la ville, éclairs sur le cratère, désagréables odeurs de soufre) avaient alerté certains habitants qui s'étaient alors réfugiés sur les hauteurs ou s'étaient embarqués pour d'autres destinations. C'est ce qui va leur permettre d'échapper à la nuée ardente faite de gaz enflammés, de cendres et de blocs incandescents qui, après s'être répartie à une vitesse foudroyante tout autour du volcan, détruit en quelques secondes la ville et les navires en rade. Vingt-huit mille personnes y trouvent la mort ; seuls deux hommes survivent, dont un prisonnier « protégé » dans un cachot à demi enterré de la prison.

empty