Fanny Robin

  • L'endométriose est une maladie chronique qui touche une femme sur dix. Elle bouleverse le quotidien, chamboule des projets de vie, bouscule les relations amoureuses, amicales, professionnelles...

    Errance médicale, violences gynécologiques, chirurgie, l'endométriose est un parcours de combattantes. Plutôt que d'être en colère contre l'endométriose, cet ouvrage invite à accepter cette colocataire. En étant en paix avec elle, vous transformerez l'essai. On ne guérit pas de l'endométriose mais on peut apprendre à vivre avec, à recomposer son quotidien pour mieux vivre la douleur et les désagréments qu'elle nous impose.

    Grâce à son acceptation, l'auteure a appris à avoir un regard bienveillant sur les épreuves qu'elle a traversées et a décidé d'en faire une force positive.

    Ce témoignage engagé existe pour soutenir les femmes qui en souffrent au quotidien et sera tout autant utile à leur entourage qu'aux soignants qui les accompagnent.

    Sur commande
  • Vivre avec une endométriose est loin d'être une partie de plaisir. Entre l'errance médicale et la difficulté à maintenir une vie sociale, l'endométriose est un véritable bouleversement. Malgré les épreuves et les absurdités de certaines situations, on peut trouver de l'espoir et de l'humour dans cette vie avec l'endométriose. C'est ce que Fanny Robin et May Fait Des Gribouillis, toutes les deux atteintes de cette maladie chronique, ont décidé de raconter dans cette BD.

  • Sur le bord de l'eau, il y a plein d'animaux et de drôles de personnages : une licorne en train de siroter une menthe à l'eau, un pirate, mais aussi une jolie sirène. Quand l'imagination des enfants n'a plus de limite, le bain peut vite déborder.

    Sur commande
  • Fanny Robin, avec une immense pudeur, nous raconte ici l'histoire de Margot et de son tragique destin. Tout est dit, à celui qui accepte de l'entendre. Les illustrations de Delphine Vaute, délicates et mystérieuses, recèlent, elles aussi, des indices qui permettent de comprendre que le pire est, hélas, parfois possible. Un album qui rompt délicatement le silence et laisse libre la parole, contrairement à celle de Margot qui aurait tant dû être entendue.

    Sur commande
  • Il y a eu un cri... un grand cri... un cri si fort que l'inspecteur interroge les villageois pour pouvoir déterminer d'où le cri venait.
    Au début de l'enquête, chaque personne interrogée donne sa version des faits et joue de la surenchère concernant les effets du cri.
    " Oui ! si fort qu'il a débouché les oreilles du vieux Victor ", déclare le médecin.
    " Tellement fort qu'il a décoiffé les cheveux de Madame Gisèle ", ajoute la coiffeuse.
    Dans le deuxième round de l'enquête, l'inspecteur insiste auprès de chacun des témoins.
    " Oui, mais d'où venait-il, ce cri ? " Et tous essaient d'expliquer son origine, chacun à nouveau en rapport avec son métier.
    " D'une maison hantée ", affirme le maçon.
    " Du fin fond de la galaxie ", rêve l'astronaute...
    La dernière page livre la solution, apportée par un enfant, qui a assisté à tous les interrogatoires d'un air amusé... et qui sait depuis le début ce qui s'est passé.

  • Sur commande
  • Aux quatre coins du monde, Il y a un coin de ciel qui m'invite à voyager, Près de chaque coin de ciel, Il y a un coin de terre sur lequel j'aime rêver, Dans chaque coin de terre, Il y a un coin de pièce où je réfléchis à mes bêtises, Caché dans chaque coin de pièce, Il y a un recoin où je cache mes friandises, A côté de chaque recoin, Se cachent des p'tits coins où je me cache moi-même, Quand je sors de mon p'tit coin, Je m'allonge au coin de feu pour lire des histoires, À chaque coin de page, Je découvre un autre monde, Et aux quatre coins du monde, Il y a un coin de ciel...

  • Pas la peine d'en faire des tonnes ! Fini les mots fléchés ! L'hyène a décidé de sortir de chez elle et trouver de nouveaux amis. Pour être sûre de son coup, elle enfile son collant à paillettes, met son sombrero et sa veste de starlette. Mais ses rencontres se soldent par des cris de terreur : "Ah ! Le monstre de la savane !". Et tous les animaux s'enfuient à sa vue. Seul l'oiseau (qui de là-haut) a tout compris, lui propose de faire connaissance avec ses amis. Une seule condition : enlever tous ses ustensiles. La rencontre est bien différente ! Et tout le monde se pique au jeu du déguisement. L'hyène n'est plus seule.

  • Il y a tant de belles choses à l'école. Pourtant, il ne voit qu'elle : tout en rouge, c'est la plus belle !

empty