À propos

Les mignonnes mignonnettes présentées ici, connurent un sort prestigieux puisqu'elles bénéficiaient de l'appellation de cartes postales, même si les PTT eurent sans doute très rarement l'occasion de les acheminer. (A strictement parler, les mignonnettes étaient ces photos plus ou moins déshabillées vendues sous le manteau, jusqu'à la fin des années 1960, aux abords de Montmartre à Paris.) Alors, pardonnez la légère inexactitude du titre: les belles jeunes filles de papier sépia sont si mignonnes que le terme de mignonnettes leur convient mieux encore qu'à leurs petites soeurs clandestines.
Voici donc deux cent neuf cartes postales "légères" réalisées entre 1925 et 1937, en particulier dans les Studios Yva Richard et Filmart. Elles sont rares et précieuses, en elles-mêmes. Mais ce recueil est d'autant plus remarquable qu'il présente près de vingt séries de trois à cinq photographies avec le même modèle dans des poses différentes. Ainsi, au-delà d'une collection exceptionnelle, se dégage la première conception des "portfolios" de photos de charme.
Ancêtres des pin-up sophistiquées du glamour, les mignonnes mignonnettes sont souriantes et coquettes par jeu, par goût, par bonheur de vivre. Devant l'objectif, elles expriment la joie de montrer leur corps, et le plaisir de savoir le montrer.
Après soixante-dix ans, elles débordent encore de vie et de malice, et leur clin d?oeil nous provoque toujours avec la même intensité.
Postface de Robert Mérodack.
Collection Vertiges Lumières

Rayons : Arts et spectacles > Arts de l'image > Photographie

  • EAN

    9782866882839

  • Disponibilité

    Disponible

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Distributeur

    Immatériel

  • Diffuseur

    Immatériel

  • Entrepôt

    immatériel.fr

  • Support principal

    ebook (pdf)

Robert Mérodack

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Dans tous les domaines du livre (essais, traductions, journalisme, scénarios de BD), Robert Mérodack (1947-2001) se consacra à l'exploration du sadomasochisme. Il fut le romancier le plus prolifique du genre, sous d'innombrables pseudonymes (Leslie Fenton, Bruno H. Loison, William Thynes, etc.). Ses récits sont forts, réalistes mais non dépourvus d'humour et de fantaisies. Il fut aussi bien inspiré par les femmes soumises (voir L'œillet de Louise précédemment publié) que par les dominatrices. Sa devise : « le S.M. est un jeu érotique ; le bourreau doit faire jouir sa victime. »
Les cinq textes exhumés pour cette anthologie ont tous paru dans les fascicules Simples Murmures, mythique collection de curiosa sadomasochistes dirigée par Robert Mérodack lui-même entre les années 1980 et 1990.

empty